WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE PREMIER: LE CADRE THEORIQUE DE LA RECHERCHE

Ce chapitre présente le sujet dans un cadre théorique. Il s'articule autour des points suivants :

ü la justification du choix du sujet ;

ü la clarification des concepts clés du sujet;

ü la revue de la littérature ;

ü la formulation de la problématique ;

ü l'élaboration des objectifs et des hypothèses.

1.1. Justification du choix du sujet.

Le secteur agricole constitue, dans la plupart des pays en développement, le fondement de l'économie et de l'emploi. Il représente plus de 50% du produit intérieur brut (PIB) et dans certains pays, jusqu'à 80% de la population active gagne sa vie grâce à l'agriculture3. Dans la plupart de ces pays, la production agricole est toutefois extrêmement faible, et les rendements souvent limités et imprévisibles d'année en année. Il s'agit d'une large part d'une agriculture de subsistance ne générant aucun revenu et insuffisante, dans bien des cas, à nourrir les familles des agriculteurs.

De ce fait, il en résulte que le secteur agricole est dans l'impossibilité de contribuer aux défis que constituent l'alimentation des populations toujours plus nombreuses et l'atténuation de la pauvreté rurale et les effets des changements climatiques. L'une des raisons de la piètre performance agricole de nombreux pays en développement est le fait que le rendement des variétés cultivées n'a pas progressé du fait de l'absence d'un bon programme de protection.

En effet, la protection permet de préserver le potentiel de production, de régulariser les rendements, d'améliorer la qualité et d'assurer la qualité des denrées alimentaires et de favoriser les échanges commerciaux. L'agriculture dispose d'un éventail de méthodes de lutte pour préserver ses cultures: façon culturale, choix des

variétés, mesures phytosanitaires, lutte biologique, lutte chimique, etc. Avec des produits de plus en plus performants et toujours plus spécifiques, la lutte chimique reste un outil essentiel de protection des plantes.

En République centrafricaine, des milliers de mètres cubes (m3) de pesticides agricoles et des tonnes d'engrais chimiques sont importés chaque année et utilisés. Dans le secteur de la culture du coton, ces produits sont destinés pour la croissance et la protection du cotonnier.

Dans le cadre de ce travail, nous avons choisi nous penché sur le cas des cotonculteurs de la commune rurale de Bossangoa. En effet, cette commune du pays abrite l'une des usines d'égrainage de coton. Aussi est-il qu'une forte pratique de la culture du coton s'y est développée et par conséquent, il est plus facile de vérifier l'impact de l'utilisation des ces produits phytosanitaires auprès de ces derniers.

Voila les raisons qui nous ont conduit à retenir notre sujet d'étude et de recherche qui s'intitule : « LES REPRESENTATIONS SOCIALES ET PRATIQUES LIEES A L'UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES EN RCA: Cas des cotonculteurs de Bossangoa. »

Notre sujet ainsi justifié, nous abordons dans le paragraphe suivant, la clarification des concepts clés contenus dans notre sujet d'étude.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net