WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

4.2- Représentations sociales de la longévité

L'on peut être tenté de dire pourquoi une représentation de la longévité après celle de la vieillesse ? Quelle différence y a-t-il entre la vieillesse et la longévité ?

Bien que la vieillesse et la longévité évoquent implicitement l'âge, la vieillesse renvoie bien plus immédiatement à l'état et la longévité à une estimation quantitative de la durée dans le temps de l'être.

4.2.1- Sens de la longévité

Tableau 7 : Perception de la longévité

Sens de la longévité

VA

VR

Récompense

308

92,8

Punition

05

01,5

Ambivalence

10

03

Ne sait pas

09

2,7

Total

332

100

Source : enquête personnelle, 2010.

La longévité est apparue comme une solution alternative suite à la perte de l'éternité. Cependant, l'effet de la vieillesse en termes de souffrance et de gérontophilie a amené à attribuer à la longévité deux sens. La longévité vue soit comme une récompense soit comme une punition.

4.2.1.1- Longévité vue comme une récompense

C'est la conception des personnes qui pensent que la longévité a une implication divine et humaine. Selon cette tendance, la longévité est une récompense que Dieu accorde aux individus qui se sont attachés à la recherche de la vertu et se sont plus conformés aux normes et aux valeurs sociales. La longévité étant donc positive, elle ne peut pas être un moyen pour prolonger le châtiment des personnes vues comme asociales. C'est en accordant un tel sens à la longévité que des sacrifices expiatoires dans certaines cultures sont offerts aux divinités pour demander le bénéfice d'une longue vie, que des prières de bénédiction pour le don de la longévité sont dites. Ainsi donc, vivre longtemps devient un indicateur de rapports harmonieux entre la personne âgée et la société d'une part et entre elle et les divinités d'autre part. Ce type de longévité n'est pas ressenti comme un fardeau. L'individu est assuré de l'assistance des forces surnaturelles et du regard bienveillant de son entourage qui trouve en lui un modèle de vie. Cette conception de la longévité est l'opinion de 92,8% des enquêtés.

4.2.1.2- Longévité vue comme une punition

La longévité pour une faible proportion de personnes âgées soit 1,5%, est entrevue comme étant une punition que Dieu inflige aux personnes qui ont transgressé les lois divines et humaines. Pour certaines personnes, Dieu étant par essence miséricordieux, il accorde la longévité aux individus tombés dans la disgrâce suite à leur iniquité pour leur permettre donc de se racheter en réorientant leur conduite. S'ils changent de comportements dans le sens du respect du sacré et des normes sociales, ils se libèrent des péchés. En revanche, s'ils persévèrent dans leur inconduite, ils connaissent la damnation.

Pour d'autres, la longévité est de facto un châtiment qui s'abat sur les déviants. Dans ce cas, les individus souffrent, se lamentent de la vieillesse et préfèrent la mort à la vie. Ils reçoivent très peu la compassion de l'entourage si ce n'est l'indifférence. Ce qui pourrait paraître comme une maltraitance se lit comme un début de la vie infernale de l'au-delà.

Toutefois, dans la conscience collective Odjukru, la représentation attachée à la longévité est celle d'une récompense que les forces surnaturelles accordent aux personnes vertueuses et soucieuses du respect des normes et des valeurs sociales. Dieu étant le Maître de la vie, il préférera soustraire les déviants de la terre que de les punir par l'octroi d'une longue vie. C'est remettre en cause l'essence de Dieu que de le penser être capable de punir par la longévité. C'est ce qui explique les rôles dévolus aux personnes âgées.

Que l'homme soit sociable ou asocial, il peut recevoir la longévité. Mais la différence de longévité se situe au niveau de la qualité de la vieillesse. Les actes asociaux entraînent une vieillesse de souffrance et les actes conformes aux valeurs sociales conduisent à une vieillesse heureuse qui se traduit par l'absence de maladie, sujet de considération et d'obligation alimentaire.

précédent sommaire suivant