WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

De la gestion maritale face au principe de l'égalité entre l'homme et la femme

( Télécharger le fichier original )
par Edouard BIRINGANINE
Université officielle de Bukavu - Licence en droit 0000
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION GENERALE

I. PRESENTATION, CHOIX ET INTERET DU SUJET

En ce début du 21ème siècle, le droit connaît une évolution dans plusieurs domaines, particulièrement dans celui des droits humains et plus spécialement dans celui de la promotion de l'égalité entre l'homme et la femme à tous les niveaux, que l'on désigne actuellement par l'expression « promotion du genre ».

En République Démocratique du Congo, souvent et en général l'on ne s'interroge pas sur les rapports existant entre l'homme et la femme. Le constant est amer quand l'on remarque que dans la société congolaise, la femme,mariée ou célibataire soit elle,est considérée comme un sujet subordonné à l'homme, « son maître », dès qu'elle doit recevoir et exécuter les ordres de celui - ci.

En effet, si aujourd'hui on parle beaucoup de l'émancipation de la femme, cela veut tout simplement dire que l'être féminin est arrivée à un stade où elle s'est rendu compte qu'elle est capable de beaucoup des choses jusqu'e là freinées par le désir de domination de son partenaire  l'homme. or l'importance du rôle primordial qu'elle joue dans son ménage en tant qu'épouse, mère, éducatrice, ainsi que sa contribution aux charges du ménage proportionnellement à l'homme font de celle - ci l'égal de l'homme.

Appelé à assumer sans relâche ses lourdes tâches, la femme mariée se trouve cependant écartée de la gestion du patrimoine familial au quel elle n'a cessé d'apporter sa contribution soit par ses prestations à domicile soit par le revenu qu'elle réalise à partir d'une profession en dehors de son ménage 1(*).

De plus, dans notre société où la femme mariée reste soumise à l'autorisation maritale préalable à l'exercice de toute activité économique ou professionnelle, non seulement cette situation contraint l'homme à assumer seul les charges économiques du ménage mais elle condamne la femme à une passivité servile alors qu'elle est comme l'homme, acteur à part entière du développement économique de la société. Il y a donc une impérieuse nécessité de démontrer que si depuis des siècles la femme a été longtemps considérée comme un être inférieur à l'homme, de nos jours il est établi que la femme est incontournable dans toute vie sociétale.

Il va sans dire que notre pays ne peut sortir du qualificatif « sous développé » qu'en favorisant les conditions d'émergence sociale, économique et même politique dont la femme est capable.

Voilà pourquoi, à l'ère de la mondialisation, il convient de réfléchir sur les conditions d'une implication plus effective de la femme dans la gestion, l'administration et dans la prise des décisions touchant la bonne marche de la société en général et la famille en particulier. Tel est l'objectif de notre étude portant sur « la gestion maritale face au principe de l'égalité entre l'homme et la femme ».

* 1 DE LA MORANDIERE J. (dir.), Devoirs et Droits des Epoux, Bruxelles, Bruylant, 1960, p.71.

sommaire suivant