WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

3- Méthode d'étude de l'exploitation des milieux de gagnage

Dans le but de mettre en évidence les principaux milieux d'alimentation fréquentés par la Cigogne blanche et le Héron garde-boeufs et les modalités d'exploitation de ces gagnages au cours des diverses saisons phénologiques que connaissent les deux espèces, nous avons réalisé des recensements réguliers sur deux itinéraires échantillons.

3.1- Description et choix des itinéraires Les itinéraires choisis sont :

> Itinéraire de la zone d'El Madher : regroupe les tronçons de la route nationale 3 depuis la ville de Batna jusqu'à Djerma, puis les tronçons de la route départementale 26 de Djerma à El Madher en revenant sur la ville de Batna tout en passant par Fesdis (Fig. 11).

> Itinéraire de la zone de Merouana : parcourt les tronçons de la route nationale 86 allant de la ville de Merouana à Oued El Ma et les tronçons de la route départementale 153 passant par El Hassi et Ksar Bellazma, tout en revenant à la ville de Merouana par la cité de Chiddi, puis le tronçon de la route nationale 77 allant de Merouana à Ksar Belezma (Fig. 11).

La longueur totale de ces deux itinéraires est respectivement de 35 km et 50 km, parcourus à l'aide d'un véhicule roulant à vitesse modérée, en moyenne en 2 heures de temps chacun. Ces transects, comprennent une partie de la plaine d'El Madher et celle de Belezma qui représentent les principales régions où la cigogne et le garde-boeufs sont le plus fréquemment rencontrés dans la région de Batna.

Ksar Belezma

N77

N86

Oued El Ma

W153

El Hassi

N86

N3

N77

N3

Fesdis

N31

N86

N3

W26

Djerma

N88

Figure 11- Cheminement des itinéraires-échantillons parcourus lors des recensements
des oiseaux dans leurs milieux de gagnages.

(En jaune : réseau routier ; en rouge : Itinéraires-échantillons ; route nationale ;

N3 W26

route départementale, sens du déplacement).

Les tronçons prospectés sont représentés par des zones à activités agricoles très diversifiées mettant à profit les eaux des oueds et les eaux sous terraines. Ces régions sont caractérisées par de vastes prairies, des cultures basses et par l'élevage de bovins, d'ovins et d'aviculture.

Nous avons parcouru ces itinéraires une fois par mois au cours de la période allant de décembre 2006 jusqu'à fin septembre 2007 totalisant 10 recensements par chacun des deux itinéraires.

3.2- Méthode de recensement des groupes

Les dénombrements sont réalisés le matin, vers 10 heure de matin, au cours de journées sans pluie battante ou interrompue ni vents violents (BREDIN, 1983). Lors de nos sorties nous avons évité les matinées où les hérons se rassemblent après l'envol des dortoirs et le soir où ils se réunissent dans les dortoirs. A chaque contact avec un groupe de cigognes ou de garde-boeufs, nous avons noté, systématiquement :

1- Le nombre d'individus du groupe : un groupe correspond à plusieurs individus exploitant la même surface, un oiseau n'étant pas éloigné de plus de 20 m de son voisin (SIEGFRIED, 1971b ; BREDIN, 1983) ;

2- Le type de milieu dans lequel ils s'alimentent. Huit types ont été retenus :

> Prairies : ce sont des terrains caractérisés par une couverture permanente de végétation herbacée, généralement pâturés. Deux types de prairies sont observés, naturelles ou cultivées.

> Friches et parcours : ce sont des milieux relativement secs, les friches sont caractérisées par une végétation arbustive clairsemée, alors que les parcours résultent des activités agricoles notamment après les moissons.

> Bordures de ruisseaux : les ruisseaux naturels de la région d'étude sont à écoulement momentané pendant la saison des pluies et sont généralement soumises aux déversements des eaux usées.

> Marais temporaires (pelouses inondées) : comprennent de petites étendues d'eau peu profondes envahies par la végétation.

> Labours

> Cultures basses : elles sont représentées essentiellement par des cultures céréalières non irriguées, fréquentées seulement au cours de leurs premiers stades phénologiques, ainsi que par diverses cultures maraîchères exploitées en irrigué.

> Immondices : représentées particulièrement par les dépôts d'ordures ménagères.

> Dépôts d'animaux domestiques : résultant de l'aviculture ou de l'élevage de bovins et d'ovins.

3- Les types d'associations observés, regroupés en 4 types :

(1) non associés : oiseaux s'alimentant en groupe monospécifique ;

(2) association interspécifique : correspond à l'association entre les deux modèles biologiques étudiés et/ou avec d'autres espèces d'oiseaux ;

(3) associés à des machines agricoles ;

(4) associés à des bovins ;

(5) associés à des ovins- caprins ;

Ces trois dernières associations correspondent principalement au comportement d'association décrit chez le Héron garde-boeufs (BREDIN, 1984 ; SI BACHIR, 2007).

4- La présence ou l'absence d'eau.

précédent sommaire suivant