WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

2- Méthode d'étude des disponibilités alimentaires

La disponibilité des proies est définie par l'abondance des types de proies potentielles vivants dans les micro-habitats fréquentés par l'oiseau prédateur lors de la recherche de nourriture (WOLDA, 1990). Afin de donner une image fidèle de la qualité systématique des proies potentielles que renferment les différents milieux trophiques fréquentés par les modèles biologiques étudiés et dans le but de donner un aperçu quantitatif de l'évolution temporelle des peuplements de proies disponibles, nous avons mis en place un dispositif de piégeage et réalisé des captures à l'aide du filet fauchoir.

L'échantillonnage des disponibilités alimentaires offertes aux cigognes et aux gardeboeufs de la région de Batna est réalisé dans 3 types de milieux localisés dans la plaine d'El Madher, choisis à cause de leur facilité d'accès et de leur sécurité. Ces stations échantillons sont représentées par un milieu cultivé (cultures maraîchères, grandes cultures au stade levé, les chaumes de céréales et même parfois dans un labour), un milieu humide (marais temporaire d'eau douce) et une pelouse naturelle. Ces milieux représentent généralement les principaux milieux de gagnages exploités par les deux échassiers étudiés (BREDI N, 1983- 1984 ; BOUKHEMZA, 2000 ; SI BACHIR, 2007).

Chaque mois, durant la période allant de décembre 2006 à novembre 2007, nous avons appliqué un dispositif de collecte constitué d'une parcelle carrée de 400 m2 (20 m x 20 m de côté) dans laquelle sont implantés 9 pots Barber au ras du sol distants de 5 m sur trois rangées, et 4 assiettes de couleur jaune au centre de chaque carré formé par les pots Barber (Fig. 10). Les pièges trappes sont en fait des boîtes de conserve, cylindriques, de 1 décimètre cube de contenance, alors que les assiettes colorées utilisées sont des récipients peu profonds, en matière plastique de 15 cm de diamètre. Tous les pièges utilisés sont remplis à 2/3 d'eau additionnée d'un mouillant et sont retirés du sol avec leur contenu au bout de 3 jours à une

20 m

5 m

5 m

Pot Barber

20 m

Piège coloré

Figure 10- Dispositif appliqué dans l'échantillonnage des disponibilités alimentaires.

semaine après leur installation (BENKHELIL, 1991).

Les pièges trappes ont permis d'échantillonner principalement des invertébrés se déplaçant sur le sol. Nous citons en particulier parmi les innombrables groupes recensés, des coléoptères, des arachnides, des crustacés et des mollusques. Un grand nombre d'insectes volants qui viennent se poser à la surface ou y tombent sont également colletés. Les pièges colorés ont servi à la capture d'une grande variété d'insectes ailés, notamment des hyménoptères, des diptères et des lépidoptères.

Parallèlement à ce dispositif, nous avons réalisé un fauchage à l'aide d'un filet fauchoir de 30 cm de diamètre le long d'un transect de vingt mètres, totalisant en général 15 à 20 coups dans les mêmes carrés réservés à l'échantillonnage par les pièges trappe. Cette méthode est appliquée sur une végétation basse et non humide. Les principaux groupes récoltés sont les orthoptères, les lépidoptères, les diptères et les hyménoptères.

précédent sommaire suivant