WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5.2.5. La gestion des emballages en fonction de la variable sexe.

Le tableau croisé qui suit vise à montrer la manière dont les femmes ou les hommes gèrent les emballages des pesticides après les traitements.

Tableau 7: L'utilisation des emballages des pesticides selon la variable sexe.

Question

Autodestruction

Revendre à

Laver et

Autres

Total

n°18

au champ

ceux qui sont

réutiliser

 
 
 
 

dans le besoin

 
 
 

Sexe

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

VA

VR

Masculin

18

15.51%

18

15.51%

44

37.93%

31

26.72%

111

95.69%

Féminin

0

0%

0

0%

4

3.45%

1

0.86%

5

4.31%

Total

18

15.51%

18

15.51%

48

41.38%

32

27.58%

116

100%

Source : Enquête sur terrain.

A la question de savoir : « Après les traitements, que faites-vous des emballages des pesticides ? », les réponses divergent fortement selon qu'on se tourne vers les femmes ou les hommes. Ainsi, aucune des femmes interrogées n'affirment soit détruire ces emballages au champ ou soit revendre à d'autres personnes. Toutes disent

53 STIMAMIGLIO (G) et GENDRON (G), op cit, p.30

laver pour utiliser (4.31% du total de l'échantillon). Quant aux hommes, 15,51% seulement affirment qu'ils détruisent ces emballages au champ. Mais le reste de ceux-ci gardent ces emballages pour les revendre ou les utiliser (soit 80.16%).

Cette situation se comprend en ce sens où dans le monde rural, le plus souvent ce sont les femmes qui sont responsables des ustensiles de cuisines et de ce fait, chargées d'acquérir de nouvelles assiettes. Ainsi, les bouteilles en plastiques sont bien faites pour leur permettre de conserver leurs semences, de l'huile, du sel ou du sucre. Quant aux sacs des engrais et sachets des graines de coton cela permet selon les dires de nos enquêtés, à conserver les farines de manioc surtout en saison des pluies. Car au mois d'août - septembre, les planteurs sont plus au champ et de là, c'est de cette manière qu'ils conservent leurs provisions.

Toutes ces pratiques non conformes aux directives techniques ont des conséquences. Alors, quel est l'impact socioéconomique de ces pratiques sur ces planteurs ? Cette interrogation fera l'objet de notre préoccupation dans le prochain chapitre.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net