WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Fréquence et prise en charge des abdomens aigus chirurgicaux dans le service de chirurgie de l'Hôpital provincial de Kananga du 01 janvier 2010 au 31 décembre 2012

( Télécharger le fichier original )
par Vally NDUMBI TEMUANGUDI
Université de Notre- Dame du Kasai RDC - Memoire presenté en vue de l'obtention du grade de docteur en médecine 2013
  

précédent sommaire suivant

2.8. Les explorations para-cliniques.

La stratégie des examens complémentaires n'est pas parfaitement codifiée, dépendant du type de recrutement et de la disponibilité des explorations.

Une enquête réalisée il y a quelques années auprès de 44 membres du Groupe Francophone d'Hépatologie Gastro-entérologie et Nutrition Pédiatriques retrouvait que les examens pratiqués en première intension devant des douleurs abdominales récurrentes étaient une enquête diététique dans 80% des cas, une radiographie d'abdomen sans préparation (ASP) dans 50% des cas, une fibroscopie digestive haute en cas de trouble dyspeptique dans 50% des cas, une échographie abdominale dans 40% des cas et plus rarement un bilan inflammatoire, un examen cytobactériologique des urines, un examen parasitologique des selles dans 30% des cas.

D'autres examens (transit oesogastroduodénal, pH-métrie, rectosigmoïdoscopie, test respiratoire, bilan allergologique, test de perméabilité intestinale, manométrie ano-rectale) n'étaient réalisés que beaucoup plus rarement, en deuxième intention et en fonction de l'orientation clinique.

Devant des douleurs abdominales sans caractère sémiologique d'organicité, aucun examen complémentaire n'est utile. Cependant, en cas d'échec de la prise en charge de la douleur ou pérennisation des symptômes, des examens complémentaires d'orientation peuvent être nécessaires. La coproculture n'est d'aucune indication dans ce cas.

La place de l'endoscopie digestive haute est bien codifiée et se justifie quand une pathologie organique oesophagienne, gastrique ou duodénale est suspectée.

La place de l'échographie abdominale est par contre plus difficile à apprécier. Ainsi, dans une série de 120 enfants ayant eu une échographie systématique pour exploration de douleur abdominale récurrente, cet examen ne permettait que de mettre en évidence la cause des douleurs que chez 2 patients. Il faut noter de plus que dans cette étude, l'échographie révélait des anomalies chez 6 autres patients (lithiase vésiculaire, anomalie urologique) qui n'étaient pas en rapport avec les douleurs (« »incidentalome ») qui portaient le risque de renforcer à tout enfant et/ou sa famille dans le sentiment qu'il y a une cause organique à ces douleurs.

Chez l'adulte, bien qu'il existe un certain nombre de stratégies décisionnelles publiées définissant la place des examens complémentaires et du traitement empirique e fonction du type de dyspepsie présentée par le patient, peu ont été évalués, sur le plan de leur utilité (confort pour le malade, coût, bénéfice en terme de santé). Ainsi le problème n'est actuellement réglé chez l'adulte non plus et une démarche individuelle adaptée à chaque patient recommandé par la plupart des auteurs.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy