WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.2.4. Discours sur les risques des pesticides pour l'environnement.

Le camembére qui suit présente le niveau de connaissance de nos enquêtés sur les risques que les pesticides agricoles représentent pour l'environnement.

44 Op cit, p.10

45 Op cit, http// : www.mce-info.org/pesticides.php , consulté le 10 Août 2011, à 18h15min.

Figure 10: Connaissance des enquêtés sur les dangers des pesticides pour l'environnement.

Connaissance du danger des pesticides pour
l'environnement

Ne sais pas
12%

Non

28%

Oui

60%

Source : Enquête sur terrain.

Près de 70% de producteurs de coton estiment que l'utilisation des pesticides peut constituer un danger pour l'Homme par la contamination des eaux. Les planteurs de coton établissent les risques de contamination des eaux et des poissons par les pesticides et les risques d'intoxication pour les êtres humains qui les consommeraient. Par contre, pour le sol, les réponses sont mitigées. 28% de l'échantillon interrogé estiment que les pesticides n'ont pas d'effets négatifs sur les sols. Selon eux, l'utilisation des pesticides contribuerait bien au contraire à renforcer et à maintenir sa fertilité.

La connaissance de nos enquêtés ainsi vérifiée, nous passons à leur perception quant aux dangers de ces produits selon leur niveau intellectuel.

4.2.5. La perception des risques des produits phytosanitaires selon le niveau d'instruction des enquêtés.

Le croisement de la variable Niveau d'instruction vise à montrer le niveau de perception du degré de danger que les pesticides représentent pour l'homme ainsi que l'environnement. En effet, cette perception varie en fonction du niveau intellectuel des individus.

Tableau 3: La variable niveau d'instruction avec la question n°9 : « Quel est le degré de risque que les pesticides agricoles représentent pour la santé humaine ?»

Question 9 NI

Aucun

Un peu

Beaucoup

Trop

Ça dépend

Total

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

Aucun

3

2.59%

14

8.43%

6

5.17%

0

0%

4

3.45%

27

23.27%

Primaire

4

3.45%

21

18.10%

22

18.96%

0

0%

3

2.59%

50

43.10%

Secondaire

4

3.45%

5

4.31%

23

19.82%

3

2.59%

3

2.59%

38

32.75%

Supérieur

0

0%

0

0%

1

0.86%

0

0%

0

0%

1

0.86%

Total

11

9.50%

40

34.48%

52

44.82%

3

2.59%

10

8.62%

116

100%

Source : Enquête sur terrain.

Selon le tableau ci-dessus, 9.50% de l'effectif total de l'échantillon interrogé ont affirmé que ces produits ne représentent aucun danger; 44.82% estiment que ces produits sont beaucoup toxique, tandis que 34.48% disent que les pesticides le sont mais un peu seulement ; par contre, 2.59% seulement d'entre les enquêtés pensent que ces produits sont trop toxiques et 8.62% estiment pour leur part que les pesticides sont toxiques mais seulement à un certain niveau. C'est pourquoi ils ont affirmé que ça dépend.

En abordant la question de toxicité des pesticides selon le niveau intellectuel des enquêtés, 19,82% d'entre eux ayant le niveau secondaire et 18,96% du niveau primaire estiment que ces produits sont beaucoup toxique tandis que, 18,10% de ceux qui ont niveau primaire et 8,43% qui n'ont aucun niveau pensent que les pesticides sont un peu toxique. Les 8,62% représentent l'avis de tous les enquêtés de niveau confondu, dans l'ensemble, certains pensent que la toxicité de ces produits dépendent de la quantité du liquide ingurgité dans l'organisme. En effet, pour nombre d'entre ces planteurs, seule une grande quantité du liquide dans l'organisme peut faire mal et à contrario, une faible quantité du liquide n'est pas redoutable.

Une telle conception est totalement erronée, car ces produits en entrant dans l'organisme humain par inhalation, ingestion ou par contact cutanée ne disparaissent pas. Les molécules s'entassent ainsi et finissent par créer des problèmes de santé à long terme. Sur ce point, nos enquêtés ont raisonné en terme de conséquences immédiates et non une vision à long terme des impacts de ces produits chimiques.

Sur ce, nous nous demandons si ce n'est pas de telles conceptions qui poussent certains planteurs à se livrer à certaines pratiques non conformes aux procédures et normes en vigueur ? C'est ce à quoi nous allons nous atteler dans le chapitre qui suit.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net