WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Documentation sur le statut des métis de pères Allemands au Togo entre 1905 et 1914. Présentation de documents allemands avec traductions ou résumés en français


par Essosimna Tomfei Marie-Josée ADILI
Université de Lomé (Togo ) - Maà®trise en lettres allemandes 2012
  

précédent sommaire suivant

2.3.3.3 - Traduction du document en français District impérial de Lomé - Ville,

Lomé le 30 octobre 1909

Dans l'exercice de mes fonctions de tuteur [des métis] dans ma Circonscription, j'ai pu constater que les prénoms des enfants mulâtres s'accompagnent dans la plupart des cas des noms de leurs pères illégitimes. Je trouve cette pratique inquiétante pour notre politique raciale. A mon avis, il est souhaitable que se reflète aussi dans l'attribution des noms la séparation entre Blancs et Noirs fixée par la position juridique des deux composantes de la population, et qui fait le fondement de la politique raciale du gouvernement. Si jamais il s'avérait nécessaire de déterminer légalement, jusqu'à quel degré de mélange de sang le métis devrait être encore considéré comme un Noir, la confusion de noms rendra difficile, sinon impossible l'application d'une telle mesure. Par ailleurs, la conséquence d'une telle pratique sera que le métis, grâce à ce nom, se sentira comme étant un Européen, et voudra être traité comme tel, parce qu'ayant un sang majoritairement européen. Des complications seront alors inévitables. Cela pourrait être évité si l'on reconnaît et que l'on applique pour la colonie, en ce qui concerne les indigènes, le principe du droit allemand (Cf. Code Civil allemand BGB) § 1706, selon lequel l'enfant hors-mariage se voit attribué le nom de famille de sa mère. Ainsi, même pour les générations futures, l'origine d'une personne se reconnaîtra dans son nom. Si les mères ne portent aucun nom de famille, le gouverneur pourrait alors attribuer aux enfants métis des noms selon la pratique en vigueur en Prusse et en Autriche, et qui consiste à choisir des noms désignant des animaux, des plantes ou des roches dans la langue locale. Dans le cas où une telle manière d'attribuer les noms viendrait à rencontrer des difficultés particulières, on pourrait y remédier en envisageant de concéder un changement de nom, sur autorisation du gouverneur. Même si, selon les statistiques récentes, le nombre des

mulâtres est passé de 93 en 1908 à 156 en 1909, l'application d'une mesure conséquente se fera actuellement sans difficulté. Sinon, selon l'impérieuse conviction qui s'impose de plus en plus, l'augmentation des mulâtres de 59% en un an rend nécessaire une réglementation urgente, même si une partie de cette augmentation est due à un manque de précision dans le recensement. Le cadre juridique d'une telle mesure est déjà fourni par l'ordonnance impériale du 3 juin 1908. C'est pourquoi je me permets de proposer qu'il soit envisagé d'aborder cette question au cours de la prochaine conférence des Chefs de District, afin que la décision d'une ordonnance allant dans ce sens puisse être prise dans les plus brefs délais. Je me permets de proposer ci-joint un projet d'une telle ordonnance.

Avec l'accord du Chancelier du Reich et conformément à l'article 2 du décret impérial portant institution de l'administration coloniale et application du droit des indigènes dans les protectorats africains et ceux d'outre-mer du 3 juin 1908 (Deutsches Kolonialblatt p. 617), il est décrété avec l'accord du Chancelier du Reich au sujet du port de noms des descendants d'Européens et de femmes de couleur, ce qui suit :

Article 1 : Les descendants d'Européens et de femmes de couleur reçoivent les noms de famille du parent noir. Au cas où ce dernier ne porte pas lui- même de nom de famille, il reviendrait alors au gouverneur de donner au descendant un nom de famille en se référant à sa langue d'origine.

Article 2 : Ce décret entre en vigueur le .....

Lomé le

signé

Le gouverneur

le chef de district, Asmis

précédent sommaire suivant