WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Fréquence et prise en charge des abdomens aigus chirurgicaux dans le service de chirurgie de l'Hôpital provincial de Kananga du 01 janvier 2010 au 31 décembre 2012

( Télécharger le fichier original )
par Vally NDUMBI TEMUANGUDI
Université de Notre- Dame du Kasai RDC - Memoire presenté en vue de l'obtention du grade de docteur en médecine 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE II

L'ABDOMEN AIGU CHIRURGICAL

2.1. Définition

Mondor, en 1928, a défini les abdomens aigus chirurgicaux comme étant des affections abdominales qui, pour la plupart, faute d'une intervention chirurgicale obtenue sans délai, font succomber les malades en quelques heures ou en peu de jours.

L'abdomen aigu est constitué par un ensemble des signes évoquant une urgence chirurgicale.

En France, Etienne entend par abdomen aigu, des douleurs abdominales ayant débuté et évoluant depuis moins d'une semaine.

D'après l'OMS, il s'agit des douleurs abdominales évoluant depuis quelques heures ou quelques jours (moins de trois) et qui sont en rapport avec une pathologie chirurgicale, nécessitant un traitement en urgence.

Bref, c'est tout désordre non traumatique dans la sphère abdominale requérant une intervention chirurgicale urgente.

2.2. Epidémiologie.

Dix pour cent de toutes les consultations d'urgence à domicile sont motivées par une plainte abdominale. Elles sont responsables de 5 à 10% des admissions dans les services d'urgence hospitaliers (1) et aboutissent à une hospitalisation dans 18 à 42% des cas chez l'adulte. Les deux tiers de personnes âgées admises avec les mêmes symptômes doivent être hospitalisées et opérées.

Les patients âgés de plus de 50 ans représentent environ 26% des consultations d'un service d'urgence. Ciccone et al. Ont analysé tous les diagnostics des personnes âgées vues en urgence. (4)

La douleur abdominale est un motif de recours pour 4% de ces patients, pourcentage qui ne se modifie pas avec l'augmentation de l'âge ; pour les classes d'âge 65 à 74 ans, 75 à 84 ans et les plus de 85 ans, il s'agit respectivement de 4,5 ; 4,1 et 3,7%.

Pour l'ensemble du collectif des patients avec une douleur abdominale, 30 à 40% quittent les services d'urgences dans les 24h avec un diagnostic de DNS, terme qui traduit la difficulté à poser un diagnostic de certitude. (16) L'étude de Lukens et al. (9) se veut rassurante en rapportant que seuls 3% de ces patients sont revus en urgence dans un délai de 3 semaines.

Tel n'est pas le cas chez la personne âgée car aussi bien le doute diagnostique que la gravité des pathologies conduise à hospitaliser la majorité de ces patients. Marco et al. (10), à partir d'un collectif de 380 patients admis aux urgences pour douleurs abdominales, ont démontré que 5,3% vont mourir pendant leur séjour hospitalier et 61,3% vont complètement récupérer, 22,1% d'entre eux ayant été opérés.

L'urgence chirurgicale abdominale vitale ne concerne que 1% des abdomens aigus ; elle est souvent facile à identifier, mais la survie des patients est directement liée à la performance du médecin urgentiste ainsi que de l'ensemble des intervenants du réseau de soins aux urgences (médecin d'urgence, chirurgien, anesthésiste, bloc opératoire, banque de sang).

L'urgence abdominale aiguë non traumatique peut être définie comme une affection à traiter ou à opérer dans les 6h. Elle représente environ 30% de toutes les opérations effectuées dans un bloc opératoire d'urgence.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.