WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le refus de la linéarité dans l'adaptation cinématographique de la Rue Cases-Nègre de Joseph Zobel

( Télécharger le fichier original )
par Théophile Muhire
Université Natinale du Rwanda - Licence en Lettres 2004
  

précédent sommaire suivant

1.2.2.3 Fréquence singulative, fréquence itérative

La fréquence est le rythme auquel les événements sont racontés. En narratologie c'est l'observation que l'on fait de l'occurrence à laquelle l'événement est raconté. Le même événement peut être raconté une fois ou plusieurs fois. Et un fait pris en charge peut être repris plusieurs fois. Pour Genette, il ne faut considérer que le premier aspect.

§ Fréquence singulative : l'on raconte une fois ce qui s'est passé une fois. L'occurrence correspond à l'histoire.

§ Fréquence itérative : l'on raconte une fois ce qui s'est passé plusieurs fois. Fontanille estime qu'il faut aussi envisager :

- La fréquence répétitive dès lors que l'on peut avoir plusieurs occurrences pour plusieurs événements dans le but de créer l'effet d'obsession.

- La nécessité de faire part de l'événement qui est arrivé une fois mais a été raconté plusieurs fois.

précédent sommaire suivant