WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Milieu familial et reussite scolaire


par Jimmy CALIXTE
Université d'Etat D'Haiti/Faculte des Sciences Humaines - Psychologie 2007
  

précédent sommaire suivant

2.2.3- Les facteurs sociodémographiques et Réussite scolaire

Outre les facteurs socioculturels et les pratiques éducatives, les facteurs démographiques tels : le niveau d'étude des parents, le sexe de l'enfant et des parents et la structure familiale sont autant de facteurs démographiques qui jouent sur la réussite scolaire.

       2.2.3.1- Le niveau d'étude des parents 

Le rapport entre le niveau d'étude des parents (surtout de la mère) et la réussite scolaire est un sujet très priorisé dans la littérature scientifique (Muller & Kerbow, 1993 ; Ryan & Adam, 1995 ; Bronkhart, 1998). Ces auteurs tentent de montrer comment les variables socioculturelles dans le contexte familial sont des éléments qui jouent sur la réussite scolaire à l'adolescent. Parmi ces variables socioculturelles liées au contexte familial, on peut mentionner le niveau d'étude des parents.

Scott Jones (1995) en analysant la question de la relation entre le résultat scolaire des adolescents et le niveau d'étude des parents, avance que les parents à partir de leur propre histoire à l'école et de leur propre réussite, jouent un rôle de modèle et enseignent à leurs enfants la valeur de l'éducation. Ce dernier renforce la croyance de l'enfant dans l'école et consolide son engagement scolaire. Bronkhart (1998) souligne que le niveau d'éducation des parents a une incidence significative sur le résultat scolaire des adolescents, spécialement dans les matières de sciences exactes comme les mathématiques, les sciences physiques, etc.

Dans une étude réalisée par Fusch et al (1999) à partir des données du National Longitudinal survey of adolescent health (Add Health) sur les associations directes et indirectes entre : les variables socioculturelles, les caractéristiques individuelles des parents, les relations familiales en général, les interactions parents-enfant, les interactions centrées sur l'école, les caractéristiques individuelles et la réussite scolaire à l'adolescent (n = 2321). Ces auteurs ont pu trouver qu'il existe une association directe entre le niveau d'étude des parents et la réussite scolaire à l'adolescence.

 

D'après ces chercheurs, ce lien est du au fait que le niveau d'étude des parents est une variable qui va au delà du cercle familial, en ce sens que le niveau d'étude des parents joue sur le milieu socioculturel dans lequel évolue l'enfant. Dans une logique sociologique, nous pouvons dire que le capital culturel détenu par les parents favorise la réussite de leurs enfants.

 

Ces auteurs présentent plus clairement ce fait en avançant que : « Les parents d'un haut niveau d'étude vivent dans une communauté ou leurs enfants sont en contact avec d'autres enfants issus eux aussi de parents qui ont un haut niveau d'étude ». (Fuchs et al. 1999, pg 25). Alors, le niveau d'éducation des parents place les élèves dans un contexte socioculturel qui favorise ou non leur réussite. Cette étude trouve toute sa pertinence dans le contexte haïtien. Selon l'étude du MEF et de l'IHSI (2005), les enfants des chefs de ménage n'ayant aucun niveau d'étude parviennent en moyenne à achever tout au plus la 5ème année fondamentale alors que ceux dont le père ou la mère ont un niveau d'étude élevé franchissaient largement l'entrée du secondaire (7ème année fondamentale), voire dépassent le troisième cycle de l'école fondamentale lorsque leurs parents ont entre 7 et 13 ans d'études réussies. (MEF et IHSI, 2005 pg 160)

précédent sommaire suivant