WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le refus de la linéarité dans l'adaptation cinématographique de la Rue Cases-Nègre de Joseph Zobel

( Télécharger le fichier original )
par Théophile Muhire
Université Natinale du Rwanda - Licence en Lettres 2004
  

précédent sommaire suivant

1.2.3 Le Mode d'exposition dans le récit romanesque

Dans la conjugaison, il y a six modes. C'est la manière dont le verbe exprime l'action ou l'état. En narratologie, c'est la manière dont l'auteur raconte son histoire, c'est-à-dire le point de vue auquel il se place par rapport à ce qu'il dit. C'est sa position face à ce qu'il raconte. Dans ce cas, il y a plusieurs possibilités. Il peut être un simple observateur (description extérieure). Ou bien il peut faire partie intégrante de l'histoire (participation, autobiographie). C'est là qu'intervient la notion de distance.

Il faut donc déterminer le type de relation qui existe entre le narrateur et les personnages. Ces différents types de relations sont définis par les différentes focalisations. La focalisation, c'est le fait de fixer l'intérêt sur un point précis. Les différents modes dépendent de l'intérêt que le narrateur accorde à ses personnages. Plusieurs appellations apparaissent suivant les auteurs :

Genette11(*)

Pouillon12(*)

Todorov13(*)

Focalisation zéro

Vision par derrière

Narrateur en sait moins que le personnage

Focalisation interne

Vision avec

Narrateur en sait autant que le personnage

Focalisation externe

Vision du dehors

Narrateur en sait plus que le personnage

1.2.4 Focalisation et perspective : roman/cinéma, analyse de Genette

Genette parle de perspective. Pour lui, il y a le monde cité qui est l'univers de l'énonciation venant d'ailleurs et le monde narré qui est le monde de l'événement. La perspective se décrit donc en terme de mode comme focalisation, point de vue ou centre de l'intérêt. D'après Iouri Lotman, « le concept de point de vue est analogue au concept de raccourci en peinture et au cinéma »14(*) Par rapport à un énoncé narratif élémentaire de type conflictuel, la linéarité du discours empêche la superposition. Le choix se fait d'une perspective à l'autre. Pour lui, la question à se poser est la suivante : où se détermine le filtre ? La réponse est claire ! C'est au niveau du foyer : c'est la notion de foyer qui implique celle des types de focalisation :

- Pour la focalisation interne : dans un personnage ou dans son voisinage le filtre est l'ensemble de ce qui se passe à l'intérieur.

- Pour la focalisation externe : le foyer est hors du personnage. On n'a pas accès à ce qui se passe à l'intérieur du personnage.

- Pour la focalisation zéro : le filtre est variable et indéterminé. Le foyer se trouve quelque part, un filtre avec ses propriétés ; mais on ne sait dire où il est impliqué. Il n'obéit pas à un principe déterminé du personnage.

1.3 Les parties et les temps forts du scénario

* 11 Genette, G, op. cit.

* 12 Pouillon, J, Temps et roman, Paris, Gallimard, 1946

* 13 Todorov, T, Les catégories du récit littéraire, Communications, no 8, Paris, Seuil, 1966

* 14 Lotman, I, op. cit., p. 366

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.