WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Littérature Hypertextuelle, analyse et typologie

( Télécharger le fichier original )
par Aurélie CAUVIN
Université de Cergy Pontoise - Maitrise de lettres Modernes 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II. le livre opposé à l'hypertexte : historique et théorie

Ce qui a permis ici de regrouper sous ce titre la technologie, la philosophie, et la critique est une volonté commune chez leurs acteurs d'expérimenter de nouvelles formes et nouvelles méthodes de pensée. Ainsi un trope commun à ces trois courants est la déconstruction de la pensée et du discours qui se concrétise dans la notion d'hypertexte. En effet l'hypertexte a pour origine technologique des systèmes bien qu'utopistes, qui remettent en cause la manière dont nous pensons, nous lisons et nous écrivons. Dans les années 1990, un chercheur américain G. Landow va mettre en évidence la proximité de pensée entre les théoriciens de l'hypertexte et les critiques littéraires français tels que Gérard Genette, Roland Barthes, ainsi que de philosophes comme Derrida. Mais la théorie de la convergence de Landow apparaît en tout premier comme éclairante pour expliquer le tournant, la remise en cause du livre par l'hypertexte et l'Internet. Le texte est considéré comme un réseau, une ouverture, une déclosion, par opposition au livre classique.

La lecture, la critique, se trouve elle-aussi prise dans ce réseau, ce rhizome peut-être. Les philosophes, les critiques devant ce décloisonnement, cette ouverture tentent d'interpréter Internet et le réseau hypertextuel avec une herméneutique, une phénoménologie du réseau. Internet remet en cause un certain nombre de concepts, de notions, la peur du réseau mondial. La pluralité des représentations de lectures et d'écritures relève manifestement des méthodes, des concepts propres repris dans la notion de l'hypertexte. C'est pourquoi la définition de l'hypertexte passe par des domaines comme la technologie, la philosophie, et la lecture-écriture.

Dans un premier temps il est nécessaire de replacer l'hypertexte dans son contexte historique et terminologique pour essayer de comprendre comment il s'oppose avec le livre, dans un deuxième temps l'écriture d'un hypertexte est à mettre en relation avec les théories du texte telles que Barthes, Genette ou enfin Deleuze les ont définies, dans un troisième temps le lecteur devient un interlecteur, il est passé du statut de consulteur au statut d'inter-acteur, internaute.

A. Aperçu historique de l'hypertexte

1. Le rêve d'un texte illimité

A l'origine de l'hypertexte se trouve une volonté de remise en cause de la du discours linéaire. Il a permis de créer des structures fondées sur l'analogie. De plus, derrière cette notion se cache un rêve de l'illimité qui prend forme sous des représentations comme une bibliothèque à l'échelle mondiale, de méta-dictionnaire... Mais ces idées prennent naissance avant même l'avènement de la technologie. Ainsi l'hypertexte et ses fondateurs s'inscrivent dans la lignée de penseurs comme Léonard de Vinci, Mallarmé, H. G. Wells pour ne citer que ces quelques noms, soit pour l'interconnexion des textes entre eux, soit pour l'idée d'un « Livre Unique », ou enfin d'une encyclopédie mondiale. Ainsi Léonard de Vinci annonçait déjà au XVe siècle dans ses prophéties le livre comme un ensemble de pages à relier et à relire selon le cheminement de la pensée : « Les choses disjointes seront unies et acquerront par elles-mêmes une si grande vertu qu'elles restitueront aux hommes leur mémoire : ce sont les feuilles de papyrus, formées de lambeaux détachés et qui perpétuent le souvenir des pensées et des actions humaines. » De même Mallarmé en 1897 décrit dans la préface d' Un coup de dés jamais n'abolira le hasard son projet de « livre unique » : « [...] appliquer un regard aux premiers mots du Poème pour que de suivants, disposée comme ils sont ; l'amènent au dernier, le tout sans nouveauté qu'un espacement de lecture. » En proposant l'idée d'une encyclopédie mondiale, H. G. Wells décrit en 1936 dans une conférence qui sera publiée en 1938, l'organisation d'un réseau nerveux qui servirait à tisser des liens entre les travailleurs intellectuels du monde grâce à un média d'expression commun et à l'unité produite par la coopération à la réalisation de ce projet commun

 
Chercher citation et oeuvre exacte

. L'idée de Wells est aujourd'hui reprise par la notion d'hypertexte et d'Internet.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net