WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Immigration - contexte historique et politique

1. Les grandes périodes de l'immigration en France

La France est un pays d'immigration depuis toujours. Les mouvements migratoires ont marqué l'histoire de ce pays. C'est dans la première partie du 19ème siècle que les mouvements de population, liés directement aux nécessités économiques, vont devenir de plus en plus importants.

1.1. La révolution industrielle

Pendant la première moitié du 19ème siècle, sous la monarchie de Juillet, des cheminots anglais arrivent pour construire les premières lignes de chemin de fer, des Belges pour travailler dans des filatures dans le Nord, des Allemands et des Suisses dans l'industrie mécanique et des Italiens dans le bâtiment.

Avec le développement de la révolution industrielle la France a besoin de main-d'oeuvre ouvrière. En effet, la faiblesse démographique après les guerres napoléoniennes, la résistance des paysans à l'exode rural et les revendications du prolétariat ouvrier hypothèquent le développement industriel. Dès 1851, plus de 378i000 étrangers sont recensés en France. En 1876 ils sont 655 000 et à la fin du siècle, la France est le premier pays d'immigration en Europe, un « pays d'immigrants dans un continent d'émigrants ».16(*) Les communautés les plus nombreuses sont les Belges et les Italiens.

Ces immigrés effectuent au départ surtout les travaux les plus pénibles et les plus mal rémunérés. Pendant des périodes de chômage, ils ne peuvent bénéficier des aides des bureaux de bienfaisance qui sont dispensées sous condition d'un certain nombre d'années de résidence dans la ville.

On trouve les Belges surtout dans le nord de la France, où ils se regroupent dans les quartiers dégradés des villes. Les Italiens sont surtout présents dans le sud-est de la France et plus tard en Lorraine dans la sidérurgie et les mines de fer et de charbon et dans le nord de la France. Leurs conditions de vie sont souvent misérables. Dans beaucoup d'endroits, les Italiens mènent une vie en communauté à la marge de la société d'accueil.

Pendant la période de récession de 1882 à 1889, des actes xénophobes et la tension sur le marché du travail obligent les pouvoirs publics à légiférer pour la première fois en matière d'immigration. Il s'agit d'une réglementation essentiellement restrictive : les étrangers seront soumis à une déclaration de résidence à la mairie, des quotas d'ouvriers dans l'industrie et les travaux publics seront fixés. En matière d'accès à la nationalité, les naturalisations seront facilitées. La nationalité française est attribuée systématiquement, dès leur majorité, aux enfants étrangers nés en France, un droit du sol « fondé non plus sur l'allégeance mais sur la socialisation ».17(*)

* 16 BLANC-CHALEARD Marie-Claude, Histoire de l'immigration, Paris, La Découverte, 2001, p. 9

* 17 WEIL Patrick, La France et ses étrangers. L'aventure d'une politique de l'immigration de 1938 à nos jours, Paris, Calmann-Lévy, 1991, p. 423

précédent sommaire suivant