WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6.1.2- Répartition par tranche d'âge

Tableau 15 : Répartition des enquêtés par sexe selon les tranches d'âge

Tranches d'âge

Sexes

 

Masculin

Féminin

Total

VA

VR

VA

VR

VA

VR

[60-75]

75

22,6

98

29,5

173

52,1

[76-99]

62

18,7

96

28,9

158

47,6

100 et plus

01

00,3

00

00

01

00,3

Total

138

41,6

194

58,4

332

100

Source : enquête personnelle, 2010.

Comme déjà annoncé dans le champ social, l'investigation a eu lieu auprès des personnes âgées. Ainsi, nous constatons que dans la catégorie des personnes du troisième âge (60-75 ans), le pourcentage de personnes âgées est plus élevé soit 52,1%. Dans la strate des personnes âgées du quatrième âge (76-99 ans), nous avons à l'affiche 47,6%. Même si la proportion des personnes âgées du troisième âge est supérieure à celle des personnes âgées du quatrième âge, la différence reste relativement faible soit un écart de 4,5%. Ce qui signifie que la probabilité qu'un individu passe du troisième âge au quatrième âge est élevée. Autrement dit, les individus du troisième âge ont beaucoup de chance de connaître la mobilité sociale en passant dans la catégorie du quatrième âge. Cependant, au regard du tableau et de l'enquête dans les quatre villages, nous n'avons qu'un seul centenaire ou supercentenaire qui a effectivement un âge de 102 ans, originaire de Débrimou. Ce qui constitue un pourcentage de 0,3%. Eu égard à l'espérance de vie qui est de 46 ans en Côte d'Ivoire, les enquêtés peuvent se magnifier en termes de longévité. Il y a une évolution décroissante avec une très légère différence entre le troisième âge et le quatrième âge et une chute considérable entre le quatrième âge et l'âge centenaire. Si on tient compte des travaux de S. Dédy et al. (2006)186(*), il y a une longévité plus importante dans la population des post-retraités enquêtés que ceux affiliés aux Caisses de retraite conventionnelles (CGRAE) où 35,1% et 23,7% survivent respectivement entre 10 et 15 ans et 20 ans. Pour les auteurs, cette mortalité est liée à: «... la pénibilité de la vie et la précarité de l'état de santé».

En outre, même si les personnes âgées interrogées ont des documents administratifs ou judiciaires qui attestent de leur âge, il faut dire que ce sont des jugements supplétifs sur lesquels les âges qui figurent sont une estimation. Ils ne sont pas réellement ceux du jour et de l'année de naissance. Un élément fonde ce que nous disons. Il s'agit d'une femme que nous avons rencontrée à Débrimou et qui est membre de la génération des Mbédié. Or, les Mbédié ont de façon générale un âge très proche de 80 ans ou même supérieur à cet âge. Mais à partir du carnet de baptême, cette dernière a 55 ans pourtant ses congénères ont entre 70 et 83 ans. Les Odjukru en tant que société de tradition orale, déterminaient l'âge de leurs membres à partir d'un événement soit du plant d'un palmier, des périodes de travaux champêtres ou de moisson.

Du croisement des variables sexe et tranches d'âge, nous observons que les pourcentages de femmes âgées restent supérieurs à ceux des hommes âgés dans les strates du troisième âge et du quatrième âge soit respectivement 29,5%, 28,9% contre 22, 6% et 18,7% d'hommes.

Nous constatons aussi que du passage du troisième âge au quatrième âge, la proportion de femmes âgées devient plus importante tandis que celle des hommes diminue amplement. Ce qui signifie qu'il y a un taux de mortalité important chez les hommes que chez les femmes entre l'âge de 60 à 75 ans. Si dans la catégorie des personnes âgées du troisième âge, la différence de proportion entre les femmes âgées et les hommes âgés (29,5%-22,6%) donne un écart de 6,9% au profit des femmes âgées, dans la catégorie des personnes âgées du quatrième âge, la différence entre les proportions (28,9%-18,7%) donne un écart de 10,2% au bénéfice des femmes âgées. On voit que parmi la population des personnes âgées enquêtées lorsqu'on passe d'une catégorie de personnes âgées moins inferieure (du point de vue des tranches d'âge) à une catégorie de personnes âgées supérieure, l'écart de proportion entre les hommes âgés et les femmes âgées s'accentue à l'avantage de ces dernières. Toutefois, la marginalisation de la gent féminine ne permet pas au niveau interne d'honorer leur longévité. C'est plutôt le grand âge de l'homme qui est encensé au détriment de celui de la femme.

Tableau 16 : Répartition des enquêtés par tranches d'âge selon le village d'appartenance

Tranches d'âge

Lieux de résidence

[60-75]

[76-99]

100 et plus

Total

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

Armébé

09

02,7

18

05,4

00

00

27

08,1

Débrimou

120

36,1

91

27,4

01

00,3

212

63,9

Bonn

00

00

20

06

00

00

20

06

Bouboury

44

13, 3

29

08,7

00

00

73

22

Total

173

52,1

158

47,6

01

00,3

332

100

Source : enquête personnelle, 2010.

Quand nous nous intéressons au rapport entre l'âge et le lieu de résidence, nous remarquons dans les strates du troisième âge, du quatrième âge et du centenaire que Débrimou a une proportion de personnes âgées supérieure à celle des autres villages, soit respectivement 36,1%, 27,4%, et 0,3%. Débrimou est suivi de Bouboury qui a dans les catégories du troisième âge et du quatrième âge respectivement 13,3% et 8,7%.

Nous voyons que dans les deux fédérations, (capitales des villages Odjukru) les proportions de personnes âgées du troisième âge et du quatrième âge baissent, tandis que dans les villages intermédiaires que sont Armébé et Bonn, la proportion des personnes âgées du quatrième âge est supérieure à celle du troisième âge. A Bonn, cela peut s'expliquer par la perturbation intervenue dans la périodicité du mandat des êbebu. En effet, Bonn avait décidé d'un mandat de 8 ans pour les êbebu au lieu de 10 ans comme il est de coutume dans la fédération de Bouboury. Ainsi, selon la norme, ce sont les membres de la génération Mborman qui gouvernent les villages. Mais, à Bonn, ce sont encore les Mbédié qui sont au pouvoir. A Armébé, bien que la proportion des personnes âgées du quatrième âge soit supérieure à celle du troisième âge, on y trouve des individus de cette strate qui appartiennent à la génération au pouvoir (Mborman). Or, dans cette strate du quatrième âge, nous devions avoir en principe plus d'êbebu à la retraite et presque pas de Mborman. Aussi, comme nous l'avons dit plus haut, à Armébé, nous n'avons pas pu interroger les personnes âgées du quartier Esré.

* 186Séri Dedy, Etude interdisciplinaire de la mortalité au sein des retraités de la Fonction Publique de Côte d'Ivoire, 2006, p 26.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net