WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

2.2.2- Variation temporelle des peuplements de proies potentilles

C'est pendant les saisons printanière et estivale que nous avons enregistré les plus grands effectifs d'invertébrés, notamment des coléoptères, des hyménoptères, des aranéides et des diptères. Ainsi, les effectifs les plus élevés sont enregistrés au printemps avec 2.399 individus suivi par l'été avec 1.305 individus, alors que les valeurs les plus élevées de la richesse totale sont notées au printemps avec 142 espèces et en automne avec 121 espèces. De même, l'indice de SHANNON révèle une diversité plus importante en automne avec 5,5 bits suivi par le printemps avec 5,14 bits.

L'apparition d'invertébrés en une période et leur absence en une autre s'expliquerait par leur phénologie spécifique qui est liée aux conditions écologiques du milieu, notamment les conditions climatiques et le couvert végétal. Ainsi, en hiver nous notons l'absence de 8 ordres par le fait que la plupart des invertébrés entrent en diapause. Les ordres présents en cette saison ont un échantillonnage accidentel à très accidentel.

Généralement, nos résultats sont comparables à ceux obtenus dans différentes régions d'Algérie. BENTAMER (1998), dans un terrain cultivé de blé (Tizi-Ouzou), a noté un taux

élevé de coléoptères aux mois de janvier et d'avril, suivis par les orthoptères, et des taux assez fréquents de crustacés, arachnides et hyménoptères. Pour ce même auteur, ce sont les orthoptères qui sont notés avec des taux élevés dans la prairie échantillonnée, surtout aux mois d'octobre, de novembre et de juillet. BOUKHEMZA (2000), signale également un maximum d'abondance des orthoptères en été et au début de l'automne.

SALMI (2001), dans la basse vallée de la Soummam, mentionne un taux élevé de coléoptères qui atteignent 73,1 % en avril 1999 dans une friche contre 21,3 % dans une prairie. Pour SI BACHIR (2007), dans la région de la Kabylie de la Soummam, les effectifs d'invertébrés recensés lors de la période printanière et estivale sont plus importants que ceux enregistrés en dehors de ces périodes.

précédent sommaire suivant