WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4. Déontologie et valeurs professionnelles

Le travail social s'inscrit « à l'intérieur des politiques sociales en contribuant à leur mise en oeuvre dans une dimension relationnelle et personnalisée ».8(*) Selon la Division des Affaires sociales des Nations Unies, la définition du service social, sous-ensemble du travail social, est la suivante :

« Le service social est une activité organisée, visant à aider l'adaptation réciproque des individus et de leur milieu social. Cet objectif est atteint par l'utilisation de techniques et de méthodes destinées à permettre aux individus, aux groupes et aux collectivités, de faire face aux besoins, de résoudre les problèmes que pose leur adaptation à une société en évolution et, grâce à une action coopérative, d'améliorer les conditions économiques et sociales ».

Comme tous les champs professionnels, le service social possède ses propres valeurs et références qui lui permettent de composer un espace bien identifié et un partage de notions communes. Celles-ci sont consignées dans des codes de déontologie établis par les associations professionnelles. Le plus ancien et le plus connu est celui de l'ANAS. La référence aux préconisations contenues dans le code de déontologie permet non seulement d'assurer une fonction de régulation des pratiques mais aussi de caractériser le sens et la place que la profession souhaite tenir au sein de la société.

La profession d'assistant de service social y est définie comme suit : « L'assistant de service social est au service de la personne humaine dans la société. Son intervention vise : à l'épanouissement et à l'autonomie des personnes, groupes ou communautés ; au développement des potentialités de chacun en le rendant acteur de son propre changement ; à l'adaptation réciproque individus / société en évolution ».9(*) L'usager est donc au centre de l'intervention du service social.

Par ailleurs, l'assistant social dispose d'une autonomie qui se situe sur le plan technique. « L'assistant de service social ne peut accepter d'exercer sa profession dans des conditions qui compromettraient la qualité de ses interventions. Il doit donc être attentif aux formes et conditions de travail qui lui sont proposées et aux modifications qui pourraient survenir. Tenant compte de la nature et des objectifs de l'organisme employeur, il s'assure qu'il peut disposer de l'autonomie nécessaire :

- pour choisir la forme de ses interventions et les moyens à employer ;

- pour décider de la poursuite ou de l'arrêt de son action ».10(*)

Les missions et objectifs d'action sont donc définis par l'organisme employeur selon les compétences qui lui incombent. En revanche, les méthodes à mettre en oeuvre par le service social pour les atteindre relèvent de la seule compétence des professionnels et de leur encadrement spécifique.

C'est à ce niveau que le malaise des assistants sociaux spécialisés se situe : dans quelle mesure ont-ils encore la maîtrise des méthodes à mettre en oeuvre pour accompagner les nouveaux arrivants vers l'intégration ? De ce fait, l'usager est-il vraiment au centre de l'intervention du service social ?

L'intervention du service social spécialisé dans l'accueil et l'intégration des nouveaux arrivants renvoie donc à une double problématique : d'abord celle de l'évolution du dispositif et des politiques d'accueil et d'intégration, ensuite celle de la spécificité de l'intervention du service social spécialisé dans le cadre du dispositif d'accueil des primo-arrivants.

· Que propose le service social spécialisé aujourd'hui pour faciliter l'installation des nouveaux résidents ? Quels moyens les assistants sociaux mettent-ils en oeuvre pour adapter leur action sociale spécialisée au dispositif d'accueil des nouveaux arrivants ?

· Quelle place le service social spécialisé occupe-t-il dans ce dispositif ? De quelle marge de manoeuvre dispose-t-il ? Quel rôle joue le contexte local dans la marge de manoeuvre que possède le service social spécialisé ?

· Qu'est-ce qui fait que certains assistants sociaux semblent avoir perdu le sens de leur travail, alors que d'autres sont en accord avec leur conscience professionnelle ? Quel rôle l'encadrement joue-t-il dans la (re)mobilisation des équipes d'assistants sociaux et l'élaboration d'une offre de service de service social spécialisé ?

Ces interrogations nous amènent à la question de départ suivante :

Quelles stratégies les assistants de service social adoptent-ils pour garder le sens du travail social spécialisé dans leur intervention dans le cadre du dispositif d'accueil des nouveaux arrivants ?

* 8 BOUQUET Brigitte, GARCETTE Christine, Assistante sociale aujourd'hui, Maloine, 1999, p. 21

* 9 Code de déontologie de l'ANAS adopté par l'assemblée générale du 28 novembre 1994

* 10 Article 7 du Code de déontologie de l'ANAS adopté par l'assemblée générale du 28 novembre 1994

précédent sommaire suivant