WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des déchets de ménages en ville de Butembo. Cas de la commune Kimemi.


par MASTAKI JANVIER
UNIVERSITE CATHOLIQUE DU GRABEN - Graduat 2016
  

précédent sommaire suivant

Chap. I. Revue de la littérature

1.1. La théorie sur les déchets ménager

Nombreux écrits existent sur la thématique de la gestion des déchets ménagers et celle de leurs impacts sur l'environnement. Il ressort de ces écrits une convergence vers la conclusion unanime du rapport Brundtand, sur les ressources humaines, approuvé par l'assemblée générale de l'ONU (1987), qui stipule qu'il faut « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

1.1.1. Quelques définitions

La notion de déchets peut être abordée de plusieurs façons et elle varie suivant les acteurs. On désigne généralement par déchet tout résidu d'un processus de production, de transformation, toute substance, matériaux, produit ou plus encore tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon.

Sur le plan socio-économique, est considéré comme déchet « une matière ou un objet dont la valeur économique est nulle ou négative pour son détenteur à un moment et dans un lieu donné » (MAYSTRE et al. 1994). Dans ce contexte, la gestion de cet « objet dont la valeur économique est nulle pour son détenteur », doit être contrôlée au profit de la protection de la santé publique et de l'environnement, indépendamment de l'avis du propriétaire.

Dans la terminologie des déchets, on parle de :

a) Déchets assimilés aux déchets ménagers : sont des déchets provenant des entreprises, industries, des artisans, commerçants, écoles, services publics, hôpitaux, services tertiaires et collectés dans les mêmes conditions que les déchets ménagers.

b) Déchets dangereux des ménages : sont ceux provenant de l'activité des ménages qui ne peuvent être pris en compte par la collecte usuelle des ordures ménagères, sans créer de risques pour les personnes ou pour l'environnement.

c) Déchets ultimes : déchet résultant ou non du traitement d'un déchet qui n'est plus susceptible d'être traité dans les conditions techniques et économiques du moment, notamment par extraction de la part valorisable ou par la réduction de son caractère polluant ou dangereux.

d) Déchets verts : sont des matières végétales issues de l'exploitation, de l'entretien ou de la création de jardins ou d'espaces verts publiques et privés ainsi que les déchets organiques des activités horticoles professionnelles.

e) Déchets liquide et solide : sont ceux issus des activités domestiques, des marchés et des jardins maraîchers, du commerce, de l'agriculture et de l'industrie. On assimile à cette classe

Le compostage est une transformation, en présence d'eau et d'oxygène des déchets

5

tous les déchets des sources publiques comprenant des déchets aussi variés que le type des déchets végétaux, matières organiques, matières inertes comme les verres, le métal, les textiles, ensemencement des matières organiques et des diverses formations à l'air libre (AKOKA, 2005).

Selon leur nature, les déchets et ordures ménagères (OM) peuvent être classées en deux catégories : déchets dégradables (biodégradable) et les déchets non dégradables (non biodégradables). Les déchets biodégradables sont les déchets pour lesquels les facteurs abiotiques assurent seuls leur décomposition, dans le cas où la décomposition est assurée par les micro-organismes (bactéries et champignons). Les déchets non biodégradables sont les déchets qui proviennent surtout des nouvelles techniques industrielles, résistants à la décomposition et se décomposent difficilement ; c'est le cas des plastiques.

précédent sommaire suivant