WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Littérature Hypertextuelle, analyse et typologie

( Télécharger le fichier original )
par Aurélie CAUVIN
Université de Cergy Pontoise - Maitrise de lettres Modernes 2001
  

précédent sommaire suivant

Mais dans d'autres domaines telles que la linguistique et la philosophie seront tentés la remise en cause du livre et du texte, notamment par Barthes et par Derrida, où l'hypertexte devient un le lieu de convergence entre la littérature et la philosophie, il devient un principe d'écriture.

C. L'hypertexte, une représentation du texte quelques notions sous-jacentes

1. L'hypertexte comme réseau de texte

L'hypertexte n'est pas dès son origine assimilé à la littérature, il a d'abord été intégré par d'autres disciplines participant de la documentation, de la pédagogie, etc. Progressivement l'approche hypertextuelle se généralise avec notamment l'avènement du web. Mais le mouvement de la littérature vers l'hypertexte apparaît comme indécis. Chez les théoriciens américains se développe la théorie de la convergence au début des années 1990 en particulier dans trois livres : Writing Space22(*) de Jay David Bolter, Hypermedia and literary studies, de Delany et Hypertext, the convergence of contemporary critical theory and technology23(*) de George Landow. Alain Giffard dans son article « Petites Introductions à l'hypertexte »24(*) définit la théorie de la convergence ainsi :

« la notion d'hypertexte est l'occasion d'un rapprochement entre la technologie et les théories littéraires, représentées en particulier par le poststructuralisme et la déconstruction.»

Ainsi explique-t-il que le noyau de littéraires américains qui se sont intéressés à l'hypertexte au point de participer à la réalisation de certains logiciels (intermédia, storyspace) retrouvent dans les livres de Barthes, Derrida et Genette, les idées mêmes qui constituent leurs orientations techniques. Landow la définit dans son introduction, intitulée, « hypertextual Derrida, post structuralist Nelson ?» Ce chiasme exprime le point de vue de Landow : il considère Derrida, philosophe comme un théoricien de l'hypertexte alors que Nelson, théoricien de l'hypertexte est présenté comme un post-structuraliste. Il définit l'hypertexte comme une  « une incarnation frappante de certains concepts majeurs de Barthes et Derrida »

La théorie de la convergence s'organise autour de trois axes principaux : l'interconnexion des textes, la pensée fragmentaire, et la pluralité des représentations, qui opèrent à la fois sur le sur le plan de l'écriture et de la lecture : « L'hypertexte se caractérise par sa non-linéarité et sa discontinuité potentielle. » Cette convergence intervient essentiellement autour de la mise en relation de concepts et de termes et s'articule autour de l'utilisation d'un même vocabulaire. Par exemple métaphore du « réseau » comme représentation du texte est commune à la littérature et à la technologie.

a) La pluralité des représentations

Barthes définit le texte comme un réseau de textes, cette conception du texte permet de comprendre le concept de pluralité des représentations. Généralement on oppose l'axe syntagmatique, qui est l'axe sur lequel se combinent les unités à l'axe paradigmatique, qui au contraire est l'axe qui reflète les relations existant entre les éléments capables d'assumer une même fonction. L'axe syntagmatique est l'axe de la linéarité du texte par opposition à l'axe paradigmatique qui est l'axe de la non linéarité du texte. Ces deux concepts permettent d'expliquer comment nous sommes passer du texte clos sur lui même à un texte ouvert, dé-limité, dé-cloisonné, qui permet la mise en relation du texte avec d'autres textes. Le paradigme comme notion permet d'expliquer le texte comme pensée fragmentaire ou le texte comme une ouverture sur d'autres textes.

* 22 Jay David Bolter, Writing Space : The computer, hypertext, and the history of writing, Lawrence Erlbaum Associates, 1991.

* 23 George P. Landow, Hypertext : the convergence of contemporary critical theory and technolo-gy, The Johns Hopkins University Press, 1992

* 24 Alain Giffard, « Petites Introductions à l'hypertexte », in Banques de Données et hypertextes pour l'études du roman, Paris, Puf, 1997, Nathalie Ferrand (coord.)

précédent sommaire suivant