WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

5.1.5. Analyse du discours des planteurs n'utilisant pas toute la quantité du liquide.

Le tableau qui suit vise à montrer les raisons qui poussent certains planteurs à ne pas utiliser la totalité de pesticides qu'ils reçoivent pour le traitement de leur champ de cotonnier.

Tableau 6: La variable Niveau de Revenu et la question n°13.

La variable niveau de revenu et la question n° 13 : « Pourquoi gardez-vous le reste de ce liquide ? »

Question n°13

NR

Revendre au
marcher noir

Réutiliser sur
une autre
parcelle

Utiliser pour
son petit
élevage

Réserver pour
la chasse ou la
pêche

Usages
multiples

Total

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

5000 à 10000

0

0%

1

1.28%

2

2.56%

1

1.28%

2

2.56%

5

6.41%

10000 à 15000

2

2.56%

3

3.85%

1

1.28%

0

0%

3

3.85%

9

11.54%

15000 à 20000

2

2.56%

3

3.85%

2

2.56%

0

0%

1

1.28%

8

10.26%

20000 à 25000

4

5.13%

2

2.56%

0

0%

1

1.28%

3

3.85%

10

12.82%

25000 à 30000

2

2.56%

4

5.13%

3

3.85%

0

0%

3

3.85%

12

15.34%

30000 à 35000

1

1.28%

3

3.85%

1

1.28%

2

2.56%

7

8.97%

14

17.95%

35000 et plus

1

1.28%

6

7.69%

5

6.41%

3

3.85%

4

5.13%

19

14.36%

Total

12

15.38%

22

28.20%

14

17.95%

7

8.97%

23

29.49%

78

100%

Source : Enquête sur terrain.

50 Interview accordée au Secrétaire Général de la Maire de Bossangoa le 27/07/11 à 12h15min.

A la lecture de ce tableau, il ressort ce qui suit: 15.38% du total de l'échantillon interrogé estiment garder une partie du liquide pour revendre au marché noir, 28.20% disent qu'ils en gardent pour être réutilisé sur une autre parcelle, tandis que 17.95% garde cela pour la protection ou l'entretien de leur petit élevage. Ceux qui conservent cela pour en faire soit la chasse ou la pêche représente seulement 8.97% et les 29.49% autres enquêtés disent que ces produits servent à beaucoup de choses y compris les différentes pratiques que leurs prédécesseurs ont évoquées.

A l'analyse de ce tableau, nous voyons que dans l'ensemble, tous ceux qui se livrent à ces genres de pratiques n'ont pas un niveau de revenu élevé. Et en voulant joindre les deux bouts, ceux-ci pensent pouvoir le faire en vendant ou en chassant ou encore en protégeant leur petit et menu bétail avec une autre partie de l'insecticide. Bien au contraire, une telle pratique affaiblie considérablement le rendement du coton à l'hectare. Car les consignes et directives techniques n'étant pas respectées.

Selon l'Adjoint au Chef d'exploitation de l'usine de Bossangoa que nous avons interrogé, celui-ci nous a confié ceci: «Pour prétendre à une bonne récolte, il est conseillé de procéder à cinq (5) traitements minimums ou à huit (8) maximums. »51 Cette situation relève de la mauvaise compréhension des directives techniques. Sur ce, nous passons au paragraphe traitant du respect des procédures et normes en vigueur.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net