WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La Littérature Hypertextuelle, analyse et typologie

( Télécharger le fichier original )
par Aurélie CAUVIN
Université de Cergy Pontoise - Maitrise de lettres Modernes 2001
  

précédent sommaire suivant

b) Paul Otlet et la bibliophoto7(*)

Malgré la proximité et la contemporanéité de leur travaux ni Paul Otlet ni Vannevar Bush n'eurent connaissance de leurs travaux respectifs. En 1910 Paul Otlet et son collègue Robert Goldschmidt mettent au point « la Bibliophoto », sorte de bibliothèque portable de microfiches. Rayward juge en 1994 que P. Otlet pourrait avoir eu une vision de XANADU, le système envisagé par Ted Nelson dans les années soixante. Paul Otlet fondait en 1892, avec Henri Lafontaine (1853-1943), à Bruxelles, l'Office International de Bibliographie, qui devint en 1895, l'Institut International de Bibliographie et finalement en 1931, l'Institut International de Documentation. Ce changement de nom reflète l'augmentation sensible de la place de la documentation, et de son insertion dans les « sciences de l'information ».

Ainsi, les travaux de P. Otlet marquent le début de l'histoire de la documentation et de ses techniques. Il publie en 1934, son Traité de Documentation, qui se présente comme une synthèse de ses travaux, dans lequel il traite des problèmes de l'organisation de l'information. Il spécule sur la « station de travail du chercheur » : cette station devait intégrer des instruments auxiliaires au travail intellectuel tels que la transcription de la voix vers le texte, la lecture à distance, l'ajout d'annotations à des textes à distance (ce qui est l'une des fonctions attribué à l'hypertexte aujourd'hui). Les outils technologiques dont disposait P. Otlet étaient des fiches de carton normalisées de 3 X 5 pouces. Il consignait sur des fiches de grand standard des informations concernant des ouvrages.

Ces informations sont considérées comme les noeuds actuels de l'hypertexte. Les liens étaient assurées par la Classification Décimale Universelle qui est une reprise du classement de Dewey. Otlet et son confrère Lafontaine installèrent un réseau documentaire international, pour utiliser et enrichir leur documentation, si bien qu'en avril 1934 on comptait plus de quinze millions six cent mille fiches dans sa base de données. Bien que très éloignés dans l'espace, Bush et Otlet eurent la même idée : indexer des documents et le relier entre eux afin de créer un réseau documentaire international et d'entraver la montée incessante de la documentation.

c) Douglas Engelbart et NLS

Dans la lignée de V. Bush, Douglas Engelbart publie en 1963 « A conceptual framework for the augmentation of man's intellect8(*) »  un article qui annonce l'hypertexte. Douglas Engelbart travaille à l'institut de recherche de Stanford : « Augmented Human Intellect » (AHI). Il est connu pour le développement des interfaces et surtout pour la création de la souris. En 1968, il présente le premier système informatique fonctionnant sous mode hypertexte, le NLS pour « on-line système », base de données qui facilite le travail en collaboration où tous les intervenants sont reliés en réseau.

Ce système fut intégré dans le projet AUGMENT de D. Engelbart. NLS est un dispositif expérimental destiné au chercheur afin d'archiver ses articles et autres textes théoriques. Ces derniers seraient attachés à une « revue » commune à tous les chercheurs, pouvant être lue et complétée par des références croisées entre les documents. Engelbart eut l'idée de ce système en lisant l'article de Bush. NLS n'est pas considéré comme un véritable hypertexte mais il a développé certaines de ces caractéristiques. La base de données textuelles est conçu de manière non linéaire. NLS dispose aussi de filtre de point de vue, qui permettent de sélectionner l'information. Pour naviguer dans ce système hypertexte D. Engelbart inventa la souris, mais aussi la « fenêtre », le « multi-fenêtrage », le courrier électronique. Toutes ces idées furent ensuite reprises par le Xerox Parc pour finir chez Macintosh. Il est à noter que l'équipe de D. Engelbart était pluridisciplinaire, elle était constituée de psychologues, de programmeurs, d'ingénieurs informatique, ainsi que des spécialistes en intelligence artificielle, en analyse de système...

* 7 Seul Guy Teasdale, chercheur à l'université de Montréal fait mention de Paul Otlet dans son historique de l'hypertexte. UNIVERSITE DE LAVAL (Canada) (page consultée le 24 Octobre 2000) L'hypertexte : historique et applications en bibliothéconomie.

http://www.fas.umontreal.ca/EBSI/cursus/vol1no1/teasdale.html

* 8 Un cadre conceptuel pour l'accroissement de l'intellect humain

précédent sommaire suivant