WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

De la démocratie belligène à  la rotative

( Télécharger le fichier original )
par Mahatma Julien TAZI K. TIEN-A-BE
Université de Kinshasa RDC -  2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. De la crise de la Démocratie Contemporaine.

La crise de la démocratie est une manifestation visible de l'érosion de la démocratie représentative. Cette crise est exprimée par l'impuissance politique, le manque de confiance des citoyens vis-à-vis de la classe dirigeante..., A l'intérieur de plusieurs pays, on constate une montée vertigineuse des extrémistes, l'abstentionnisme chronique, le manque de confiance des citoyens vis-à-vis de la classe politique.

Les esprits avertis de la question peuvent s'en rendre compte et écrire avec aisance que les démocraties connaissent aujourd'hui, pour la deuxième fois de leur histoire, une crise de croissance. La première avait eu lieu après la Première Guerre mondiale. Le suffrage universel voyait se mettre en place des régimes parlementaires décevants tandis que la société était déchirée par l'antagonisme entre classes sociales. La conséquence de cette crise est bien connue: ce fut l'avènement des totalitarismes dans les années 1930. Mais après 1945, les démocraties libérales, en menant des réformes profondes tant politiques, administratives que sociales, étaient parvenues à surmonter la crise.
Malgré des similitudes, celle que les démocraties connaissent aujourd'hui résulte surtout de l'approfondissement du libéralisme, qui s'exprime par un individualisme de masse et le triomphe des droits de l'homme. Désormais la souveraineté de l'individu a supplanté la souveraineté du peuple. Il y a un recul et même une «autodestruction douce» de la démocratie. Son universalisme la conduit à vouloir se dissocier de tout cadre historique ou politique et lui fait perdre son sens (5(*))

Cette crise de la démocratie est dans la pratique perceptible par les nombreuses actions sociales et manifestations populaire contre telle ou telle autre décision du gouvernement, on notera par exemple : les pétitions, les grèves, les manifestations, le militantisme de terrain ou encore aujourd'hui le cyber militantisme. Comment comprendre et interpréter le fait que les gouvernements se décident d'aller en guerre aux cotés des USA contre l'Irak pendant que leurs opinions publiques manifestent contre. (6(*))

Dans certains contextes, comme celui de la France, la crise s'est accélérée pour toucher les bases mêmes de la vie politique. Par exemple, le parti politique n'est plus à vrai dire une structure avant-gardiste de la démocratie. Ainsi, on peut encore noter ....la démocratie s'en est prise au principe du pouvoir en général et partout. Elle a universellement sapé les bases de l'autorité du collectif au nom de la liberté. (...) Elle a fait passer au premier plan l'exercice des droits individuels, jusqu'au point de confondre l'idée de démocratie avec lui et de faire oublier l'exigence de maîtrise collective qu'elle comporte.?» (7(*))

La crise actuelle est pathologique. Elle donne lieu à la recherche des solutions de rechange. Elle peut être la résultante de la déformation du parlement (Assemblée nationale et Sénat) qui, s'autonomise au point de ne plus servir l'intérêt des peuples et de tendre vers les intérêts privés (8(*)). Comme pièce de rechange, les vedettes de la politique inventent des types, des modes d'expression pour traduire cette crise. Ainsi, en France, on a noté la montée de ce qu'on a appelé la démocratie d'opinion.

Cette réalité a été expliquée par Jürgen Abertias en ces termes :...,   introduction du Marketing en politique témoigne du glissement du citoyen aux consommateurs puisqu'il consiste à établir de technique de séduction et d'influence du comportement de l'électeur. Les partis politiques se sont transformés en vendeur des programmes et ne s'appuient non sur l'opinion publique, mais sur l'opinion non publique (privée) recueillie grâce aux méthodes d'échantillonnage, élaboré par le marketing politique. Toujours est-il que l'emprise des médias et des sondages correspond à ce que nombres d'auteurs nomment la démocratie d'opinion (9(*)).

Elle est considérée par son partisan comme la plus value démocratique car elle entend comme légitime que chaque membre du corps politique soit omniprésent dans l'espace public, « Tout le monde doit tout savoir pour avoir un avis sur tout » (10(*)).

* 5 GAUCHET, M., La Démocratie d'une crise à l'autre, éd. Cécile Défaut, Paris, 2007, p.57

* 6 GAUCHET, M., L'Avènement de la démocratie, Gallimard, 2007 p.26

* 7 DEPAQUIT, S., « Renouveler la démocratie : oui, mais comment ? », in Confluences, no 35 du 13 juillet 2008

* 8 FLEURY, C, Les Pathologies de la démocratie, éd, Fayard, 2005, p.40

* 9ABERMAS, J, «  L'espace public », in le web pédagogiques, www.dicourspedagogique.arti.com

* 10WUNENBURGER, J, Les grands mythes politiques revisités à l'heure de la politique pour tous, éd. Table ronde, Paris, 2002, p.71

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net