WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les représentations sociales et pratiques liées à  l'utilisation des produits phytosanitaires en RCA: cas des cotonculteurs de Bossangoa.

( Télécharger le fichier original )
par Arsène Ferrera BINGUIMALET
Université de Bangui - Maà®trise 2010
  

précédent sommaire suivant

6.2. Les solutions à envisager.

La deuxième partie de ce chapitre vise à proposer des pistes de solutions aux différents problèmes évoqués de bout en bout dans ce travail.

6.2.1. Opinion sur la sensibilisation reçue.

Cette figure synthétise les discours des enquêtés sur la connaissance qu'ils ont des conséquences des mauvaises pratiques phytosanitaires.

Figure 23: Discours des enquêtés sur la sensibilisation.

36%

Non

Opinion sur la sensibilisation

64%

Oui

Source : Enquête sur terrain.

A la question de savoir si les planteurs ont été sensibilisés sur les conséquences des mauvaises pratiques phytosanitaires, les réponses se présentent de la manière suivante : plus de la moitié de l'effectif de l'échantillon interrogé soit 64% affirment être sensibilisés à cet effet par contre, 36% estiment ne pas être sensibilisés.

La sensibilisation est souvent faite par les DT, la municipalité de Bossangoa à travers des réunions avec les chefs de groupes et de quartiers. Selon nos observations, les planteurs sont informés peu des méfaits de ces produits mais la difficulté réside dans l'application de ces consignes reçues.

Selon nos observations, des efforts sont faits et sont entrain d'être fait de part et d'autre pour conscientiser les planteurs à faire bon usage de ces produits. Mais comme cet adage populaire le dit si bien : « L'habitude est la seconde nature de l'homme » et par conséquent, il est difficile à ces planteurs de changer d'attitudes aussi facilement.

La sensibilisation est une bonne chose mais la formation à l'endroit de ces cotonculteurs serait le mieux. Est-ce-que ceux-ci ont été formés sur les techniques de la bonne utilisation de ces produits ? C'est ce que nous allons voir dans le prochain paragraphe.

6.2.2. Avis sur la formation relative à l'utilisation des produits phytosanitaires.

Le camembert ci-dessous résume le point de vue des planteurs interrogés sur la question relative à la formation sur les techniques de bonne utilisation des produits phytosanitaires.

Figure 24: Discours des enquêtés sur la formation pour des bonnes pratiques phytosanitaires.

Opinion sur la formation réçue

87%

Non

13%

Oui

Source : Enquête sur terrain.

La formation est indispensable à tout exercice dans tel ou tel autre domaine de la vie professionnelle. Cette règle est aussi valable pour les cotonculteurs. Cependant, à la question de savoir si ces derniers ont reçu une formation relative aux pesticides agricoles qu'ils utilisent chaque année, la surprise a été grande quant à leurs réponses.

D'après ce graphique, 87% des planteurs enquêtés estiment ne pas être formés sur l'utilisation des pesticides tandis que 13% seulement affirment avoir reçu une formation à cet effet. Ceux qui ont répondu par la négative disent agir par tradition ou par observation c'est-à-dire voir comment l'autre ou comment fait-on ou encore comment traite-t-on le coton et on essaie d'imiter. Quant au reste qui estiment avoir reçu une

formation, ce sont pour la plupart des DT. Ceux-ci ont souvent été formés dans le but de revenir former eux aussi les membres de leurs groupements respectifs.

Selon nos observations faites sur terrain, les séances de restitution des DT sont constituées de petites séances de réunions de quarante cinq (45) minutes à une heure généralement les Dimanches matin où tous les planteurs sont supposés être présents au village. A travers cette situation, nous comprenons aisément que ce n'est pas en quarante cinq (45) minutes ou une heure qu'on peut appréhender toutes les notions relatives aux procédures et normes en vigueur afin d'éviter les risques sanitaires et environnementaux que les pesticides représentent pour soi; si tant est que la majorité de ces planteurs ont un niveau d'étude relativement faible dans l'ensemble.

Face donc à des telles situations, quelles sont les solutions que l'on peut envisager ? C'est dans ce contexte que les paragraphes qui suivent seront structurés.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net