WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. Le rôle du service social spécialisé dans le dispositif d'accueil des nouveaux arrivants

D'une façon générale, le service social rempli plusieurs fonctions : une fonction opérationnelle, une fonction d'observation et une fonction de proposition. C'est-à-dire, qu'il doit être en capacité d'agir et d'intervenir, observer les effets de l'application de certaines mesures ou dispositifs et, à partir de l'action menée et de l'analyse des effets, établir des propositions argumentées et réalistes aux décideurs.

2.1. Le point de vue des travailleurs sociaux

Tous les professionnels interrogés s'accordent sur le fait que le service social spécialisé a un rôle à jouer dans l'accueil des nouveaux arrivants, mais la manière de concevoir et de tenir ce rôle varie d'un travailleur social à l'autre. A travers leurs discours, nous pouvons constater que la majorité des travailleurs sociaux perçoivent effectivement leur rôle à l'intérieur du dispositif d'accueil sous l'angle des trois dimensions du service social. Pour les professionnels, le rôle du service social spécialisé se situe

· dans l'accompagnement social des usagers, au niveau individuel ou collectif, de manière directe ou indirecte,

· dans la création d'un partenariat et de réseaux autours des nouveaux arrivants,

· dans le repérage des difficultés et « blocages » liés à la société d'accueil,

· dans la participation active au Plan départemental d'accueil (PDA - instance de coordination qui réunit les services et institutions du département sous l'égide de la DDASS), basée sur l'analyse des difficultés rencontrées.

« Parce que le boulot du service social spécialisé, c'était d'abord repérer ce qui n'allaient pas, ce qui posait problème et puis après essayer de trouver des solutions ..., c'est un des rôles du service social. Il y a le travail à faire avec la famille dans le contexte dans lequel elle est, bon et puis, oui, moi je crois beaucoup qu'il y a [...] à faire bouger les choses pour simplifier la vie des gens au maximum et surtout, ce que tu fais à partir de ce que tu as repéré pour 10 personnes, 15 personnes, 20 personnes, ça servira à 300 ou 500 des gens que tu ne verras pas, que personne ne verra » (une assistante sociale).

Une autre assistante sociale ajoute : « On ramenait tout ce qu'on avait pu voir qui n'était pas spécialisé mais qui était des adaptations nécessaires de la société d'accueil puisque ... là c'était intéressant, c'était déjà savoir ce qui se passe. C'est que, à travers le PDA, si tu veux, on voit bien que la société d'accueil a la volonté d'accueillir et de comprendre qui elle accueille et de s'adapter, tu vois ... pour nous, c'était assez intéressant parce que on n'avait pas besoin de voir tout le monde, ça faisait rien si on ne voyait pas tout le monde mais on avait quand même un échantillon de toutes les....des obstacles mis à l'adaptation des familles, quoi, en France ! »

Selon l'avis d'une déléguée régionale, « Notre rôle c'est vraiment d'analyser, d'évaluer pour qu'on voit, réfléchir là-dessus pour que les gens aient leur place dans la société [...] pour moi, c'est ça, c'est pas les gens à problème comme on les voit dans d'autres services sociaux c'est vraiment des gens qui rencontrent une difficulté ».

Mais, à travers les propos recueillis on observe aussi un certain désarroi parmi ces professionnels, qui témoignent d'une limitation de leur action liée au contexte de la plate-forme, où tout va très vite, où une masse d'informations, difficilement assimilable, est diffusée aux primo-arrivants, où ces derniers sont préoccupés par la délivrance du certificat médical qui permet l'obtention du titre de séjour et où l'accès des usagers au service social spécialisé est « filtré » par les auditeurs sociaux. En ce qui concerne le temps sur la plate-forme, certains travailleurs sociaux voient leur action limitée à l'accès aux droits sociaux.

« [...] le travail de l'assistante sociale a été pour moi par rapport à avant un peu réduit quand même, un peu réduit sur vraiment l'accès aux droits globalement, le droit au logement, droits sociaux, droit au séjour, droit à la nationalité. Et, en fait, toute la dimension du lien social, l'isolement, il est beaucoup plus difficile à pouvoir engager dans le contexte actuel parce que on est dans la prévention là... » (une déléguée régionale).

« L'action du service spécialisé n'est pas sur la plate-forme, elle n'est pas sur l'immédiat, l'action du service social spécialisé est sur le parcours d'intégration de la personne, une fois que la personne est sur son département. L'accueil sur plate-forme, ça reste quelque chose de complètement administratif et on se pose vraiment la question de la place du service social spécialisé, sur ce temps de plate-forme » (une assistante sociale).

D'autres travailleurs sociaux perçoivent leur rôle dans le dispositif réduit à la fonction opérationnelle uniquement. Ceux-ci se disent démoralisés.

« Disons que le SSAE a le rôle d'accueil et d'information. On accueille les primo-arrivants. Oui effectivement, l'accueil, c'est l'information des primo-arrivants qui est nécessaire et je vais dire en amont et en aval de la plate-forme » (une assistante sociale).

« C'est une perception de l'usager, moi, qui ne me va pas trop, dans le sens où lui n'est pas capable, lui, de s'adapter à l'endroit où il est, et que, donc, on met un service spécialisé pour faire le lien, quoi ! Mais en se disant, de toute façon, ces personnes auront forcément une difficulté d'adaptation et une difficulté d'intégration [...] Mais concrètement le service social ne peut pas travailler dans ces conditions [...] le service social spécialisé, il faudrait qu'il travaille tout autant avec la société d'accueil qu'avec les primo-arrivants et pour l'instant le service social ne travaille qu'avec les primo-arrivants [...] nous, on ne va pas bien. Franchement, nous, on n'a pas la pêche » (une assistante sociale).

Une déléguée régionale rapporte la question du rôle du service social spécialisé dans le dispositif à l'image que les usagers, mais aussi les autres acteurs du dispositif d'accueil, en ont : « Le seul problème, j'ai envie de dire ... c'est à la fois de la part de l'OMI, des services publics mais aussi de la part des primo-arrivants, quelle image on a du service social, quelle image on a du travailleur social et quand est-ce qu'on sollicite le travailleur social ».

précédent sommaire suivant