WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

8.3.3- Violences économiques

Cette forme de violence est encore appelée l'exploitation financière. Elle consiste à utiliser les biens d'une personne âgée à son insu ou par la manipulation. Il peut s'avérer que dans les cas de prise en charge, les personnes qui s'occupent des personnes âgées retiennent l'argent ou l'utilisent à d'autres fins. A titre d'illustration, nous fournissons sept cas de violences économiques recueillies auprès de sept personnes âgées d'âge moyen de 73 ans:

Le premier cas concerne le vol par des jeunes du village des noix de cocos d'une vieille de 86 ans, de la classe d'âge des Ndjurman-boman, veuve et mère de deux enfants. Couchée ou assise à l'intérieur de sa maison, elle entend les fruits de son cocotier tomber sans qu'elle puisse s'opposer ou interpeller ses malfaiteurs eu égard à son état physique. Ainsi, les agissements des jeunes du village font qu'ils n'ont pas bonne presse auprès d'elle. Pour elle, la jeunesse s'assimile au vol, à la délinquance et à l'irrespect.

Cette autre femme âgée de 79 ans, mariée et mère de 6 enfants se plaint de ce que les jeunes du village lui ont dérobé tout son argent. Aujourd'hui, elle est très pauvre. En effet, il s'agit des jeunes de son milieu qui, très renseignés sur ses ressources financières, profitent de sa faiblesse physique et de son inattention pour s'introduire dans sa chambre et la dévaliser.

Un homme âgé de 63 ans de la classe d'âge des Mborman-kata, polygame et père de 17 enfants est propriétaire d'une plantation d'hévéa. Son lot quotidien est le vol de ses récoltes. Ce qui constitue le noeud de ses conflits avec des jeunes de son village. Dans la région, l'hévéaculture est rentable eu égard à la qualité du sol, la pluviométrie et au prix d'achat qui peut aller jusqu'à 600 FCFA le kilogramme.

C'est la même amertume pour cette femme âgée de 70 ans membre de la classe d'âge des Mborman-bago. Elle fait l'élevage domestique de volaille. Chaque fois que ses poulets atteignent leur croissance, elle constate qu'ils disparaissent du poulailler. Après investigation, elle s'est rendue compte que ses poulets lui sont dérobés par des jeunes de son village. Elle est contrariée dans son désir de voir autour d'elle des animaux dont l'entretien la sort de l'oisiveté.

· Ici, il s'agit du principal tambourineur d'un village. Il a 73 ans et est père de douze enfants dont six sont décédés. Il a réparti sa plantation entre ses enfants pour éviter des rixes de succession. Cependant, il se plaint du fait que ses enfants ne partagent pas avec lui les produits de rente. Ce qui le met dans un état de nécessité car sa fonction de tambourineur lui fait bénéficier de dons lors des cérémonies. Mais les dons sont modiques.

· 67 ans, membre de la classe d'âge des Mborman-kata, il est marié et père de 15 enfants. Il est propriétaire d'une maison à Abidjan. Mais il est en conflit avec ses enfants qui confisquent son loyer. Il se dit être injustement exproprié. Or, il souffre d'un mal cardiaque depuis 6 ans. Mal qui l'aurait conduit à s'installer au village et à déléguer à ses enfants la charge d'encaisser le loyer. Le revers de la médaille est qu'ils se sont arrogés le droit de propriété. Ils se partagent les revenus et ignorent les besoins en santé de leur père. En responsabilisant ses enfants, il pense aussi pouvoir recevoir d'eux des obligations alimentaires.

· Cet homme âgé de 76 ans, fonctionnaire à la retraite, est mal voyant (cataracte). Il est marié et père de 10 enfants. Il est méfiant vis-à-vis de tout le monde parce qu'il a été plusieurs fois victime de vol à domicile de sa pension de retraite qui s'élève à 272 000 FCFA. Or, c'est grâce à cette ressource qu'il suit des soins en diabétologie.

Les violences économiques dans les cas relatés ont été commises soit par des jeunes de l'entourage des personnes âgées soit par leurs propres enfants. Elles ont porté sur les vols de produits agricoles, des cas de retentions d'argent ou de vol d'argent à domicile. Ces violences pourraient être favorisées par la négligence ou l'abandon des personnes âgées.

précédent sommaire suivant