WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le transport dans la stratégie de production des grandes entreprises

( Télécharger le fichier original )
par Namory DIOMANDE
Ecole Supérieure des Travaux Publics de l'Institut National Polytechnique Félix Houphouet-Boigny - Diplôme d'Ingénieur des Travaux Publics 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

l II. La politique d'approvisionnement

II.1. Le stockage

Défini comme la quantité de marchandises en réserve destinée à satisfaire un besoin ultérieur et disponible à la vente d'une entreprise, le stock fait souvent l'objet de mesures drastiques de réduction, tandis qu'il suit une politique économique et financière.

Après le transport, le stockage est l'activité la plus génératrice des charges sur la chaîne logistique. On retrouve dans ce maillon les opérations de manutention manuelle ou mécanique des produits et des colis vers les emplacements de stockage ou vers le lieu d'emballage, de conditionnement, d'éclatement, d'expédition à l'aide d'outils adaptés ; le contrôle qualitatif et quantitatif des marchandises avec saisie informatique ; le traitement physique des supports et contenants (palettes, paniers, conteneurs, bacs en plastiques et caisses) ; la vérification des conditions de stockage (poids, température ...) ; les inventaires des stocks (inventaire ponctuel, ou tournant).

Dans une entreprise, on trouve des stocks à différents stades du processus de production: des stocks de matières premières, de composants, de produits en cours de fabrication, de produits finis, ... Les stocks sont ainsi un facteur de flexibilité de l'entreprise, mais ils constituent une charge financière et une immobilisation de capitaux. La gestion des stocks doit faire l'objet d'un calcul économique rigoureux.

II.1.1 Notions fondamentales

Pourquoi doit-on créer et maintenir des stocks ?

Avant de formuler une stratégie de stockage et de transport, il faut comprendre le rôle que joue le stock dans la production et le marketing. Les stocks remplissent quatre fonctions différentes.

Ø Economies d'échelle

Les stocks sont nécessaires pour qu'une entreprise puisse réaliser des économies d'échelle en termes d'approvisionnements, de transport et de production. Par exemple, des stocks de matières premières sont nécessaires pour bénéficier de réductions de coût associées à de grands volumes d'achats. De la même manière, les frais de transport de marchandises achetées peuvent être réduits par de plus grands volumes d'achats. On peut stocker des produits finis ou des matières premières pour la même raison : économies sur les transports, tarifs plus intéressants et coûts de production réduit par une plus grande quantité de produits finis fabriqués.

Cependant, la production de grandes quantités peut générer une accumulation d'invendus pendant une période improductive trop longue. Le coût de stockage devra être au moins compensé par une réduction du coût de production. Les méthodes de production flexibles modifient néanmoins ce raisonnement car il est possible de réduire considérablement les délais de production, les coûts de changement des cycles de production et donc de définir des quantités optimales de production considérablement réduites.

Ø Equilibrage de l'offre et la demande

Une offre ou une demande saisonnière peut rendre nécessaire un certain stock. En effet, la décision de maintenir toute une année une usine et son personnel en activité peut impliquer des pics et des creux saisonniers compensés par les stocks. Par ailleurs, si la demande pour un produit ne subit pas de variations saisonnières, il se peut que certaines matières premières, elles, ne soient disponibles qu'une partie de l'année. Il est donc nécessaire que des stocks équilibrent l'offre et la demande.

Ø Garantie contre les incertitudes de la demande et du cycle de commande

Les stocks sont constitués comme une mesure de protection contre les incertitudes. Les stocks de matières premières peuvent être excédentaires par rapport aux besoins de la production à cause d'achats spéculatifs en prévision d'augmentation de prix ou d'incertitudes d'approvisionnement. Indépendamment de la raison pour laquelle on stocke des matières premières, le coût de ce stock doit être comparé au gain à réaliser ou aux surcoûts à éviter. L'inventaire des en-cours de fabrication permet d'éviter des arrêts de production et d'égaliser les flux de fabrication puisque différents en-cours seront nécessaires en quantités variables pour les cycles de production. De plus, si un mode de fabrication flexible est envisagé, une rupture d'approvisionnement en matières premières peut aboutir au blocage total de la production. Le stock de produits finis est souvent considéré comme l'un des moyens d'améliorer le service à la clientèle en réduisant le risque d'une rupture de stocks ou les fluctuations des délais de production. Le stockage de produits finis devra être dosé en fonction de la demande prévisible ou planifiée.

Ø Sécurité d'approvisionnement dans les réseaux de distribution

Les stocks sont conservés tout le long du réseau de distribution pour agir comme régulateur aux interfaces critiques suivantes :

- fournisseur/service des approvisionnements

- service des approvisionnements/production

- production/marketing

- marketing /distribution

- distribution/commerce de détail

- commerce de détail/consommateur final.

Puisque les différents participants à cette chaîne sont séparés géographiquement, il est nécessaire de prévoir des stocks à tous les stades du circuit commercial et industriel. Ces stocks constituent de véritables relais, des tampons qui amortissent les aléas de l'approvisionnement. L'ensemble de ce processus dépend du réseau de communication qui fait circuler les informations du client vers l'entreprise, de l'entreprise vers le consommateur et vers les fournisseurs. Il est clair que ces flux d'informations font partie intégrante du système logistique.

Outre ce flux d'informations, on rencontre aussi et de plus en plus un flux de retour de matières du client vers l'entreprise et qui fait partie de ce qu'on appelle la logistique des flux de retours de matières premières (reverse logistics flow).

II.1.2. Principaux types de stocks

Ils sont au nombre de six.

Ø Stock du cycle de commande

C'est le stock de produits finis nécessaire à la satisfaction d'un cycle complet de commande. Si la demande et les délais de réapprovisionnement sont constants, seul ce type de stockage est nécessaire.

Ø Stock en transit

Il s'agit d'articles en cours de transfert entre différents postes de la chaîne de valeur physique. Une partie est considérée comme incluse au stock du cycle de commande, étant stockée dans la zone de distribution de la chaîne de valeur physique. Ce stock devra être considéré pour le calcul du coût intrinsèque des stocks.

Ø Stock de sécurité ou stock tampon

Ce stock sert de sécurité en cas d'incertitude de la demande ou des délais de réapprovisionnement. Dans ce concept, on garde une partie du stock moyen pour se couvrir des variations à court terme de la demande et du délai. Le stock moyen sera obtenu en ajoutant au stock moyen du cycle de commande (soit la moitié de la quantité de commande, 100 = 200/2) le stock de sécurité suivant les cas a, b et c ci-après.

a : demande variable et délai constant

b : demande constante et délai variable

c : demande et délai variables

Ø Stock spéculatif

C'est le stock entreposé au-delà du stock moyen décrit ci-avant et destiné à se prémunir contre une augmentation de prix, la fluctuation des monnaies ou une pénurie d'approvisionnement.

Ø Stock saisonnier

Le stock saisonnier est une forme de stock spéculatif qui implique l'accumulation de stock en vue de répondre à une demande saisonnière, permettant de stabiliser l'organisation de l'entreprise en termes d'emploi et de production.

Ø Stock mort

Il s'agit d'articles pour lesquels on n'a enregistré aucune demande sur une période donnée. Ces stocks peuvent être éventuellement liquidés au rabais ou dévalués pour obsolescence.

II.1.3. Le poids financier des stocks.

Le coût des stocks dépasse largement celui de l'immobilisation financière car il comprend :

· Les frais financiers dus à l'immobilisation financière ;

· Les risques de pertes sur stock telles que :

- les dégradations au cours du stockage,

- les accidents de manutention,

- les disparitions dues à des vols ou à des erreurs de rangement,

- les obsolescences dues aux évolutions techniques et aux modifications de produits finis ;

· Les frais d'assurance calculés en fonction du montant de stock ;

· Les frais liés à l'existence du magasin (magasinier, matériel de manutention, surface de magasin...).

Au total, on considère généralement que le stock coûte chaque année à l'entreprise environ 20% de sa valeur en moyenne. La figure ci-contre résume ces différents coûts.

Coûts de financement des investissements en stocks

Investissement en stock

Assurances

Coûts associés à la tenue de stock

Taxes

Coût intrinsèque des stocks

Entrepôts d'usine

Coûts associés à l'espace de stockage

Entrepôts publics

Entrepôts loués

Entrepôt propriété de l'entreprise

Coûts associés aux risques sur stock

Obsolescence

Dégâts

Déperditions (vols et pertes)

Transbordement ou transfert interne

Figure 6: Modèle du coût intrinsèque des stocks

Constatant, l'immensité du coût des stocks beaucoup de techniques ont été développées pour amoindrir le niveau des stocks afin d'accroître la rentabilité des entreprises. Les paragraphes qui suivent traitent des ces techniques.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net