WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion et perspectives

Cette recherche nous a fourni des éléments sur la pratique des travailleurs sociaux qui interviennent dans les dispositifs d'accueil des nouveaux arrivants en France, en Allemagne et aux Pays Bas. Quatre thèmes ont émergé des données traitées : 1) l'image que les usagers et les autres acteurs de l'accueil ont du service social, 2) la reconnaissance des compétences des travailleurs sociaux et leur motivation, 3) les différentes conceptions de l'action sociale en Europe, 4) les différentes formes d'appui technique.

Nous pouvons résumer les effets de l'introduction du dispositif d'accueil sur la pratique professionnelle des travailleurs sociaux en France comme suit :

(1) Le rôle du travailleur social dans le dispositif a changé, ce qui a produit des blocages chez les « anciens » du service social spécialisé ; ceux-ci ont beaucoup de difficultés à trouver leur place dans le dispositif d'accueil.

(2) L'espace d'autonomie du travailleur social a été réduit. De ce fait, les professionnels sentent une absence de reconnaissance de leurs compétences par les autorités comme par les autres acteurs du dispositif d'accueil ; en effet, ces derniers ont une image très partielle de l'action que le service social spécialisé est en capacité de mettre en oeuvre.

(3) L'intervention sociale est standardisée dans les phases du pré-accueil et de l'accueil. C'est dans la phase du suivi que la créativité du travailleur social peut se déployer.

(4) Dans la phase de l'accueil, le travailleur social travaille avec le personnel administratif de l'OMI dans un même lieu et avec les mêmes usagers. L'articulation avec ces professionnels, ainsi que la présentation de l'offre de service du service social spécialisé aux nouveaux arrivants, constituent un enjeu majeur pour la reconnaissance des compétences des travailleurs sociaux.

A travers l'analyse des discours nous avons constaté que les travailleurs sociaux s'appuient sur 1) leurs acquis professionnels, 2) un contexte local favorable, 3) la cohésion de leur équipe et 4) l'encadrement technique pour maintenir ou pour mettre en place une action sociale spécialisée dans le cadre du dispositif d'accueil et ainsi construire le sens de leur action.

L'analyse des réponses des travailleurs sociaux allemands et néerlandais nous a fourni des enseignements sur d'autres approches du travail social, avec une prédominance d'actions éducatives en Allemagne et une tendance à activer et responsabiliser l'usager au Pays Bas. Nous avons pu noter également l'existence de plusieurs formes d'appui technique dans ces deux pays, notamment la formation continue et le conseil technique.

Perspectives

L'introduction du dispositif d'accueil des nouveaux arrivants en France a modifié le rôle des travailleurs sociaux des services sociaux spécialisés. Ils ne sont plus maîtres d'oeuvre de l'accueil, mais des participants parmi d'autres. Ils disposent de peu d'autonomie dans le choix de leurs méthodes de travail social, car leur action est cadrée par des procédures et évaluée par des administratifs. Cette réalité crée un défi de taille pour le service social spécialisé, qui doit adapter son mode de fonctionnement et affirmer sa place au sein du dispositif.

Dans cette optique, nous pouvons énoncer plusieurs préconisations pour la pratique qui se dégagent de notre recherche, premièrement au niveau des travailleurs sociaux :

(1) A travers les propos des professionnels, nous avons pu constater que les acteurs du dispositif d'accueil avaient une image réduite des compétences du service social spécialisé : le traitement de problèmes. Cette image influence forcément les orientations que les auditeurs sociaux peuvent faire sur le travailleur social présent sur la plate-forme. Pour obtenir la reconnaissance de leurs réels savoir-faire, il est donc important que les travailleurs sociaux échangent avec les autres intervenants du dispositif sur leurs pratiques professionnelles lors de réunions de travail régulières.

(2) Pour arriver à changer l'image que les partenaires sans formation sociale et les nouveaux arrivants peuvent avoir du rôle du service social spécialisé, il est nécessaire que les travailleurs sociaux communiquent sur leurs pratiques professionnelles.

(3) Le partenariat local est un des facteurs qui permettent la construction d'une action sociale qui a du sens dans le cadre du dispositif d'accueil. Chaque travailleur social doit donc veiller au développement de son réseau partenarial par une offre de service offensive.

Pour prendre de la distance, pour analyser leur place au sein du dispositif d'accueil et adapter leur action, les travailleurs sociaux ont besoin d'un appui technique. A un deuxième niveau, nos recommandations s'adressent donc à l'encadrant technique, auquel incombe un rôle important :

(1) Les assistants sociaux spécialisés comptent beaucoup sur leur encadrant technique pour les accompagner dans la construction d'une offre de service en direction des nouveaux arrivants, mais aussi pour les aider à trouver une place dans le dispositif d'accueil. L'encadrant technique doit alors être à l'écoute des questionnements des travailleurs sociaux, les aider à analyser les enjeux du dispositif d'accueil et ceux du service social spécialisé, ainsi que les besoins des nouveaux arrivants.

(2) Nous avons noté l'impact de la cohésion de l'équipe sur l'adaptation de l'action sociale ; celle-ci peut procurer un appui paritaire et jouer un rôle de régulation. L'encadrant technique peut faciliter les bonnes relations au sein de l'équipe par des réunions régulières, la construction d'objectifs de travail en commun, l'instauration de règles de fonctionnement négociées et une bonne circulation de l'information.

Pour remplir sa mission, il est évident que l'encadrant technique a besoin de compétences spécifiques qui dépassent ses seules compétences de professionnel du travail social : des connaissances en dynamique de groupe, une capacité d'analyse, une capacité de négociation et des compétences en management.

Pour terminer, nous pouvons donc formuler des préconisations au niveau de l'institution employeur :

(1) Etant donné le rôle central que jouent les encadrants techniques au service social spécialisé, l'institution employeur doit veiller à la formation de ces cadres pour qu'ils puissent jouer pleinement leur rôle.

(2) A travers les réponses des travailleurs sociaux allemands nous avons pu observer l'importance de la formation continue et du conseil technique dans l'appropriation d'un nouveau contexte de travail. Il est donc souhaitable que l'institution employeur développe également ces formes d'appui technique, qui peuvent avoir un impact important sur la qualité de l'action sociale.

(3) Les méthodes de travail que les collègues étrangers nous ont exposées ne sont pas adaptables tant que telles dans le dispositif d'accueil en France, car le contexte est trop différent. En revanche, il serait intéressant pour les assistants sociaux spécialisés que l'institution organise des rencontres avec des travailleurs sociaux européens qui travaillent également dans des dispositifs d'accueil dans leur pays afin de permettre un enrichissement des pratiques professionnelles par des échanges ; l'offre de service en direction des nouveaux arrivants ne peut que s'en trouver améliorée.

Pistes pour des recherches ultérieures

Nous pouvons considérer que la recherche en travail social, basée sur les savoirs spontanés des travailleurs sociaux, produit des connaissances et un cadre pour la pratique professionnelle. Elle fournit en même temps des éléments pour le développement de l'action sociale.

La présente recherche a suscité des interrogations qui méritent d'être explorées à leur tour :

(1) Nous avons orienté notre recherche sur des départements avec des flux importants de nouveaux arrivants. Nous n'avons pas étudié l'incidence du nombre d'usagers sur la construction de l'offre de service. Quel est donc l'impact des flux sur l'action sociale ? Quel est le rôle de l'encadrant technique dans ce contexte et quelles compétences lui sont demandées ?

(2) L'Allemagne vient de mettre en place, au courant de cette année, son dispositif d'accueil des nouveaux arrivants. Les travailleurs sociaux vont trouver progressivement leurs marques dans le nouveau système et des recherches comparatives plus complètes seront possibles. Aussi, après un fonctionnement de plusieurs mois, comment les travailleurs sociaux allemands percevront leur rôle ? Comment vont-il adapter leurs méthodes de travail à un public de plus en plus nombreux ? Comment les travailleurs sociaux en France, travaillant avec un public identique, pourront-ils s'approprier les expériences des collègues d'un autre pays européen ?

(3) Une dernière piste de recherche est en lien avec la formation initiale des travailleurs sociaux en France. En effet, lors des entretiens que j'ai menés avec les assistants sociaux, j'ai eu affaire à deux professionnels qui avaient effectué leur formation initiale à l'étranger à un niveau universitaire. Leur approche de l'action sociale était plus large et leur capacité d'analyse plus importante, au moins au niveau théorique, que celles des assistants sociaux qui avaient été formés en France. Aussi, une recherche comparative au niveau européen sur les incidences de la formation initiale des travailleurs sociaux sur leurs pratiques sera intéressante pour la profession.

précédent sommaire suivant