WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dépenses publiques et bonne gouvernance: cas du secteur de l'éducation de base au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Aissata COULIBALY
Université de Clermont 1- CERDI - Master Economie du Développement 2008
  

précédent sommaire suivant

4. La transparence : diffusion de l'information

La transparence, la diffusion de l'information est un point clé au niveau de la bonne gouvernance. En effet, pour assurer un meilleur contrôle, nous devons avoir une information sur les états budgétaires, les résultats du secteur entre autres disponibles et accessibles pour tous les acteurs.

Dans le secteur de l'éducation de base, malgré une assez bonne transparence au niveau de l'élaboration du budget, celle au niveau de son exécution reste insuffisante. En effet, nous avons une absence de retour de l'information quant aux crédits finalement allouées comme nous l'avons vu précédemment, alors que la DAF tient à la disposition des DPEBA et des DREBA toutes les informations dont elles ont besoin.

En outre, la complexité du système et la multiplicité des acteurs crée une forte asymétrie de l'information qui favorise les fuites. Même si les DREBA ont une facilité d'accès à l'information auprès de la DAF, l'information circule mal entre DREBA et DPEBA d'une part et les DPEBA et les CEB d'autre part. Les DREBA n'affichent pas d'informations sur les allocations budgétaires et les CEB n'ont aucune information sur les crédits délégués. Ces derniers pour la plupart jugent la répartition des fournitures et des équipements non transparente. Néanmoins, les APE par le bais des directeurs d'écoles accèdent à l'information sur les états budgétaires au niveau de ces structures.

Pour ce qui concerne l'accès aux médias, la distance reste un obstacle.

précédent sommaire suivant