WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Niveau, formation et évolution de la liquidité interne en RDC de 1980 a 2007

( Télécharger le fichier original )
par Jerome MONGA KISUBA
Université de Goma - Licence 2010
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GENERALE

Au terme de cette étude portant sur l'analyse du niveau, formation et évolution de la liquidité interne en R.D.C de 1980 à 2007. Les variations qui affectent le montant des réserves nationales de change interviennent dans les processus de création des moyens de paiement intérieur, puisqu'elles modifient la composition des contreparties de la masse monétaire d'un pays. Cette constatation nous a conduit à la préoccupation principale de savoir si la quantité de monnaie en circulation émise au Congo au cours de la période de 1980 à 2007 est-elle nécessairement commandée par le débit de chacune des sources de création monétaire ou, au contraire, des phénomènes de compensation interviennent-ils de manière que lorsque une source de création monétaire augmente, une autre est appelée à diminuer.

Deux autres questions spécifiques ont été relevées autour de cette préoccupation principale : d'abord celle de savoir les facteurs qui ont contribué à l'évolution de la liquidité interne ; et puis celle de dégager le rapport qui existe entre la balance des paiements et l'évolution de la liquidité interne en R.D.C.

Eu égard à ces préoccupations ci-dessus, nous avons émis les hypothèses suivantes :

Ø La quantité de monnaie émise au Congo est commandée par le débit de chacune des sources de création monétaire ;

Ø Les facteurs qui expliquent l'évolution de la liquidité interne seraient le solde budgétaire, l'épargne nationale nette, l'investissement global, la consommation des ménages, le solde de la balance commerciale, le produit intérieur brut, les transferts courants du reste du monde, les transferts au reste du monde, l'indice général des prix et les dépenses publiques ;

Ø Il n'y a pas de lien rigoureux et évident entre l'excédent ou le déficit de la balance des paiements, d'une part, et la création monétaire ou la résorption dans la masse globale des liquidités, d'autre part.

La vérification de ses hypothèses a été rendue possible grâce aux méthodes analytique basée sur l'analyse économétrique qui nous a permis d'estimer les variables qui peuvent expliquer le niveau, la formation et l'évolution de la liquidité interne au Congo ; et inductive basée sur l'inférence statistique dans la généralisation des résultats issus de la période d'étude retenue sur l'ensemble de la période économique Congolaise. La technique documentaire a servi à la récolte des données dans différents rapports de la Banque Centrale du Congo de 1980 à 2007.

Après analyse des données, les résultats auxquels nous avons aboutit se résument en ceci :

§ Les déterminants du niveau et de la formation de la liquidité sont au nombre de trois, l'étude a dégagé seulement l'influence des crédits intérieurs et des autres postes avec une influence de 87,30 %;

§ Tout d'abord, les tests économétriques que nous avons effectués sur le modèle se sont avérés concluants excepté la normalité des résidus qui dégage une probabilité de 0,000002, qui implique qu'il est difficile d'introduire des intervalles des confiances.

L'hypothèse d'auto corrélation des erreurs sur base de LM-Test rejette cette hypothèse, le Ramsey RESET Test ne détecte pas l'existence d'une mauvaise forme fonctionnelle ; L'ARCH Test ne détecte pas l'hétéroscedasticité, toutes les variables sont stationnaire de degré avec le test ADF ;

Les déterminants de l'évolution de la liquidité interne sont nombreux, l'étude a dégagé l'influence des variables ci-après :

· Les transferts courants du reste du monde ;

· L'indice générale des prix et la liquidité retardée de deux ans. Les tests économétriques que nous avions effectués se sont avérés concluants à savoir le test de stationnarité, l'hétéroscedasticité, la normalité des résidus et la forme fonctionnelle. les signes des coefficients sont conformes à la théorie de départ, l'influence de ses variables est de 61,20%.

Le rapport entre la balance des paiements et la liquidité interne étant très minime, le degré de liaison étant de 0,0059% confirmant l'hypothèse de départ, l'estimation à intervalle de confiance inclus zéro, ce qui justifie que l'influence de la balance des paiements n'est pas différent d'aucune influence et le test de signification de corrélation confirme cette conclusion. Ainsi, nous formulons les suggestions suivantes : que l'autorité monétaire mette en place des structures visant à analyser tous les transferts courants des capitaux du reste du monde, mettre en place des politiques visant à stabiliser l'indice générale des prix.

En fin, nous précisons que ce travail est loin de demeurer un monument indiscriptible, au-déla de toutes les préoccupations abordées dans le présent travail, il nous semble que plusieurs autres questions restes ouvertes. C'est ainsi que nous encourageons d'autres chercheurs intéressés au problème de la monnaie lorsque nous savons que la médecine n'est pas la seule science à sauver les hommes, l'économie y parvient aussi par le canal de la maîtrise de l'inflation qui ne détruit pas seulement la croissance, mais ravage des nations à travers les mauvaises politiques économiques qui causent plus des victimes que n'importe quelle épidémie.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.