WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Intérêt de la remédiation cognitive dans la prise en charge du trouble de déficit de l'attention

( Télécharger le fichier original )
par Brigitte FORGEOT
Université Paris 8 - DESS psychologie clinique 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV. L'OUTIL INFORMATIQUE DANS LA REMEDIATION COGNITIVE

Nous ne nous intéresserons ici qu'à la remédiation cognitive informatisée que dans le cadre de son application aux troubles de déficit de l'attention. La thérapie de remédiation cognitive est employée avec succès dans la prise en charge des troubles schizophréniques, les rééducations post traumatiques, et même comme traitement de la dépression.

Notre étude se base sur la pratique de l'Hôpital Rivière-des-Prairies à Montréal (voir document en annexe p.112). Mme Marie-Claude Guay, psychologue-chercheuse, et son équipe ont utilisé un programme de remédiation cognitive qui vise à entraîner l'attention soutenue, le contrôle exécutif, l'attention sélective et l'attention partagée d'enfants atteints de troubles de déficit de l'attention.

La thérapie s'effectue à partir d'exercices sur ordinateur, lesquels vont solliciter les fonctions cognitives. L'enfant fait ses exercices quatre fois par semaine (environ 20 minutes par séance), dont une fois à la clinique et trois fois en milieu scolaire.

D'autres centres proposent une fois par semaine avec un psychologue, et 3 fois par semaine à la maison, ou encore via internet.

Selon les termes de Mme Marie-Claude Guay «Ces deux stratégies d'intervention ont été élaborées à partir de la prémisse théorique suivante: les résultats en science cognitive montrent clairement que ce sont les déficits cognitifs chez les jeunes qui sont responsables des troubles du comportement, de l'agitation motrice, du manque de contrôle, de l'hyperactivité et des difficultés d'attention. Donc, on entraîne les fonctions cognitives qui sont en déficit. En aidant l'enfant à développer ses capacités cognitives, nous observerons automatiquement un impact sur son comportement».

A Montréal, l'efficacité de l'intervention est évaluée immédiatement après la fin de l'intervention, puis après 6 mois. Les résultats indiquent que l'entraînement cognitif améliore l'efficacité du traitement de l'information et celui du contrôle de l'inhibition. Ces acquis se maintiennent jusqu'à un an après la fin de l'intervention.

De nombreux logiciels de remédiation cognitive informatisée existent sur le marché (voir liste non exhaustive en annexe p. 126).

Kotwal, D.B., Burns, W.J., & Montgomery, D.D. (1996) ont été les premiers à utiliser la remédiation cognitive assistée par ordinateur (Computer Assisted Cognitive Training ) chez un jeune garçon de 13 ans présentant un TDAH. à l'aide du logiciel Captain's Log, et suite aux résultats significatifs après un protocole comprenant 35 séances, de nombreuses écoles américaines ont été équipées de tels programmes.

Deux ans plus tard, le même programme était testé avec 4 enfants plus sévèrement atteints (TDAH avec pathologies associées, de type psychotique), âgés de 7 à 11 ans. Le protocole comprenait alors 64 séances réparties sur 16 semaines. Les résultats furent que plus les enfants devenaient performants dans l'entraînement cognitif, et plus les troubles de l'attention et l'hyperkinésie diminuaient.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net