WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les Modes et Les Moyens de Formation Des Termes Biochimiques

( Télécharger le fichier original )
par Houssam Abu Mussallam Houssam El-Yafi
Université Lumière Lyon 2 - DEA en Langues et Cultures étrangères (LTMT) 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy
V. Les différentes formes d'emprunt 

1. Emprunt intégral

Emprunt d'unités morphosémantiques - signifiant et signifié -, sans substitution de forme. Ex. : / sânwîs/ « sandwich ».

2. Emprunt sémantique

Emprunt de signifié, transplanté dans un signe autochtone. Haugen distingue trois sortes d'emprunts sémantiques, selon le type de transplantation : 1) les analogues 2) les homologues et 3) les homophones.198(*)

3. Emprunt syntagmatique

Emprunt par reproduction d'une séquence étrangère, dont le sens global diffère de celui de la somme des éléments ; les syntagmes ainsi reproduits sont généralement des calques, c'est-à-dire des syntagmes composés d'éléments autochtones, individuellement équivalents aux éléments originaux. Exemple d'un syntagme français emprunté à l'anglais : lune de miel.

4. Emprunt syntaxique

Emprunt par reproduction de certaine forme d'agencement fonctionnel de la chaîne parlée étrangère. Cet emprunt se traduit en langue preneuse par des modifications syntaxiques.

5. Emprunt d'un morphème

Emprunt d'affixes signifiants, autorisant généralement une plus grande concision en langue emprunteuse. Exemple en arabe dialectal : le suffixe du métier /ziyy/ dans /kahrabziyy/ « électricien ».

6. Emprunt phonémique

Emprunt par reproduction, plus ou moins fidèle, de phonèmes n'existant pas dans le système phonétique emprunteur. (Voir précédemment).

7. Emprunt graphèmique

Emprunt par reproduction de graphèmes allogènes au système grapho-phonique de la langue emprunteuse. (Voir précédemment).

8. Emprunt réfectionnel

« Fréquence en accroissement de certains éléments à cause de 1'influence étrangère et renouvellement de certaines formes anciennes »199(*). L'emprunt réfectionnel consiste en la réactivation, dans l'usage, d'un élément linguistique existant mais relativement inusité ; c'est naturellement le contact avec une langue étrangère, faisant couramment usage d'un élément équivalent - sémantiquement et morphologiquement -, qui déclenche cette réfection. Ex. en français : bien-être, individu, investigation.

Sachant qu'il y un passage à courir par la lexie empruntée. Sans entrer dans ces détails, le cheminement global de 1'emprunt dans la langue preneuse, depuis son arrivée jusqu'a son assimilation ou son rejet peu être présenté selon cette schéma :

Assimilation

Transfert Intégration La langue

Rejet

Deroy dit que :

« L'emprunt est un intrus. Il n'est pas reçu d'emblée dans la langue emprunteuse à légal des mots autochtones. Il s'insinue peu a peu, se travestit, se fait familier, laisse oublier son origine étrangère. Sa pénétration est différente selon les classes sociales et même elle varie d'un individu à l'autre selon 1'age, le degré de culture, les traditions familiales, les opinions politiques, le sexe »200(*).

* 198 Voir « The Analysis of Linguistic Borrowing. Language» de Haugen, Vol. 26, n° 2.210-231.

* 199 HUMBLEY, John (1974) : « Vers une typologie de 1'emprunt linguistique », Cahiers de lexicologie, Paris, Didier/Larousse, vol. 2, no 25, p52.

* 200 DEROY, Louis (1956) : « L'emprunt linguistique ». Paris : Les Belles Lettres. Edition revue et augmentée, 1980. p 215.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net