WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La couverture médiatique d'une zone de conflit armé: Cas de la Radio Okapi en Ituri (RDC)


par Jacques Yves MOLIMA
Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication - Graduat 2007
  

précédent sommaire suivant

I.3. OBJECTIFS

La mission principale de la Radio Okapi en République Démocratique du Congo est d'accompagner le processus de paix et de démocratisation de la RDC en donnant l'information sur la situation humanitaire et sur la transition. Cet objectif s'inscrit dans le cadre même de sa création, c'est-à-dire du partenariat qui existe entre la Mission des Nations Unies au Congo (MONUC) et l'ONG suisse Fondation Hirondelle spécialisée dans l'information en zone de crise.86(*)

A cet effet, l'intervention de Radio Okapi en Ituri pour une médiatisation du conflit qui a éclaté dans cette partie de la République Démocratique du Congo s'inscrit dans le respect des valeurs qu'elle incarne tout en étant une Radio publique au service du public. La Radio Okapi, incarne et défend les valeurs humaines notamment :

- L'altérité : c'est-à-dire le respect des différences entre cultures et la tolérance.

- La dignité de chacun, mise à mal par les situations de violence, de guerre et de crise.

La Radio Okapi est une Radio de paix qui cherche à favoriser les conditions de vie pacifique et la résolution des conflits. En ouvrant une antenne en Ituri, eu égard à sa mission première d'accompagner le processus de pacification en RDC, la fondation Hirondelle à travers la Radio Okapi, avait pour mission de donner une information vérifiée et équilibrée de la situation conflictuelle de l'Ituri. D'entrer en contact avec les différentes sources d'information avec neutralité pour donner une information objective qui au final contribuerait à la cessation des hostilités et à la sécurisation de la population.

Etienne Rougérie actuel rédacteur en chef de la Radio Okapi, et ancien chef d'antenne de Bunia entre 2003 et 2004, souligne que les combats en Ituri étaient basés, au-delà de contrôle des terres riches par les uns comme les autres, sur les réponses à des attaques précédentes entre ethnies. Allant de riposte en riposte la situation s'empirait et tous cela étaient parfois basé sur des rumeurs. Ainsi, l'idée pour Radio Okapi, était d'essayer de donner des faits vérifiés qui permettent d'apaiser la rumeur et de ne plus donner à riposter.87(*)

Ainsi, l'objectif de la Radio Okapi, se dégage clairement ici comme une conjugaison d'effort dans la diffusion avec objectivité des informations vraies dans le seul but d'arriver à susciter, dans la population en conflit, le besoin, le souci du retour de la paix.

A cet effet, poussé par le souci de donner une information vérifiée et équilibrée, Radio Okapi s'est octroyée la discipline d'être à deux doigts de presque tous les événements de l'Ituri. Plusieurs localités du district de l'Ituri seront en effet couvertes par les journalistes de Radio Okapi.

Nous nous sommes intéressés, à cet effet, à savoir comment s'organisait le déplacement des journalistes dans les différentes localités de l'Ituri. La finalité est de jauger le travail des journalistes eu égard au conflit qui a touché une grande partie du district.

Il se dégagé de l'enquête que nous avons mené que la MONUC dans sa mission de paix en Ituri organisait des missions de prospection à travers plusieurs localités du district. Il s'agissait plus souvent des missions conjointes intersection à savoir la section de droit de l'homme, les affaires politiques, la section gender, section protection de l'enfance, ainsi que d'autres agences humanitaires de système des nations unies oeuvrant en Ituri, tous sous une bonne escorte des casques bleus de la MONUC.

Radio Okapi adjoignait un journaliste dans ce convoi avec mission de collecter toute information susceptible d'être diffusé sur l'antenne nationale. Ainsi, plusieurs localités ont été couvertes par Okapi tel que détaillé dans le tableau ci-après.

TABLEAU N2 : Les localités couvertes par les journalistes

TERRITOIRE DE ARU

TERRITOIRE DE DJUGU

TERRITOIRE DE IRUMU

TERRITOIRE DE MAHAGI

TERRITOIRE DE MAMBASA

Aru centre

Ariwara

Bambou

Blukwa

Drodro,

Fataki

Kafe

Kasenyi

Kobu

Kpandroma

Loga

Marabo

Ninzi

Tchomia

Tsey

Aveba

Boga

Bogoro

Bunia

Geti

Kagaba

Marabo

Mongwalu

Nyamavi

Nyankunde

Songolo

Mahagi

Mahagi port

Mambasa

2 localités

13 localités

11 localités

2 localités

1 localité

En interprétant le tableau ci-dessus, il y ressort que les journalistes de Radio Okapi dans leur travail de couverture médiatique du conflit entre mars 2004 et décembre 2005 ont été dans 29 localités. Les localités de deux territoires de Djugu et Irumu sont les plus couvertes par les journalistes que les autres territoires. Cela s'explique par le fait que le conflit en Ituri qui mettait aux prises les ethnies Hemas et Lendu s'était plus concentré dans ces deux territoires comme nous l'avions évoqué dans notre premier chapitre. C'est ainsi que les journalistes de Radio Okapi ont plus été présents dans ces deux territoires.

* 86 Information tirée du site web de la radio okapi, www.radiookapi.net.

* 87 Extrait de l'Interview que nous a accordé le rédacteur en chef de la Radio okapi Etienne Rougérie, août 2007.

précédent sommaire suivant