WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4. Le rôle de l'encadrement technique

Parmi les travailleurs sociaux allemands, seulement 43% pensent que l'encadrement technique a été important pour la mise en place d'une action sociale spécialisée en direction des nouveaux arrivants. Ce faible nombre s'explique par le fait que les structures qui assurent le premier accueil des nouveaux arrivants sont souvent composées d'un seul travailleur social ou d'une petite équipe sans encadrant technique. En revanche, pour 47% des enquêtés l'équipe y joue un rôle important.

Dans la grande majorité des cas (90%), le passage d'un service social de catégorie à un service social spécialisé chargé du premier accueil des nouveaux arrivants a été préparé : avec l'encadrant technique et l'équipe (30%), avec l'équipe seule (27%), par la supervision ou la formation continue (27%), avec l'encadrant seul (13%). Quant à la formation continue, un travailleur social nous explique que celle-ci a été proposée, au niveau fédéral, à tous les professionnels des services sociaux pour migrants. Un autre évoque le système de conseil technique, qui existe au niveau de la Diaconie en Allemagne, et qui a accompagné la procédure de changement tout au long des années 2003-2004-2005.

Au regard des multiples actions mises en place en direction du public primo-arrivant, nous pouvons effectivement noter que l'absence d'encadrement technique n'a pas mené à l'inertie des travailleurs sociaux. Les 4 travailleurs sociaux qui déclarent se limiter dans leur action sur le programme officiel indiquent comme raison uniquement le manque de temps (3) ou l'absence de besoin des intéressés (1). Or, nous pouvons constater que deux de ces travailleurs sociaux n'ont pas été préparés au changement du contenu du travail et les deux autres sont des jeunes professionnels.

Les avis des travailleurs sociaux néerlandais sur l'encadrement technique sont très partagés. Par contre, nous pouvons noter que la moitié (3/6) bénéficie d'une supervision dans le cadre de leur travail. Nous pouvons observer également l'importance de l'équipe (4/6) dans la mise en place de l'action sociale.

5. Conclusion

Après analyse des réponses données par les travailleurs sociaux allemands et néerlandais aux questionnaires, nous pouvons constater des différences notables entre ces deux pays et la France :

(1) l'action sociale en direction des nouveaux arrivants s'inscrit dans le contexte d'un dispositif dans les trois pays, mais en Allemagne et aux Pays Bas les travailleurs sociaux sont en première ligne et n'ont pas à composer avec d'autres acteurs de l'accueil ;

(2) la façon de concevoir l'action sociale n'est pas la même. Si celle-ci est plutôt centrée sur l'accès aux droits et sur l'intégration par la citoyenneté active en France, l'action sociale en Allemagne et au Pays Bas agit plus sur un registre éducatif et inclut des bénévoles comme partenaires à part entière ; l'activation et la responsabilisation des nouveaux arrivants sont les mots clé de l'action sociale aux Pays Bas ;

(3) pour assurer l'accompagnement de l'action sociale, on compte en France sur un encadrement technique de proximité, tandis qu'en Allemagne l'accent est mis sur la formation continue et le conseil technique.

Conclusion et perspectives

précédent sommaire suivant