WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Communication et transformation digitale

( Télécharger le fichier original )
par Ingrid Avila Tiomo
IAE Nice - Master 2 Communication organisationnelle 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section 1. De l'intranet social à la naissance de nouveaux métiers

1.1. Le changement au niveau communicationnel

La transformation digitale impacte la communication des entreprises avec ses parties prenantes (salariés, partenaires et clients) dans leurs façons de travailler. Plus précisément, les relations interpersonnelles sont modifiées ainsi que la relation au travail. Au niveau interne, les salariés disposent de nouveaux outils de travail appelés outils collaboratifs pour participer à la co-construction du système. Le site intranet est un outil basique de gestions de contenus en interne. Il existe aussi plusieurs plateformes (sharepoint, Lotus, etc.) permettant de partager les données au sein d'une communauté. Seulement, 80% des sites intranet présentent de façon « ringarde » les métiers et activités des organisations sans toutefois favoriser l'interaction entre les équipes et dont de promouvoir une bonne ambiance relationnelle.

Si l'organisation est présente sur les médias sociaux, il est important pour elle de disposer également d'un RSE (réseau social d'entreprise) pour renforcer le lien et la cohésion sociale en plus de communiquer les bases documentaires. L'objectif étant de créer un espace de stockage et de partage de données de façon collaborative. L'aspect interactionnel va permettre d'améliorer la production à travers les commentaires des acteurs (retour d'expérience), témoignages, suggestions, difficultés rencontrées, etc.). Par la même occasion, cela va permettre à toutes les équipes distantes géographiquement d'être performante au même niveau. Cela va favoriser une forte culture d'entreprise compte tenu d'un partage

43

commun de pratiques. Enfin, comme le soulignent Collin et Gourvennec29, il faut bien répondre à la question de savoir si l'intranet collaboratif est bien en prise avec les clients aux travers d'une fonction extranet qui évite les duplications d'informations. L'on constate qu'en général les organisations ne cernent pas bien le but d'un intranet social qui est de rendre l'entreprise performante et non de réaliser simplement un projet informatique.

1.2. De nouveaux métiers et dispositifs

Pour gérer ces espaces collaboratifs, il importe de mettre à la disposition des acteurs, un ensemble de dispositifs pour promouvoir leur utilisation. Il s'agit par ailleurs d'équiper l'ensemble des services de smartphone personnels et tablettes pour augmenter la productivité et agir en synergie, même en mobilité. Mettre à la disposition des acteurs des applications internes pour favoriser un accès permanent aux actions et donc gagner du temps. Cela permet aussi de familiariser les acteurs à l'utilisation des smartphones en milieu professionnel. Nous avons l'exemple de l'entreprise Procter & Gamble qui a déployé de 2500 tablettes et smartphones à travers ses équipes via le programme BYOD (Bring Your Own Device). Toutefois, décider d'un programme pareil ne constitue pas un frein pour sa mise en oeuvre. Au contraire, il est généralement difficile de faire adhérer les équipes à l'utilisation quotidienne des terminaux digitaux, surtout en contexte professionnel.

C'est la raison pour laquelle la distribution de nouveaux dispositifs entraîne selon Florence Gicquel une complexité d'utilisation pour les acteurs compte tenu d'une panoplie d'outils et d'applications. Elle souligne d'ailleurs : « Il y a beaucoup trop d'applications et les collaborateurs sont perdus dans la multitude d'outils qui leur sont offerts »30. Il faudrait aussi relier les outils entre eux et les faire converger pour éviter un manque d'interopérabilité entre ces outils. Enfin, il faut pouvoir accompagner convenablement les acteurs et adopter une proactivité orientée vers la conduite du changement.

Plus loin, il existe de nouveaux métiers qui naissent dans le cadre de la transformation numérique. On parle de DSI (Direction des Systèmes d'Information) pour désigner le département ou la direction qui est en charge du pilotage de la transformation numérique dans les entreprises. Cette entité doit être créée, surtout dans les grandes entreprises afin de

29 Collin, P. et Gourvennec,Y. (2014). La face cachée de la transformation digitale. Paris. Visionnary Marketing.

Consulté le 03 août 2016. Disponible à l'adresse
http://www.streamlike.com/doc/la_face_cachee_de_la_transformation_digitale.pdf

30 Gicquel, F. (2014). Quelles compétences pour la transformation numérique ? Revue Documentaliste-Sciences de l'information. Volume 4 P 9-11. Disponible à l'adresse http://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2014-4-page-9.htm

44

désigner selon les domaines de compétences, les responsables de mise en oeuvre et de réalisation de programmes, projets digitaux. Ces nouveaux métiers tournent autour des missions telles que la gestion de l'information et des contenus, le développement des programmes, l'accessibilité des plateformes sur tous les terminaux, l'accompagnement et la communication autour des projets.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net