WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les années Gorbatchev

( Télécharger le fichier original )
par Antoine Sauvagnargues
ILERI - Master 2008
  

précédent sommaire suivant

Le voisin européen :

Parallèlement, l'autre élément majeur de ce « nouveau mode de pensée » est son ouverture vers l'Europe. Gorbatchev pensait que la réinsertion de l'URSS dans les relations internationales passait inévitablement par celle-ci. Ainsi, dès son premier voyage à l'étranger en 1985, il prononce un discours devant le Conseil de l'Europe et utilise l'image, désormais fameuse, de « maison commune » pour évoquer le système européen qu'il souhaite aider à mettre en place. Selon sa conception, les deux blocs idéologiques qui se partageaient l'Europe, pouvaient se rapprocher dans trois domaines importants : le militaire, par une réduction des armements ; l'économique, grâce à des accords entre la Communauté Économique Européenne et le COMECON, et le sociopolitique en faisant en sorte que l'Europe de l'Ouest humanise son capitalisme et que l'Europe de l'Est instille davantage de démocratie dans ses pratiques. Malheureusement, en dépit d'une bonne volonté des deux parties, le projet marque le pas et avec lui, la mise en place du nouveau système international.

Cependant, ce rapprochement européen ne fait pas oublier la question capitale de l'Allemagne, divisée en deux depuis 1961. A son arrivée au pouvoir, la position de Gorbatchev sur ce problème ne diffère pas de celle de ces prédécesseurs. Mais en 1988 s'opère un changement capital. L'un de ses conseillers en politique étrangère, Dachitchev, estimait que le statu quo entre les Allemagnes était tout à fait contraire aux intérêts de l'URSS et prônait une unification. Gorbatchev s'inspirera de cette thèse mais n'acceptera cette unification que contraint et forcé par les circonstances. Il applique alors une politique de non-ingérence envers l'Allemagne de l'Est. Celle-ci mènera à l'organisation d'élections libres en Allemagne de l'Est et à la destitution du Chancelier Honecker, remplacé par Egon Krenz. Ce dernier, après avoir annoncé l'autorisation des voyages, ne parviendra pas à faire face à la pression populaire et le Mur de Berlin tombe le 10 novembre 1989.

Cet évènement achève d'ébranler définitivement l'empire soviétique. Des mouvements de dissidences éclatent un peu partout en Europe de l'Est (Tchécoslovaquie, Bulgarie, Lituanie, Lettonie, Estonie...), les partis communistes de ces pays se détachant progressivement du PCUS. Le lobby militaro-industriel soviétique ne lui pardonnera pas cette politique de désarmement et de non-ingérence et lui fera payer en entrant dans l'opposition. Gorbatchev est alors mis dans une situation très difficile dans son pays et ce, malgré une popularité internationale à son apogée.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.