WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Subjectivité et intersubjectivité dans la conversion indiviuelle masculine à l'islam en France au XXI siècle

( Télécharger le fichier original )
par Marie Bastin
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris -  2002
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Similitudes 

S'il est possible de chercher un éventuel mal être individuel précédent le changement religieux, source de la conversion à l'islam, il est identifiable sur le terrain de l'intersubjectivité. En effet, majoritairement, les entretiens de convertis étudiés confient à quel point ce sont les autres qui ont été porteurs de déception, de difficultés. Ces autres, sont autant les membres de la famille du converti, que l'entourage indirect voire l'ensemble de l'altérité avec lequel chacun d'entre nous est en relation : les politiques, les intellectuels, etc. Il s'agit donc d'une déception envers l'univers collectif. Il y a donc un désaccord avec les ascendants. A les entendre, ils semblent avoir, à un moment donné, perdu de l'estime envers leurs parents, plus particulièrement, le père. La mère tient un rôle assez falot dans leur discours. Les sept témoins du corpus se rassemblent autour de eux thématiques : les relations avec les siens d'appartenance et les voyages.

· Avec les « siens d'appartenance »

Le futur converti peut être investi, en amont de sa conversion, d'une démarche compréhensive envers l'univers musulman et de partage de points culturels. Ceci se manifeste soit à l'issue d'une rencontre avec « l'autre exotique », soit à l'issue de lectures, de films ou encore de connaissances artistiques ou architecturales concernant l'univers islamique, en France et dans les pays de tradition islamique. Cette démarche, qui semble être « objective », motivée par la quête du « plus autre » est productive d'une série de mobilisations qui tendent à ce que l'individu, le futur converti, veuille saisir le sens que donne l'interlocuteur musulman à la vie. Cette série de mobilisations permet au futur converti, en partageant « les significations de l'autre, de participer à son univers social. »156(*) L'empathie initiatrice produit ces mobilisations dont chacune d'entre elles constitue « une petite conversion momentanée ».157(*)

Bien que répertorié, dans d'autres cas de conversion religieuses ou idéologiques, ni l'ensemble des rencontres faites pour ce travail, ne permettent d'identifier de cas de conversion accomplie à l'issue d'une antipathie ou d'une critique dans le meilleur des cas, de la religion islamique ayant conduit l'individu à vouloir la comprendre.

Ces relations avec le futur groupe d'accueil des musulmans sociologiques, sur le territoire français et/ou dans les pays de tradition islamique, se métamorphosent avec la conversion. En effet, en écho à son empathie, le futur converti reçoit de nombreux encouragements quant à l'intérêt qu'il porte à l'islam. Dans certains cas même, si le futur converti ne manifeste que des curiosités culturelles, ses interlocuteurs musulmans sociologiques ne manqueront pas de l'instruire de l'islam. Il n'est pas recensé, dans le corpus ci-joint, de situations ostensibles de méfiance, de la part des musulmans sociologiques, envers le futur converti.158(*) En effet, ils sont pour leur majorité, très « touchés » par l'intérêt que l'on porte à leur religion. Désireux qu'ils peuvent être, en situation minoritaire et stigmatisée, comme en France, d'expliquer ce qu'ils sont et heureux d'avoir l'occasion de sentir un peu reconnus par un « autre majoritaire ». Il s'agit pour eux, alors ni de prosélytisme, ni d'apostolat, mais de pouvoir exprimer sans honte leur croyance islamique. Des mouvements religieux organisés, ont pour leur part, des attitudes très nettement prosélytes, dont le bue serait de « sauver » l'Occident de ses perversions et de ses souffrances. Ils font l'objet de nombreux travaux dont il ne s'agit ici que d'évoquer l'existence.

* 156 S. Laurens, Les conversions du Moi, Desclée de Brouwer, Paris, 2002, p. 223

* 157 ibid.

* 158 Dans certains cas, le plus souvent, celui de femmes européennes s'intéressant à l'islam, et lorsque cet intérêt n'est pas motivé de leur part par l'intention d'une alliance maritale ou affective avec un musulman sociologique, il est possible de la part des musulmans sociologiques, d'identifier des attitudes réticentes voire de refus à partager leur croyance. L'intérêt de la femme, perçu alors comme « une simple curiosité » est loin d'encourager le « prosélytisme ». En revanche, lorsqu'une femme est engagée dans une relation affective, la communication des principes et de la foi islamique se fait le plus spontanément de la part du « compagnon » au point où l'idée qu'elle se convertisse devienne un impératif au bon déroulement à venir de la relation, d'autant plus qu'elle peut être officialisée.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net