WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution du Patrimoine Culturel au Développement du Système Educatif de la République du Congo : Enseignement des Arts et de l'Artisanat au Musée

( Télécharger le fichier original )
par Samuel Kidiba
Université internationale de Langue Française au Service du Développement Africain à Alexandrie d'Egypte - Etudes Professionnelles Approfondies 1997
  

précédent sommaire suivant

2. Les institutions du patrimoine culturel au Congo

La République du Congo n'est pas riche en institutions patrimoniales ; malgré la richesse culturelle qu'elle recèle. Toutefois, nous en comptons quelques unes, dont certaines ont une réputation internationale :

*L'Ecole de peinture de Poto-Poto : c'est un ancien atelier d'un peintre français, Pierre Lods, fondé au début des années 50. L'école de peinture de Poto-Poto est un témoignage de la richesse du Congo en matière de peinture contemporaine de chevalet. Plusieurs critiques et amateurs nationaux et étrangers se sont intéressés à ce mouvement très original. Des talents divers s'y sont épanouis ; des jeunes artistes y reçoivent une formation professionnelle tenant compte des traditions de leurs aînés.

Depuis des années, l'école accueille des artistes en résidence ; en 1990, le sculpteur français Frédéric Pollet a travaillé aux côtés du béninois Romuald Hazoumé et du peintre congolais Rémy Mongo Etsion. En 1991, les peintres Pierre Leloup, Mylène Besson et Vanick Laubreton, avec les artistes plasticiens brazzavillois, notamment Iloki, Mangouadza et autres, ont fait revivre les heures de création des années 60. L'école de peinture de Poto-Poto est très originale.

*L'Ecole des Beaux- Arts Paul Kamba(ENBA) : elle reçoit, sur concours, des bacheliers des lycées d'enseignement général.. On y enseigne : la musique, le dessin et la peinture. Après leur formation, les diplômés de cette école allaient enseigner dans les établissements scolaires du secondaire, collège. Aujourd'hui, avec la crise économique que le pays traverse, le recrutement à la fonction publique ne se fait plus.

*L'Institut National de la Jeunesse et des Sports(INJS) : outre le sport, cet Institut forme des animateurs socioculturels qui y accèdent avec le niveau du Brevet d'Etudes du Premier Cycle (BEPC).

*Le Centre de Formation et de Recherche d'Arts Dramatiques (CFRAD) : le centre se chargeait de la formation des artistes comédiens du Théâtre National et du Ballet National Congolais, il sert de lieu de spectacles à toutes les troupes théâtrales du pays. A présent, le centre est en mal de financement, et le Théâtre National ne vit presque plus.

*L'Industrie Africaine du Disque (IAD) : cette industrie, qui connaît, à présent, des difficultés financières, a joué un rôle très important dans la diffusion de la musique congolaise et africaine. En fait, la musique, très prisée, est un véhicule de la culture dans la société congolaise. Elle est chantée en différentes langues que compte le pays, pour la musique dite traditonnelle, en lingala et en munukutuba (kituba ou kinkongo) pour la musique dite moderne.

*Le Centre Culturel Sony Labou Tansi de Bacongo à Brazzaville : le centre porte le nom d'un grand écrivain congolais, Sony Labou Tansi (décédé en juin 1995), dont les oeuvres littéraires (romans et pièces de théâtre) et les activités théâtrales ont eu une réputation internationale. Le centre organise des activités culturelles de tout ordre.

*La Bibliothèque Nationale Publique (BNP) : elle ne joue pas véritablement son rôle de mémoire de la Nation congolaise. En effet, la Bibliothèque Nationale Publique du Congo connaît des difficultés financières. Ses collections, non renouvelées, expliquent la fréquentation, quasi inexistante, des congolais qui préfèrent, ainsi, aller se cultiver au Centre Culturel Français (CCF) ou au Centre Culturel Américain (CCA).

*La Manufacture d'Art et d'Artisanat Congolais (MAAC)

*Galerie Centrale du Kouilou à Pointe-Noire

*Galerie de Djambala

*Galerie du Niari à Dolisie

*Galerie d'Owando

En marge des institutions officielles, le Congo compte plusieurs galeries et ateliers privés d'artistes dans des villes du pays comme : Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi, Kinkala et Sibiti. Nous avons aussi des artistes congolais qui ont des ateliers à l'étranger.

Certains artistes ont atteint une renommée qui a traversé les frontières nationales, tel est le cas de : Guy Léon Fylla (peinture), Marcel Gotene (peinture populaire, céramique et arts décoratifs), Michel Hengo (peinture), François Iloki (peinture populaire), Emile Mokoko (peinture et arts décoratifs), Laurentine Ngampika (peinture populaire), François Ntondo Ngoma (peinture), etc.

On trouve aussi à Brazzaville les Centres Culturels américain, français et russe. A Pointe-Noire, nous avons aussi un deuxième Centre Culturel Français.

Dans certaines villes, outre les institutions précitées, on trouve des musées.

précédent sommaire suivant