WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

5- Statut bioécologique des deux échassiers étudiés dans la région de Batna et recommandations de conservation

5.1- Statut bioécologique de la Cigogne blanche

Dans une large partie de son aire de répartition, la Cigogne blanche a vu ses effectifs diminuer depuis les années 1930. Ce déclin s'est accentué après les années 1950 notamment parmi la population européenne occidentale (SCHULZ, 1999).

Les résultats internationaux des deux derniers recensements de 1996 et 2004-2005 ont révélé un développement positif des populations de cigognes dans la majorité des sites de sa reproduction. Selon THOMSEN et HÖTKER (2006), les populations de cigognes blanches ont décliné de 20 % entre 1974 et 1984 puis elles ont augmenté de 23 % entre 1984 et 1994- 95 ; la population occidentale a augmenté de 75 % depuis 1984, alors que la population orientale a augmenté de 15 %. Aussi, les résultats préliminaires du dernier recensement de 2004-2005, recueillis de 13 états, montrent que la population est encore en augmentation et qu'il y a des pays où cette augmentation est de l'ordre de 100 % (THOMSEN et HÖTKER, 2006).

Cette évolution des effectifs est constatée aussi dans le bassin méditerranéen. En Algérie, d'après MOALI-GRINE (2005), les récents dénombrements de 1998 et 2001, ont tous les deux confirmé la tendance à l'augmentation de la population qui est passée de 1.195 couples en 1993 à près de 6.000 couples en 2001, ce qui rejoint les synthèses du colloque organisé à Hambourg en 1996 concernant l'ensemble des populations de Cigognes blanches. Selon HAMDI et al. (2007), en Tunisie, le nombre de nids est passé de 358 entre les années 1980-1999 à 489 nids en 2002-2005.

Dans la région de Batna, un recensement minutieux réalisé récemment en 2006 par DJADDOU et BADA (2006), donne 490 nids dont 7 nids non occupés. Deux autres recensements, aussi exhaustifs, réalisés en collaboration entre le département de Biologie (Association scientifique Biologie, Biodiversité et Durabilité) et la conservation des forêts de la wilaya de Batna, signalent un total de 593 nids occupés en 2007 et 670 nids occupés en 2008 ; ce qui donne une densité de la population variant de 11,5 couples/100 km2 en 2006 et 15, 9 couples/ 100 km2 en 2008.

Les résultats de ces recensements assez exhaustifs, dénotent des lacunes observées au niveau des recensements habituellement réalisés chaque année par les services des conservations des forêts tant au niveau local que national ; qui rapportent généralement des effectifs très en deçà de la réalité. Ceci revient à dire que l'Algérie abrite des effectifs très importants par rapport à ce qui est signalé dans la littérature.

Aussi, nous signalons l'observation personnelle de l'installation de nouveaux nids à Merouana, à Arris et à El Madher (Annexe, photos 10 et 13). A M'Chounèche (W. de Biskra), nous avons noté une première nidification de l'espèce en l'an 2009.

Ceci montre que la région des Aurès connaît la même tendance ascendante des populations de cigognes suite à l'implantation de plus en plus importante de nouveaux couples dans la région.

Le cycle biologique de la Cigogne blanche dans la région de Batna débute par les premières arrivées enregistrées à la fin janvier et au début février, et se termine par les départs en migration post nuptiale enregistrés de la fin juillet jusqu' à la mi-août.

Pendant la période de son séjour, nous avons relevé 7 milieux d'alimentation différents fréquentés par l'espèce : les bordures d'eaux usées, les prairies, les friches, les labours, les cultures basses, les déchets d'aviculteurs et les milieux fauchés. Nous l'avons également observé fréquentant les décharges publiques en dehors des itinéraires suivis, notamment à Ain Touta et à Arris (Annexe, photo 5).

L'étude du régime alimentaire basée sur la décortication des pelotes de réjection de la Cigogne montre que l'espèce est un prédateur entomophage. Elle s'alimente essentiellement d'insectes avec un taux de 99,23 % contre 0,13 % seulement de vertébrés.

Une sélection positive est apparue pour les ordres des orthoptères, des coléoptères et des dermaptères dans les trois principaux milieux fréquentés : prairie, milieu humide et culture basse.

Parmi les familles les plus abondantes et les plus constantes dans la composition de l'alimentation de l'espèce, nous citons les Caelifera ind., les Scarabaeidae, les Ensifera ind., les Labiduridae, les Silphidae, les Tenebrionidae, les Carabidae et les Harpalidae.

précédent sommaire suivant