WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

8.3.2 - Violences physiques

Les violences physiques sont entendues comme étant des actes qui causent des douleurs ou des blessures corporelles aux personnes âgées. Les raisons ayant entraîné ce type de violences sont d'un ordre principal, la sorcellerie. Ici, sur quatre témoignages, nous avons un qui est relaté par la victime, deux qui sont relatés par les auteurs de sévices et un témoignage indirect.

· Accusation de sorcellerie

Le témoignage direct de la victime est dit par un vieil homme de 82 ans, de la classe d'âge des Mbédié-odjogba, père de 10 enfants et veuf, il se déplace en prenant appui sur une canne. Il a perdu tous ses cheveux et tous ses congénères les plus proches (amis) sont morts. Malheureusement, accusé de sorcier, sa famille l'a humilié en le mettant dans une fosse. Il vit aujourd'hui sans lien avec sa famille. Certainement, ce sont ces rapports conflictuels avec sa famille qui le conduisent à concevoir la longévité comme une punition.

Les mêmes causes et les mêmes types de sanctions ont été retrouvés dans un autre village. Nous apprenons les faits au cours d'un focus group qui a rassemblé trois jeunes d'une même génération. Ils ont fièrement affirmé que dans les années 1987-1988, de vieilles femmes accusées de pratique de sorcellerie ont été mises dans un trou à l'effet de leur arracher des aveux. Mettre une personne dans une fosse et la menacer de refermer le sable sur elle, si elle ne dit pas la vérité qui n'est autre chose que ce qu'on veut entendre, est une grande peur et un trouble qu'on installe dans l'esprit des accusées. Car c'est connaître une mort douloureuse que d'être enterré vivant. Ainsi, sous l'effet d'une telle pression, on choisit parfois de dire des contrevérités pour sauver sa vie.

Nous avons recueilli aussi le témoignage d'un colonel à la retraite, membre de la classe d'âge des Mborman-kata, 65 ans et père de 9 enfants. Il a dit avoir lui-même battu ses grands-parents à l'aide d'une matraque pour motif de sorcellerie.

Il a aussi ajouté que quelques mois avant notre étude, il a fait emprisonner d'autres personnes âgées pour les mêmes raisons. Il aurait utilisé sa position sociale de militaire pour régler ses comptes avec ses parents qu'il taxe de sorciers. Par cette manière de procéder, il croit pouvoir se protéger lui-même des sorciers. Car il vit une aisance financière avec une construction moderne et un revenu mensuel d'au moins 900 000 FCFA.

Enfin, nous avons un jeune d'une trentaine d'années, de la génération des Ndjurman qui nous a révélé sans aucune pudeur qu'il ôte le pagne de sa grand-mère contre son gré pour la contraindre à aller prendre son bain. Parfois, il la menace de la priver de nourriture en cas de refus. Cette démarche est celle que toute la famille emploie pour les soins corporels de la vieille dame. Or, tout être humain quelque soit son âge a droit à la dignité. Cette dignité commence par la protection et le respect de ce qu'on peut appeler l'intimité de l'homme. Ce traitement peut également être rangé parmi les violences économiques.

précédent sommaire suivant