WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

5.2.2. Connaissance des précautions à prendre pendant l'application du produit.

La figure ci-dessous retrace le niveau de connaissance des enquêtés sur les précautions que l'on doit prendre pendant l'épandage ou l'application du produit.

Figure 14: Connaissance des précautions à prendre lors des traitements.

Précaution à prendre pendant le traitement.

Ne pas fumer ni boire

Ne pas traiter contre le vent Ne pas faire appliquer le traitement

par les enfants et les personnes âgées Eloigner les enfants et les animaux Porter des vêtements de traitement

phytosanitaire

Reponses des
enquetes

0 10 20 30 40

Effectif des enquêtés

8

18

23

27

40

Source : Enquête sur terrain.

Connaître les règles à observer pendant l'application du produit est important car l'efficacité du traitement ou de la protection de la culture en dépend. A cet effet, la plupart de l'échantillon interrogé sait qu'il ne faut pas traiter contre le vent (soit 40 enquêtés). Quant au reste des planteurs retenus pour cette étude, 27 reviennent sur le faite qu'il faut nécessairement porter des vêtements de protection phytosanitaire qu'ils en ont d'ailleurs pas, 23 d'entre eux estiment qu'après le traitement, on ne boit ou ne fume qu'après avoir une bonne toilette, 18 planteurs sur l'effectif total des enquêtés affirment qu'il faut éloigner les enfants et les animaux du champ lorsqu'on procède au traitement. Et pour finir, 8 disent qu'il ne faut pas faire appliquer le traitement par les enfants ou les personnes âgées.

Les réponses fournies par nos enquêtés ici relèvent belle et bien des directives techniques et des recommandations écrites sur les étiquettes de ces produits. Malheureusement, certaines de ces consignes ne sont pas bien suivies par certains cotonculteurs. Selon nos observations faites sur terrain, certains planteurs se font seconder ou remplacer lors des séances de traitement par leurs enfants ceci, à l'insu des DT qui ne sont pas toujours présents pendant certains traitements.

De telles pratiques ne sont pas de nature à respecter les règles et normes en vigueur. Les cotonculteurs les connaissent bien et les récitent bien mais très peu d'entre eux mettent en application ces directives techniques. De ce fait, qu'en est-il des précautions à prendre après l'application du produit ? Nous en parlerons dans les lignes qui suivent.

5.2.3. Précaution à prendre après l'application du produit.

Le graphique qui suit résume le discours de nos enquêtés sur les différentes précautions que l'on doit prendre après qu'on a fini le traitement.

Figure 15: Connaissance des précautions à prendre après le traitement.

Précaution à prendre après
l'application du produit

0 20 40 60

Ne jamais réutiliser les emballages
vides

Laver tous les vêtements de protection

Manger et boire uniquement après
toilette

Destruction des emballages vides

Rdponses des
enquetds

11

47

50

8

Effectif des enquêntés

Source : Enquête sur terrain.

Les risques d'intoxication ou de contamination se répartissent à différents niveaux : pendant la manipulation, l'application et après l'application du produit. La connaissance des précautions à prendre à chaque niveau permet de réduire les risques de contamination. Après les traitements aussi, des règles doivent être observées.

En effet, parmi les planteurs interrogés, 50 sont formels que l'ont ne peut boire ou manger qu'après une bonne toilette ; 47 d'entre eux estiment qu'il faut laver tous les vêtements de protection; 11 seulement disent qu'il ne faut jamais utiliser les emballages de ces produits et pour finir, 8 ont déclaré qu'il faut détruire les emballages vides des produits-ci.

Grosso modo, nous pouvons estimer que les différentes campagnes de sensibilisation à l'endroit des cotonculteurs ont atteint leur but eu égard aux réponses justes que nos enquêtés ont donné ici. Hélas, ces réponses sont et ne demeurent que des principes dont ceux-ci n'ont fait qu'énumérés. Selon notre observation en effet, certaines de ces règles ne sont respectées. N'ayant pas les vêtements de protection phytosanitaires, les planteurs utilisent leurs habits ordinaires qu'ils les lavent au bord des marigots qui longent leurs champs. D'autres encore sachant que seule une forte quantité du liquide peut tuer, ne se donnent pas trop de peine pour faire une bonne toilette avant de commencer soit à chercher à manger ou à boire ou encore à fumer.

C'est justement contre ces genres de mauvaises pratiques que Gaëlle STIMAMIGLIO et Gérard GENDRON ont mis en évidence les canaux par lesquels l'on peut se contaminer. Dans leur ouvrage intitulé : Utilisation efficace et sans risques des produits phytosanitaires en République Centrafricaine~~, ces auteurs affirment que l'homme peut se contaminer par les voies suivantes :

ü Par ingestion: causes accidentelles ou aliments contaminés, réutilisation des emballages vides ;

ü Par contact: intoxications fréquentes : éclaboussures, contact avec la culture traitée ;

ü Par inhalation : par respiration des nuages de pulvérisation principalement.52

Ces consignes viennent mettre un terme sur la connaissance qu'ont nos enquêtés sur les conduites à tenir après le traitement. Le prochain paragraphe qui suit, sera consacré à l'aspect gestion des emballages des pesticides.

précédent sommaire suivant