WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

8.3.4- Négligence ou abandon de personnes âgées

La négligence s'observe dans des situations où les proches refusent d'apporter leur soutien à une personne âgée dépendante ou en situation d'assistance. Ils feignent de ne pas voir les difficultés de la personne âgée quand il ne trouve pas de raisons tendant à justifier ses besoins par l'âge.

· C'est la situation de vie d'une femme âgée de 77 ans, de la classe d'âge des Mbédié-boman, veuve et mère de six enfants. Ses enfants et petits-fils vivent en ville. Elle vit seule dans une maison d'une pièce alors qu'elle se déplace par reptation. Elle reçoit son repas d'une autre famille qui vit à une distance considérable d'elle. Elle souffre de cette vie solitaire et souhaite avoir une personne à ses côtés pour lui prêter main forte. Elle rejette l'état de vieillesse qu'elle dit être une punition. Elle traduit son mal en ces termes: « Je suis immobile et donc si je mange à satiété, j'aurai des besoins hygiénique (uriner, aller à la selle). Pour éviter donc la satisfaction de mes besoins hygiéniques, j'évite de trop manger car je dors seule dans ma chambre. ». Il y a là le choix d'une sous alimentation par peur de laisser s'installer une incontinence.

· Une femme de 79 ans, membre de la classe d'âge des Mbédié-odjogba est veuve et mère de deux enfants. Elle souffre du diabète et de l'hypertension. Bien que vivant dans un ménage avec dix membres de sa famille, elle n'a personne pour l'aider à faire le ménage. Ce cas est similaire à celui que vit une autre femme âgée de 73 ans, membre de la classe d'âge des Abrahman-kata, veuve et sans enfant. En fait, elle a perdu tous ses enfants et elle vit présentement avec ses petits-fils qui ne l'aident pas. En plus du ménage, elle vend du couscous de manioc pour subvenir aux besoins de la famille. Les deux femmes s'exposent inconsciemment aux effets nocifs du gaz carbonique qui se dégage de la fumée du bois de chauffe.

· Une femme âgée de 72 ans, de la classe d'âge des Mborman-bago, mère de cinq enfants, souffre d'une maladie pulmonaire qui nécessite une intervention chirurgicale. Mais par manque de moyens financiers, elle vit avec son mal. Elle attend en vain une éventuelle aide de sa famille et du village. Ses enfants sont pour le moment sans emploi.

Dans les cas de négligence ou d'abandon, les personnes âgées vivent dans les familles et entretiennent avec ses membres des rapports. C'est l'assistance aux vulnérables qui est faible. Mais, il y a à côté des situations de rupture de lien avec la famille.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net