WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Ports de Djibouti :« un hub régional de transport maritime et porte d'entrée de l'Afrique de l'est » un chemin de longue haleine


par Ahmed Guessod Abdourahman
Université Paul Cézanne, Aix- Marseille III - Diplome d'études superieurs universitaires 2009
  

précédent sommaire suivant

II.2 l'attachement de l'Erythrée à l'Ethiopie : un frein à la croissance de Port de Djibouti

En 1947, l'Italie renonce à tous ses droits sur ses possessions territoriales africaines. L'Erythrée se trouve alors au centre des contradictions entre grandes puissances : les Etats-Unis sont favorables à toute solution avantageant l'Ethiopie ; la France, désireuse de préserver ses intérêts à Djibouti et donc d'éviter une contagion nationaliste, se prononce en faveur d'une tutelle italienne, l'URSS prône l'indépendance immédiate. Les grandes puissances échouant de se mettre d'accord, le dossier est transmis à l'ONU en 1948. Selon la résolution 390, les nations unions ont tranché le rattachement de l'Erythrée à l'Ethiopie. Longtemps désireuse de trouver un accès à la mer, nationalisera deux ports essentiels (Assab, Massawa). Sans abandonner son utilisation au port de Djibouti, la majorité des importations et exportations transitent le port d'Assab, soit 75 % de marchandises éthiopiens, alors le 25 % restants est partagé entre le port de Djibouti et celui de Massawa. L'essentiel coffee éthiopien exportés a passé par Assab ainsi les produits hydrocarbures importés sont arrivés à Assab et une fois raffinés, sont distribués dans toutes les régions d'Ethiopie. Apres 30 ans de guerre, menés par la rébellion érythréenne contre le régime éthiopien, les érythréens ont obtenu leur indépendance en 1990. L'Ethiopie a perdu leurs accès maritime et devient un pays enclavé « hinterland ». Mais un changement s'est produit en Ethiopie. Le régime marxiste de Mengistu est tombe, la rébellion tigréenne a pris le pouvoir. Conscience de son enclavement, le gouvernement chercha de moyens d'avoir d'accès à la mer. A cela, elle conclut des accords avec les pays limitrophes, l'Erythrée en 20 janvier 1992, les ports d'Assab et Massawa doit servir l'Ethiopie comme un port de transit de marchandises originaire ou à destination de l'Ethiopie. Il est inclut dans cet accord que les deux parties doivent prendre touts les mesures nécessaires. Un accord d'utilisation du port de Djibouti est signé en 1993 qui engage la république de Djibouti de garantir l'Ethiopie un droit permanent d'avoir accès la mer à travers le port de Djibouti, autant que port de transit pour les marchandises éthiopiens d'export et d'import. Selon cet accord, les deux parties se sont entendues :

1- d'harmoniser et de coordonner les opérations de transport et de communications du flux de trafic entre les deux parties

2- d'harmoniser et de simplifier les formalités et les documentations exigées pour la circulation de biens, de personnes, de véhicules, de navires, de aircrafts et autres services de communication. 15

15. le rapport de Teshome Wolde Giorgis « transit transport system for Ethiopia » 1995

Un similaire accord est signé avec le soudan dans la coopération en matière de transport et de communication. Dans la construction de route, les deux parties se sont d'accord de mener conjointement des études concernant sur l'infrastructure routière reliant les villes et les villages du deux cotés de la frontière du deux pays. Ils se sont mis aussi d'accord de mener une étude sur le transport fluvial allant de Malakal-Nasser en soudan qui relie Gambela en Ethiopie. Cette voie de transport fluvial relie l'Ethiopie au port soudan sur la mer rouge.

Même si un accord n'est conclu à cette époque avec le Kenya, l'Ethiopie a des ambitions d'utiliser le port de Mombassa, en intéressant ce dernier temps le corridor Addis-Mombassa. De l'autre coté, la politique de libéralisation du commerce éthiopien cherche à livrer les importateurs et les exportateurs l'utilisation d'un port offrant de meilleures facilitations en termes d'économie de temps dans le transit, le cout de manutention, d'efficience et de sécurité de marchandises.

Les ports somaliens ne donnaient pas de signes encourageants pour que l'Ethiopie s'intéresse. Le pays est rentré dans un climat de guerre fratricide depuis que le régime de Siad Barre est tombé. Les ports Berbera, bossasso, Mogadishu et Kismaayo ne fonctionnaient pas comme correct. Mais celui de Berbera s'est développé un peu en accueille de navires de taille moyenne, en profitant de la stabilité qui règne dans cette partie de la somalie.

Cependant le statistique du commerce éthiopien montre que les cinq années suivi la l'indépendance de l'Erythrée, les importations éthiopiens sont estimés à 1.1 million tonnes par an et que l'exportation oscille entre 100000 à 150000 tonnes. Le volume de produits pétroliers importés excédent plus 1.2 million tonnes par an.

Seul le port d'Assab a vu transiter plus de 75% du flux du commerce internationale éthiopien. il est connecté à tous les voix terrestres vers Addis Abeba et vers les régions du centre et du nord éthiopiens. En matière de transport maritime, l'Ethiopie possède une ligne maritime qui prodigue de services. Plus de 62% des importations éthiopiens est assuré par cette ligne (ESL ethiopian shipping line) .

ETHIOPIAN TRADE STATISTICS, 1988-1993 Dry cargo imports by transit port (tonnes)

 

TOTAL DRY

TRANSIT PORT

ASSAB

DJIBOUTI

MASSAWA

1988/89

1.104.869

1.006.227

80.487

18.155

1989/90

931.853

856.524

61.295

14.034

1990/91

944.825

790.045

154.780

-

1991/92

1.065.003

881.706

183.297

-

1992/93

1.135.303

1.007.039

128.114

150

Source: pre-feasibility study of an inland Clearing Depot ( ICD) , scott Wilson Kirkpatrick, 1994

ETHIOPIAN TRADE STATISTIC, 1988-1993 Dry Cargo Export by transit Ports

 

TOTAL

ASSAB

DJIBOUTI

MASSAWA

MOYALE

1983/84

263.700

224.000

24.700

14.000

-

1988/89

148.907

125.661

23.246

-

614

1989/90

174.447

148.855

25.592

-

9.956

1990/91

119.850

82.601

37.810

-

12.292

1991/92

65.135

37.325

27.810

-

37.231

1992/93

94.177

82.654

11.523

-

25.006

Source: pre-feasibility study of an inland Clearing Depot (ICD) Scott Wilson Kirkpatrick, 1994

Selon ces tableaux, le port d'Assab est donc le principal porte d'entrée de l'Ethiopie devant le port de Djibouti et de Massawa jusqu'à la guerre entre l'Ethiopie et l'Erythrée en 1998

Ce tableau aussi montre donc que le trafic du port de Djibouti était inferieur à 1.5 millions de tonnes par an avec des importations nationales entre 200000 à 400000 tonnes ainsi que le trafic de transit éthiopien complètement marginalisé . Le trafic de transbordement s'oscillait entre 150000 à 250000 TEU par an. Mais la mise en place de premiers portiques à conteneur ainsi que l'aménagement de terre-plein au terminal à conteneur ont mise en évidence l'opportunité de développement de l'activité de transbordement sous-régional liés au processus de conteneurisation.

précédent sommaire suivant