WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une approche de mesure du bien-etre des enfants et de la pauvreté des ménages au Congo

( Télécharger le fichier original )
par Anaclet Géraud NGANGA KOUBEMBA
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée (ISSEA) - Ingénieur Statisticien 2008
  

sommaire suivant

COMMUNAUTE ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE

ee,,,,e

INSTITUT SOUS-RÉGIONAL DE STATISTIQUE ET D'ÉCONOMIE APPLIQUÉE

9sse,oi

ORGANISATION INTERNATIONALE

B.P : 294 -Yaoundé (République du Cameroun)
Tél. : +237 22 22 01 34 Fax : +237 22 22 95 21 E-mail : isseacemac@yahoo.fr

Année Académique 2007/2008

UNE APPROCHE DE MESURE
DU BIEN-ÊTRE

DES ENFANTS ET DE
LA PAUVRETÉ DES MÉNAGES
AU CONGO

Memoire de fin de formation en vue de l'obtention
du Diplame d'Ingenieur d'Application de la Statistique

Redige et soutenu par : NGANGA KOUBEMBA Anaclet Géraud

Technicien Supérieur en Statistique et Planification

Devant le jury compose de :

Dr KAMGA TCHWAKET Ignace, Président
NGBANZA Jeannot, ISE, Examinateur
MOUNKALA Évrard Ulrich H.,
Directeur de Mémoire

Juin 2008

DÉDICACE

À la mémoire de mon père Alphonse NGANGA ;

à ma mère Alice OUMBA, à ma fille Rébecca Vertu C. GANGAT-GFASTU et à ma fiancée Faïda Chrislène KAYI-MABOUNGA.

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce travail n'aurait pas été possible sans l'intervention de tous ceux qui de près ou de loin ont voulu rehausser sa qualité. Je leur exprime ici ma profonde gratitude. Il s'agit particulièrement de :

· M. Léoncio F. ESONO NZE OYANA, Directeur Général de l'ISSEA et tout le personnel de l'ISSEA, pour leur évidente contribution à ma formation ;

· M. Samuel AMBAPOUR, Directeur Général du CNSEE, pour le thème ici abordé qu'il a bien voulu me proposer et pour la documentation qu'il m'a offerte ;

· M. Évrard Ulrich H. MOUNKALA, Economiste-Statisticien, Agent d'encadrement supérieur à la BEAC, directeur de ce mémoire, pour ses précieux conseils et directives sans lesquels ce travail n'aurait pas été réalisé jusqu'au bout ;

· M. Symplice NGAH NGAH, professeur permanent à l'ISSEA, Codirecteur de ce mémoire, pour l'orientation du sujet soumis à ma réflexion et l'inestimable encadrement qu'il m'a offert à cet égard ;

· MM. Dieudonné KINKIELELE, Directeur des études des 1er et 2ème cycles et Robert NGONTHE, Directeur des études du 3éme cycle de l'ISSEA ; pour le suivi accordé aux étudiants de l'ISSEA, suivi dont j'ai également joui de façon toute particulière ;

· MM. Michel Noé Gui-Diby, Dieudonné KINKIELELE et tous les cadres de la BEAC et de l'Ambassade du Congo au Cameroun ; pour l'appui financier qu'ils ne cessent d'offrir à la Mutuelle des Étudiants Congolais au Cameroun (MECC) ;

· Tous mes frères et soeurs consanguins (notamment ma grande soeur Gertrude Fernande NGANGA), mes nièces et ma belle famille (famille KAYI) ; qui sans relâche, m'ont apporté leurs indéfectibles appuis moral et matériel ;

· Mes amis et camarades : Emmanuel LAO, Gaston DIKWE, Harris Benito KOUBEMBA, Laurent OBIANG MBELE et Rouane FATA ; pour la touche corrective apportée à ce travail ;

· Mes promotionnaires, pour les moments d'échange de connaissances à l'ISSEA ;

· La MECC qui m'a tant fait confiance à sa tête et m'a encouragé moralement à achever ce travail.

Que ceux qui ont contribué sous une forme ou une autre à la réalisation de ce travail, et qui n'ont pas été énumérés ici, y trouvent également l'expression de ma reconnaissance.

ACRONYMES ET SIGNES CONVENTIONNELS

ACH/CAH Classification Ascendante Hiérarchique

ACM Analyse des Correspondances Multiples

AFC Analyse Factorielle des Correspondances

BAMSI Bureau d'Application des Méthodes Statistiques et Informatiques

BEAC Banque des États de l'Afrique Centrale

BM Banque Mondiale

C3ED Centre d'Écologie et d'Éthique pour l'Environnement et le Développement

CED Centre d'Économie du Développement

CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale

,

CERAPE Centre d'Études et de Recherche sur les Analyses et Politiques Economiques

CNLS Conseil National de Lutte Contre le Sida ,

CNSEE Centre National de Statistique et des Études Economiques

COPAF Consistance Ordinale sur le Premier Axe Factoriel

COS2 Cosinus carré

CSLP Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté

CTR Contribution

DSCN Direction de la Statistique et de la Comptabilité Nationale

DSRP Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

DUDH Déclaration Universelle des Droits Humains

ECOM I Enquête Congolaise auprès des Ménages, 1ère édition

ECOSIT 2 Enquête sur la Consommation et le Secteur Informel, 2ème édition

EDSC-I Enquête Démographique et de Santé du Congo, 1ère édition

F CFA Franc de la Coopération Financière en Afrique Centrale

FGT Foster, Greer et Thorbecke

IAS Ingénieur d'Application de la Statistique

IBW Institution de Bretton Woods

ICP Indicateur Composite de Pauvreté

IDH Indice de Développement Humain

INS Institut National de Statistique

INSEED Institut National de Statistique, des Études Économiques et Démographiques

IPH Indicateur de Pauvreté Humaine

IPPTE Initiative Pays Pauvres Très Endettés

IRM Indicateur de Richesse du Ménage

ISSEA Institut Sous-régional de Statistique et d'Économie Appliquée

MECC Mutuelle des Étudiants Congolais au Cameroun

MICS 2 Enquête à Indicateurs Multiples, 2ème édition

OMD Objectifs du Millénaire pour le Développement

OMS Organisation Mondiale de la Santé

ONU Organisation des Nations Unies

OOO ORANA-ORSTOM-OMS

ORC Macro Opinion Research Corporation

ORSTOM Office de Recherche Scientifique pour les Territoires d'Outre-Mer

PEP Politiques Économiques et Pauvreté (Poverty and Econmic Policy)

PEV/C Programme Élargi de Vaccination au Congo

PIB Produit Intérieur Brut

PNDS Programme National de Développement Sanitaire

PNP Politique Nationale de Population

PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement

PVD Pays en Voie de Développement

RGPH Recensement Général de la Population et de l'Habitat

SNDE Société Nationale de Distribution d'Eau

SPAD Système Pour l'Analyse des Données

SPSS Statistical Package for the Social Sciences

T.C.É.P.A. Toutes choses égales par ailleurs

UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population

UNICEF Fonds des Nations Unies pour l'Enfance

V.Test Valeur Test

TABLE DES MATIÈRES

DÉDICACE i

REMERCIEMENTS ii

ACRONYMES ET SIGNES CONVENTIONNELS iii

TABLE DES MATIÈRES iv

LISTE DES TABLEAUX vi

TABLE DES ILLUSTRATIONS vii

AVANT-PROPOS viii

RÉSUMÉ ix

INTRODUCTION GÉNÉRALE 1

1ère partie CADRE CONCEPTUEL ET FONDEMENTS THÉORIQUES 9

Chapitre 1 LES ASPECTS CONCEPTUELS DE LA PAUVRETÉ 10

1.1 LES GRANDS COURANTS DE PENSÉE SUR LA PAUVRETÉ 10

1.1.1 L'école welfarist 11

1.1.2 L'école des besoins de base 12

1.1.3 L'école des capacités 13

1.2 LE BIEN-ÊTRE DES ENFANTS DANS L'APPREHENSION DE LA PAUVRETÉ 14

1.2.1 Mesure indirecte du bien-être des enfants 14

1.2.2 Mesure directe du bien-être des enfants 15

1.2.3 Analyse critique de la littérature et choix de l'option d'étude 16

1.3 DÉFINITION ET MESURE DE LA PAUVRETÉ 19

1.3.1 Les dimensions de la pauvreté 19

1.3.1.1 La notion de bien-être 19

1.3.1.2 Pauvreté monétaire 20

1.3.1.3 Pauvreté non monétaire 20

1.3.2 Concepts de ligne et de profil de pauvreté 22

1.3.2.1 La notion de seuil de pauvreté 22

1.3.2.2 Pauvreté absolue et pauvreté relative 24

1.3.2.3 Le concept de profils de pauvreté 25

1.3.3 Quelques autres identités de la pauvreté 26

1.3.3.1 Pauvreté objective et pauvreté subjective 26

1.3.3.2 Pauvreté structurelle et pauvreté transitoire 27

1.3.3.3 Pauvreté, inégalité et vulnérabilité 27

Chapitre 2 INDICES DE PAUVRETÉ ET REVUE DES TRAVAUX EMPIRIQUES 30

2.1 L'AGRÉGATION DE LA PAUVRETÉ 30

2.1.1 Les Indices G-H-I 32

2.1.1.1 Indice G : inégalité 32

2.1.1.2 Indice H : incidence de la pauvreté 32

2.1.1.3 Indice I : intensité de la pauvreté 33

2.1.2 Les agrégations axiomatiques SShT (Sen, Shorrocks et Thon) 34

2.1.2.1 Sen et la mesure axiomatique de la pauvreté 35

2.1.2.2 Indice Sh de Shorrocks 35

2.1.2.3 Indice T de Thon 35

2.1.3 Les indices K et CHU (Kakwani et Clark-Hemming-Ulph) 36

2.1.3.1 Indice de Kakwani 36

2.1.3.2 Indice de Clark-Hemming-Ulph 36

2.1.4 Les indices classiques de FGT (Foster, Greer et Thorbecke) 37

2.1.5 Les indices de développement humain : IDH, IDSH, IPH et ISPH 38

2.2 ÉTUDES EMPIRIQUES DANS LA LITTÉRATURE 42

2.2.1 Les travaux sur la pauvreté dans les régions autre que le Congo 42

2.2.2 Les travaux récents sur la pauvreté au Congo 45

2ème partie CADRE EMPIRIQUE DE L'ÉTUDE 47

Chapitre 3 APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES ET RÉSULTATS DESCRIPTIFS SOMMAIRES
48

3.1 PRÉSENTATION DE L'EDSC-I ET DES PROCÉDÉS STATISTIQUES 48

3.1.1 Présentation de la source des données : l'EDSC-I 2005 48

3.1.1.1 Justification, contexte institutionnel et objectifs de l'EDSC-I 48

3.1.1.2 Questionnaires et plan d'échantillonnage 49

3.1.1.3 Cadres physique, politique et socio-économique 50

3.1.2 Méthodologie et procédés statistiques utilisés 50

3.1.2.1 De l'élaboration de l'indicateur composite de pauvreté 51

3.1.2.2 De la mesure de la pauvreté infanto-juvénile 53

3.1.2.3 De l'élaboration d'un profil de pauvreté infanto-juvénile 55

3.1.2.4 De la relation pauvreté enfants/pauvreté ménages 55

3.2 RÉSULTATS SOMMAIRES DE L'ÉTUDE 55

3.2.1 Pauvreté et conditions de vie des ménages 56

3.2.1.1 Simulation de l'indice de richesse des ménages 56

3.2.1.2 Habitat et zone de résidence des ménages 61

3.2.2 Bien-être infanto-juvénile 67

3.2.2.1 Vaccination 67

3.2.2.2 Allaitement, iodation du sel et vitamine A 68

3.2.2.3 Alimentation 69

Chapitre 4 PROFIL ET DÉTERMINANTS DE LA PAUVRETÉ INFANTO-JUVENILE 71

4.1 PROFIL DE PAUVRETÉ DE LA PETITE ENFANCE 71

4.1.1 Indicateur composite de pauvreté (ICP) 71

4.1.2 Indice composite de pauvreté : construction et décomposition 77

4.1.2.1 Le seuil absolu de pauvreté 78

4.1.2.2 Incidence, profondeur et sévérité de pauvreté 79

4.2 LE RISQUE DE PAUVRETÉ DANS LA PETITE ENFANCE 82

4.2.1 Modélisation du risque de pauvreté infanto-juvénile 82

4.2.1.1 Présentation théorique du modèle probit 82

4.2.1.2 Modélisation et spécification des variables 83

4.2.2 Les options économétriques, résultats et interprétation 85

4.2.2.1 Options économétriques 85

4.2.2.2 Résultats et interprétation 86

4.3 LIMITES DE L'ÉTUDE ET PERSPECTIVES 92

4.3.1 Limites de l'étude 92

4.3.2 Perspectives 94

CONCLUSION GÉNÉRALE 95

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES 98

ANNEXES I

Annexe A : Objectifs du Millénaire pour le Développement et leurs cibles I

Annexe B : Limites des IPH - Principes, structure et limites des DSRP III

Annexe C : Objectifs spécifiques et plan d'échantillonnage de l'EDSC-I 2005 IV

Annexe D : Aperçu sur l'analyse factorielle : AFC, ACM et ACH VI

Annexe E : Résultats additionnels de l'ICP et partitionnement en 2 classes VIII

Annexe F : Détails sur la modélisation probit X

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 2 : Expressions formelles des indicateurs de développement humain présentés 41

Tableau 3.1 : Répartition des enfants congolais de moins de 5 ans par sexe, en 2005 50

Tableau 3.2 : Indicateurs d'analyse et de mesure de la pauvreté des enfants de moins de 5 ans 53

Tableau 3.3 : Distribution (en %) des ménages selon la principale source d'eau potable et la zone de résidence 61

Tableau 3.4 : Distribution (en %) des ménages par type de sanitaires, selon la zone de résidence 62

Tableau 3.5 : Fréquences relatives en %, par autres caractéristiques de l'habitat et la zone de résidence
des ménages 64

Tableau 3.6 Pourcentage de la population des ménages selon de l'indice de richesse des ménages
(IRM) et le domaine de résidence 65

Tableau 3.7 : Proportion en %, des ménages ayant certains biens durables, par zone de résidence 65

Tableau 4.1 : Tri-à-plat des 47 modalités pour 17 variables actives 72

Tableau 4.2 : Scores, contributions, cosinus carrés et valeurs-test des modalités significatives sur l'axe
1 76

Tableau 4.3 : Discrimination enfants riches-enfants pauvres (après consolidation des classes) 78

Tableau 4.4 : Indices de pauvreté (en %) selon le sexe et selon l'âge en années révolues de l'enfant 79

Tableau 4.5 : Indices de pauvreté (en %) selon l'Indicateur de Richesse du Ménage (IRM) et selon le
niveau d'instruction de la mère 80

Tableau 4.6 : Indices de pauvreté (en %) par certaines caractéristiques environnementales 81

Tableau 4.7 : Coefficients de régression et effets marginaux des estimations Probit 86

Tableau 4.8 : Perspectives du bien-être en bas-âge : points d'ancrage et suggestions 94

Tableau 4.E.2 : Description de la coupure de l'arbre en 2 classes et caractéristiques par les modalités
IX

TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 : Schéma synthétique. Dimensions, écoles de pensée et type de mesure de la pauvreté 21

Figure 2 : Quelques indices de développement humain : sens, origine, dimensions impliquées et motif d'agrégation 40

Figure 3.1 : Dendrogramme [ou arbre] de classification des ménages selon les biens durables possédés
et certaines caractéristiques de logements 57

Figure 3.2 : Hypercube de contingence de la catégorisation des ménages semblables selon la zone de
résidence et certaines caractéristiques de la qualité d'habitation. 59

Figure 3.3 : Ménages qui mettent plus de quinze minutes pour s'approvisionner en eau, en fonction de
la zone de résidence 62

Figure 3.4 : Indice de peuplement du logement des ménages selon la zone de résidence 63

Figure 3.5 : Ménages par nombre de pièces utilisées pour dormir, en fonction de la zone de résidence
63

Figure 3.6 : Fréquences (en %) des ménages selon la nature de combustible de cuisine utilisé et par
zone de résidence 66

Figure 3.7 : Distribution en % des enfants de moins de 5 ans ayant été vaccinés 67

Figure 3.8 : Distribution en % des enfants de moins de 5 ans ayant reçu tous les vaccins du PEV/C
selon le niveau d'instruction de la mère. 68

Figure 3.9 : Répartition des enfants de moins de 5 ans ayant été allaité au sein, en fonction du sexe de
l'enfant, du niveau d'instruction de la mère et du type d'assistance à la naissance de l'enfant 68

Figure 3.10 : Distribution en %, des enfants de moins de 5 ans par région, selon la nature du sel utilisé
dans le ménage 69

Figure 3.11 : Évolution selon l'âge de l'enfant de l'indice anthropométrique taille pour âge 70

Figure 4.1 : Hypercube de contingence. Indicateur composite de pauvreté multivariée de la petite
enfance 73

Figure 4.2 : Procédure d'élaboration et d'archivage de partition de l'ICP sous SPAD 77

Figure 4.E.1 : Représentation simultanée des individus et des variables sur le plan (1,2) VIII

AVANT-PROPOS

Ce travail de recherche s'inscrit dans la perspective académique de fin de formation des Ingénieurs d'Application de la Statistique (IAS) à l'Institut Sous-régional de Statistique et d'Économie Appliquée (ISSEA). Il répond au contexte académique de l'ISSEA qui inclut dans le programme d'études, notamment dans la division des IAS, la rédaction d'un mémoire devant faire l'objet d'une soutenance publique devant un jury dédié. Ce mémoire réservé aux élèves ingénieurs de 4ème année est une initiation à la recherche et offre une opportunité d'application de quelques connaissances acquises le long de la formation. Il doit, selon les exigences de l'Institut, porter sur un travail de recherche sur un sujet scientifique à caractère statistique ou économique. Le thème soumis à notre réflexion s'intitule : « Une approche de mesure du bien-être des enfants et de la pauvreté des ménages au Congo ».

Ce thème a retenu notre attention, compte tenu du fait que la communauté internationale est plus que jamais engagée dans la lutte contre la pauvreté. La réduction de ce phénomène s'inscrit désormais parmi les objectifs prioritaires des États, dans les axes d'un processus de développement durable et solidaire. Notre ambition consiste à partir des recherches sur les études faites dans le cadre des autres économies et celle de l'économie congolaise notamment, pour illustrer la perception, les manifestations socio-économiques, la mesure du niveau de pauvreté et les stratégies de lutte contre ce phénomène. À cet effet, nous analyserons les données de la première Enquête Démographique et de Santé du Congo (EDSC-I 2005) tenue en 2005, pour construire une facette du bien-être des enfants et des ménages congolais. L'accent sera mis sur les enfants : l'on déterminera une ligne de bien-être non monétaire, au-dessous de laquelle ils seront considérés «pauvres» puis l'on mesurera l'ampleur de leur pauvreté. L'idée est d'essayer de capter les facteurs non monétaires, susceptibles de modifier le bien-être des « touts petits » Congolais.

Comme toute oeuvre intellectuelle, ce travail pourrait être entaché des imperfections, surtout que l'on a rapproché des sources diverses. L'on voudrait dire que ce travail est certainement imparfait ; " la perfection étant atteinte, non pas lorsqu'il n'y a plus rien à ajouter, mais lorsqu'il n'y a plus rien à retirer " disait A. de SAINT EXUPERY. De ce fait, il est sollicité la bienveillance des personnes qui, par nécessité ou par curiosité, seraient amenées à lire ce mémoire.

RÉSUMÉ

L'étude explore l'analyse de la pauvreté non monétaire infanto-juvénile au Congo. La finalité est de capter les facteurs qui sont susceptibles d'altérer le niveau de vie des enfants avant leur 5ème anniversaire. À cette fin, il est utilisé principalement d'une part une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) pour construire un indicateur composite de pauvreté (ICP) et, d'autre part, une modélisation « Probit » pour élaborer un profil de vulnérabilité infanto-juvénile. L'analyse est basée sur 4326 enfants issus de l'EDSC-I tenue en 2005.

En premier lieu, l'ICP montre que les enfants congolais de moins de 5 ans sont enclins à trois types de pauvreté : (i) une pauvreté héritée des parents, (ii) une pauvreté occasionnée par les paramètres communautaires et (iii) une pauvreté induite par l'âge et le sexe de l'enfant. Notons aussi qu'un seuil absolu de pauvreté infanto-juvénile est calculé, lequel vaut 0,347. Ce dernier sépare les enfants « non pauvres » d'un côté et les enfants « pauvres » de l'autre. De même un indice composite de pauvreté est calculé, notamment l'incidence qui est estimée à 42,2 %.

En deuxième lieu, l'estimation économétrique du profil de vulnérabilité infantojuvénile révèle que, T.C.É.P.A : (i) il y a plus de « chance » de vulnérabilité des garçons que des filles; (ii) l'âge influence à la baisse la probabilité pour un enfant d'être pauvre et la sensibilité de cette probabilité est réduite de 7 % en passant de 0 an à 1 ou 2 ans révolus. Côté niveau de vie du ménage, les estimations rapportent que, T.C.É.P.A : (i) en termes de commodités, les « chances » d'être pauvre dans la petite enfance diminuent avec le niveau de vie du ménage ; (ii) les caractéristiques de modernisation sont en mesure de rehausser le niveau de bien-être infanto-juvénile [notamment la consommation de l'eau potable est susceptible de rehausser le niveau de bien-être infanto-juvénile d'environ 10 %] ; (iii) le risque de pauvreté infanto-juvénile fléchit avec le niveau d'instruction de la mère. Enfin, l'environnement rapporte que : T.C.É.P.A, (i) l'administration aux enfants de la vitamine A et la jouissance à tout l'éventail des vaccins contre les maladies cibles du PEV/C rehaussent chacune le niveau du bien-être des enfants d'environ 10 %, ceci respectivement, par rapport aux enfants à qui il n'est pas administré de vitamine A et n'ayant pas été couvert par la vaccination ; (ii) l'accouchement assisté par un personnel de santé est censé accroître le bienêtre infantile ; (iii) appartenir le pôle « Brazzaville-Pointe Noire » rehausse le niveau du bienêtre des enfants, par rapport à leurs homologues qui appartiennent au pôle « Nord Congo-Sud Congo ». En somme, réduire la pauvreté infanto-juvénile au Congo passerait prioritairement par de bonnes opportunités socio-économiques offertes aux femmes.

Une approche de mesure de la pauvreté des ménages et du bien-être des enfants au Congo

INTRODUCTION GÉNÉRALE

CONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE

La lutte contre la pauvreté est un thème d'intérêt croissant pour bon nombre de gouvernements du monde. De même, il est communément accepté que la pauvreté reste actuellement, l'un des grands fléaux auxquels les sociétés de notre ère font face. Combattre la pauvreté se situe aujourd'hui au coeur des politiques de développement des pays d'Afrique subsaharienne et le Congo n'est pas en marge de cette préoccupation. Ce combat est justifié dans la mesure où les conséquences de la pauvreté vont au-delà de ses plus grandes manifestations que sont essentiellement la souffrance humaine et la malnutrition. Parmi ses autres manifestations l'on peut citer : les conflits militaires, le terrorisme, la prostitution, la corruption, l'alcoolisme, la délinquance, la faible longévité, l'exclusion sociale (chômage de longue durée, non participation aux grandes décisions), le manque d'instruction (analphabétisme et/ou illettrisme), les difficultés d'accès à des conditions de vie décentes, la morbidité et même la mortalité. Notons toutefois que ces conséquences diffèrent selon les régions. Alors que l'exclusion sociale prévaut dans les Pays avancés, la malnutrition, l'inaccessibilité aux soins de base et la mortalité prévalent dans les Pays en Voie de Développement (PVD). Dès lors, il urge pour les gouvernements de diagnostiquer la pauvreté afin de choisir une stratégie optimale de lutte contre ce fléau. C'est d'ailleurs à ce titre qu'il n'est pas étonnant de constater que « réduire l'extrême pauvreté et la faim » apparaît en «tête» des Objectifs du Millénaire pour le Développement1.

Dans la quête de l'atteinte des OMD cependant, il est complexe de mesurer avec précision la pauvreté d'une région et d'en déduire une politique qui la réduirait le mieux. Ce choix se révèle loin d'être décidé parce que la pauvreté revêt un caractère multiforme. C'est d'ailleurs ce pourquoi la définition de la pauvreté a difficilement fait un consensus à l'échelle internationale. En effet, tout dépend de l'objectif visé par l'analyste2. Néanmoins, il convient de reconnaître que les définitions de la pauvreté se construisent toutes en fonction d'un `'comparateur universel» classiquement reconnu sous le vocable `'bien-être», qui traduit le niveau d'utilité ou de satisfaction que retire un sujet (ce terme désignera dans toute la suite un individu, un ménage, un foyer ou une famille). Ce niveau d'utilité est lui-même fonction des biens et services que consomme le sujet. De ce fait, la lutte contre la pauvreté s'identifie à la recherche du bien-être au niveau macroéconomique à travers les politiques de développement.

1 Cf. annexe A : Tableau A.1, l'exhaustivité et les détails des OMD avec leurs cibles respectives.

2 Le but pourrait être politique, social, administratif, scientifique, développement, etc.

Une approche de mesure de la pauvreté des ménages et du bien-être des enfants au Congo 1

Elle passe par des stratégies visant à répondre à deux questions cruciales à savoir : «qui est pauvre?» et «combien de pauvres y a-t-il ?» ; lesquelles renvoient respectivement à l'identification de la pauvreté et à son agrégation.

Selon le PNUD : « la pauvreté est un état de dénuement ou de privation tant de besoins fondamentaux de l'existence nécessaires pour vivre une vie décente, saine, longue et constructive, que des opportunités et perspectives liées à la participation des sujets à la vie active, socio politique et culturelle de la société »3. Sur l'optique relative aux dimensions de la pauvreté, l'on parle souvent de la pauvreté monétaire et de la pauvreté non monétaire. L'approche monétaire (unidimensionnelle) de mesure de la pauvreté est la plus utilisée dans la littérature (peut être faute de mieux!). Elle suppose agréger la pauvreté par un seul type de données à savoir le revenu ou la dépense de consommation d'un sujet, qui serait censé indiquer à lui seul le niveau de bien-être du sujet [Angeles et Luis (1999), Miceli (1997)]. Elle assimile le pauvre à une personne dont le niveau de revenu ou de consommation est inférieur à un niveau prédéfini appelé `'seuil de pauvreté'. Pour le sujet ménage, l'on prend comme dimension de mesure le revenu ou la consommation tandis que pour le sujet enfant, l'on utilise séparément les statistiques sur la malnutrition, l'éducation, etc. L'approche non monétaire (multidimensionnelle) quant à elle suppose agréger la pauvreté en construisant via une technique factorielle, un indicateur composite de bien-être avec un ensemble de données (commodités) qui seraient censées indiquer toutes à la fois le niveau de bien-être du sujet considéré (Foko B. et al, 2005). Pour ce courant, le pauvre est une personne privée d'un minimum de conforts de base ou besoins de base, préalables à l'atteinte d'une certaine qualité de vie à savoir : nourriture, eau, logement, services sanitaires, éducation de base, etc. Toujours pour ce courant, l'on parle aussi de l'approche de la pauvreté par les capacités, qui voit la pauvreté sous l'angle des habiletés humaines dont disposent les sujets pour transformer leurs ressources en satisfaction4.

Une question se pose à ce stade, notamment celle de savoir ce qu'il en est du bien-être des enfants dans ces différentes approches. La réponse à cette interrogation précise est que deux courants opposés sont rencontrés dans la littérature : un dit indirect et l'autre direct. L'approche indirecte de mesure de la pauvreté des enfants (la plus courante dans la littérature) se consacre aux ménages/familles. Elle suppose une étroite relation entre la pauvreté des ménages et celle des enfants [Bradbury (1999), Corak (2005), Micklewright

3 PNUD, 1999, la lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne, Édition ECONOMICA.

4 L'IDH et l'IPH, indices de grande renommée internationale constituent les produits de cette approche.

(2003)]. Cette considération est ipso facto dite indirecte car considérant le bien-être d'un enfant comme exclusivement induit par le ménage dans lequel il est issu. À l'inverse, l'approche directe de mesure de la pauvreté des enfants (rarement utilisée dans les pays du tiers monde), se focalise sur la situation spécifique des enfants avec diverses statistiques reflétant directement le profil de pauvreté des enfants et des ménages, et non des ménages uniquement [Asselin (2002)]. Parler de la pauvreté des enfants en tant que telle pourrait paraître un peu «incongru» ou «insensé» pour les profanes ; le concept semblant plus adapté aux ménages/familles/foyers ou simplement aux personnes adultes de qui échoient la décision de travailler ou de dépenser. Cependant, il n'en est plus le cas parmi les économistes actuels. Déjà, en 2004, l'ONU suggère d'intégrer les dimensions essentielles des droits de l'homme qui élargissent les choix des individus et leur permettent de donner la pleine mesure de leurs capacités. Elle recommande le renforcement de la définition de la pauvreté chez les enfants en dépassant les conceptualisations classiques que prône l'approche monétaire. De même, l'UNICEF (2005) propose la définition suivante de la pauvreté des enfants : « les enfants vivant dans la pauvreté sont privés des ressources dont ils ont besoin sur les plans matériel, spirituel et affectif pour survivre, se développer et s'épanouir, ce qui les empêche de jouir de leurs droits, de donner la pleine mesure de leurs capacités ou de participer à la vie de la société en tant que membre à part entière et à parts égales. » De cette dernière définition, il ressort que les variables communautaires (telles accomplir un travail dur, vivre dans un milieu de moindre stimulant affectif), peuvent altérer significativement le bien-être d'une enfance même si elle est passée dans une famille matériellement aisée. Il ne s'agit plus là d'une pauvreté matérielle des ménages induite sur les enfants mais d'une pauvreté sous-estimée de court terme, qui pourtant a nécessairement des répercussions sur le développement à long terme des enfants. Les variables les plus utilisées dans ce courant sont l'accès à l'éducation, la santé, le cadre de vie, l'alimentation, l'eau potable, les sanitaires, etc.

De ces différentes approches, il ressort que mesurer la pauvreté d'une façon générale et la pauvreté infanto-juvénile en particulier reste un épineux problème, surtout dans les PVD où les statistiques relatives à la mesure de tels fléaux ne sont toujours pas exhaustives et fiables, quand bien même éradiquer la pauvreté continue à faire la une de la presse. En effet, dans presque toutes les études menées au Congo tout comme dans la quasi-totalité des pays subsahariens, l'objet de mesure de la pauvreté est le plus souvent le ménage plutôt que le ménage et l'enfant simultanément, et encore moins d'une approche à plusieurs dimensions.

Cependant, adopter le point de vue de l'enfant implique la prise en considération de nombreux éléments les concernant ; l'enfant étant :

ü une personne ayant des droits et des besoins spécifiques ;

ü en situation de dépendance vis-à-vis de sa famille et de son milieu social5 ;

ü une personne en devenir, source de développement de toute nation.

Certes, l'on trouve dans ces PVD un grand nombre d'analyses impliquant les enfants, mais celles-ci ne traitent de leur bien-être que séparément sur des domaines comme l'état nutritionnel, l'éducation, la santé etc. Il y existe certes quelques considérations multidimensionnelles d'agrégation de la pauvreté telles l'IDH et l'IPH, mais ces derniers indicateurs sont limités. En effet, ces indicateurs élaborés par le PNUD, quoi qu'importants, ne peuvent aucunement préciser le nombre d'enfants en situation de pauvreté. Ces indicateurs ont un caractère « macro » et s'élaborent avec un arbitraire dans les pondérations des ses souscomposantes (voir la section 2.1.4 du chapitre 2, relatif à la définition formelle de ces indices). Par ailleurs, notons que la majorité des études sur la pauvreté dans les PVD mesurent le bienêtre des enfants indirectement avec l'hypothèse suivante : « un enfant est pauvre si le ménage dans lequel il est issu en est un » ; laquelle montre pour ces pays, une quasi inexistence des études sur la pauvreté des enfants selon une approche directe et multivariée. La limite de cette hypothèse est que le revenu utilisé à cet égard a l'inconvénient majeur d'être souvent considéré comme une donnée intrinsèque pour chaque individu. Dès lors, l'on pense que son obtention serait confrontée soit à un refus catégorique soit à une déclaration erronée de la part des détenteurs de cette information. Raison pour laquelle le revenu, qui pourtant est un indice capital du niveau du pouvoir d'achat d'un individu, n'est jamais apparu de façon exhaustive et fiable comme diverses autres informations statistiques et c'est d'autant plus pénible que dans le contexte des PVD comme le Congo, il est plus ardu de reconnaître une personne à faible revenu qu'une personne privée de certains biens et services précis. En guise d'exemple, l'étude de 2003 sur la pauvreté au Congo par les chercheurs du Centre d'Études et de Recherche sur les Analyses et Politiques Économiques (CERAPE) révèle que l'ampleur de la pauvreté reste importante au Congo et que les politiques publiques n'ont presque pas d'incidence sur les pauvres. Cette même étude montre qu'à un seuil de pauvreté de 1406 F CFA, les valeurs de l'incidence de la pauvreté estimée à partir des dépenses totales par tête relève une pauvreté dans trois grandes métropoles du pays : 62 % à Ouesso, 53 % à Nkayi et 38 % à Brazzaville». Il est clair que ces incidences régionales ne renseignent pas sur l'enfance.

5 CREC (2005) cité par Matchinidé S., Titi V., Matongo S-A et Zabolo E., 2006, « Pauvreté multidimensionnelle des enfants et des ménages. Analyse appliquée en RCA».Projet présenté au PEP, IDRC, P.3.

En outre, bien que les indicateurs macroéconomiques congolais ne soient plus au rouge ces dernières années (par exemple taux de croissance du PIB égal à 64.9 % de 2004 à 2005), cela n'a pas la même visibilité dans toute la population. Il existe plusieurs classes sociales en allant des plus pauvres aux plus riches. Et alarmante semble être la situation des enfants : un tour de la ville de Brazzaville par exemple permet de constater que nombre d'entre eux sont enclins à toutes sortes de maux (consommation de tabac, d'alcool, domiciliation instable, délinquance juvénile, analphabétisme, commerce ambulant, quémandeurs, malades abandonnés dans les grandes artères, etc.). Pourtant, ces signes, révélateurs d'un potentiel recul de bien-être, restent cependant sans étude statistique focalisée sur l'enfant lui-même.

Globalement, l'approche monétaire a beaucoup de limites qui la rendent moins robuste. L'on peut en citer quatre. En premier lieu, la dépense totale ne tient pas compte de la capacité qu'a un individu de combler ses besoins minimaux : c'est-à-dire, s'il décide de dépenser le revenu ou de l'épargner, cela n'est qu'un problème de préférences. D'où l'on pense qu'il serait plus intéressant de se demander si le sujet est en mesure de mener une vie appropriée ou non. En deuxième lieu, maintenant s'il choisit de dépenser ou pas, cela n'est-il pas un problème qui relève des choix de chaque individu ? En troisième lieu, une meilleure compréhension de la pauvreté en termes monétaires ne peut être obtenue que dans le cas où plusieurs éditions d'enquêtes successives auprès des ménages sont disponibles, tout particulièrement si elles comportent un panel des mêmes ménages visités périodiquement, ce qui n'est pas évident pour les PVD. En quatrième lieu, en indexant le revenu, cela rend impossible la mesure de la pauvreté des enfants. Alors, puisque identifier les pauvres est un label primordial des stratégies qui consistent à combattre la pauvreté, celle-ci devrait englober plusieurs axes qu'il serait insuffisant de dévoiler par la seule considération monétaire des analyses existantes. La mesure indirecte de la pauvreté des enfants est mieux adaptée aux pays riches plutôt qu'aux PVD, où elle n'est forcément pas vérifiée au cas où les considérations familiales soulageraient ou aggraveraient les conséquences sur les enfants de la pauvreté subie par leurs parents. Les enfants ayant des besoins spécifiques, il conviendrait d'analyser la pauvreté les concernant, en faisant recours aux conventions qui leur confèrent des droits spécifiques. Par exemple la convention de 2005 (UNICEF et PNUD) offre une base conceptuelle permettant une mesure directe de la pauvreté des enfants. Elle enseigne que : « la pauvreté des enfants doit être mesurée directement et en rapport avec leurs droits». La présente étude s'appuie sur les données de l'enquête EDSC-I 2005, réalisée par le CNSEE dans l'optique de la poursuite des OMD et notamment pour la finalisation du DSRP. Elle s'inscrit, compte tenu des données

essentiellement qualitatives disponibles, dans le cadre d'une mesure et d'une analyse du niveau de la pauvreté des enfants de moins de cinq ans, selon une approche non monétaire et directe ; l'enfant étant pris lui-même comme unité d'analyse. Notons que toute analyse de la pauvreté doit pouvoir spécifier ses choix, lesquels choix ne sont pas toujours acceptés comme «les meilleurs » car dépendant du jugement de la personne qui réalise l'étude et des possibilités que lui offrent les données disponibles. Le choix d'un indicateur de bien-être dépend de l'aspect sur lequel l'on veut mettre l'accent. En ce sens, le cadre empirique du présent mémoire considérera la pauvreté comme une carence ou une inaccessibilité à un minimum de biens et services de base indispensables à l'atteinte d'une certaine qualité de vie. Ce cadre explorera cinq dimensions à savoir : (i) l'alimentation, (ii) l'eau potable, (iii) les équipements sanitaires, (iv) la santé et (v) le cadre de vie.

Le contexte susmentionné conduit aux questions principales suivantes : Combien d'enfants pauvres y a-t-il au Congo ? Doit-on admettre, en l'absence des données monétaires fiables, que la pauvreté des enfants congolais est exclusivement héritée des ménages d'où ils sont issus ? Quel est le risque pour un enfant congolais d'être pauvre, étant donné ses caractéristiques biologiques, les caractéristiques de ses parents et celles de son environnement ? Sur la base de ces préoccupations, la nature des réponses provenant des analyses de la présente étude va certainement contribuer à améliorer la réflexion examinée.

OBJECTIFS DE L'ETUDE

Le principal objectif de cette étude est d'une part de mesurer et d'analyser les déterminants du bien-être infanto-juvénile au Congo et, d'autre part, d'analyser les facteurs de vulnérabilité infanto-juvénile, selon une approche directe centrée sur l'enfant. De façon spécifique, il s'agit de :

· O1 mettre en place une mesure directe du bien-être des enfants de moins de 5 ans ;

· O2 élaborer un indicateur composite de la pauvreté de long terme6 aussi bien pour les ménages que pour les enfants de moins de 5 ans ;

· O3 : concevoir un profil de pauvreté des enfants de moins de 5 ans, moins étroit (moins dépendant) de celui des ménages auxquels ils appartiennent ;

· O4 : offrir une lecture de la pauvreté infanto-juvénile par la mesure et la mise en évidence des facteurs de risque de cette pauvreté. Il s'agit d'expliciter le risque pour un

6 D'après Sahn et Stiefel (2001), l'indice de pauvreté construit à base des conditions de vie et du patrimoine (approche multidimensionnelle) est un indice de long terme contrairement à l'indice monétaire qui est sensible aux chocs de conjoncture et nécessitant une réévaluation.

enfant de moins de 5 ans d'être pauvre compte tenu de ses caractéristiques biologiques, des caractéristiques de son ménage et de celles de son environnement ;

· O5 : suggérer, à l'aide des déficits identifiés, des stratégies ciblées cadrant la réduction de la pauvreté en général, et l'affermissement du bien-être infanto-juvénile en particulier.

HYPOTHÈSES DE RECHERCHE

L'hypothèse principale de la recherche est celle la plus répandue dans la théorie, à savoir : «un enfant est pauvre par déduction immanente de la pauvreté du ménage auquel il appartient». Trois sous-hypothèses peuvent être formulées, à savoir

· H01 : la vulnérabilité des enfants de moins de 5 ans est fonction du niveau de vie (en termes de besoins de base) des ménages desquels ils appartiennent ;

· H02 : les caractéristiques biologiques (âge, sexe) d'un enfant congolais n'influencent aucunement la probabilité pour cet enfant d'être pauvre;

· H03 : la structure environnementale modifie le risque de pauvreté d'un congolais pris dans la petite enfance.

INTÉRÊT DE L'ÉTUDE

Les objectifs susmentionnés donnent un aperçu de l'intérêt du sujet abordé. Sous l'angle académique et professionnel, l'intérêt de l'étude est d'une part de développer notre engouement et nos aptitudes pour la recherche et, d'autre part, de mettre en relief nos connaissances scolaires. De même, l'étude devrait nous permettre de formuler quelques actions ciblées devant aider le décideur dans ses missions relatives à la réduction de la pauvreté. Par rapport aux portées socio-économiques des résultats, nous pourront dire que :

--> ils sont une modeste contribution pour ériger un profil de la pauvreté des enfants. Ce profil qui pourra faire partie du CNSEE, lui permettra, en tant que Banque de données statistiques, de renforcer ses appareils statistiques en matière de pauvreté en « bas-âge » ;

--> ils sont un intrant des politiques d'affermissement du bien-être des populations, notamment des enfants de moins de 5 ans (stratégies sanitaires, développement durable, etc.) ;

--> ils proposent une mesure à la fois directe et multidimensionnelle, telle que conseillée par Gordon-Pantazis-Townsend (2001). Ces derniers ont constitué 27 indicateurs en 7 thématiques basées sur les articles extraits de la DUDH (2004)7. Et de ces 27 indicateurs, 10

7 Déclaration Universelle des Droits Humains, révélée dans la convention relative aux droits des enfants [UNICEF et PNUD (2005)] ; ce sont : droit à la vie, droit à l'absence de discrimination, droit à des conditions de vie adéquates, droit à la sécurité sociale, droits économique et culturelle, droit à un accès équitable aux services publics, droit à l'éducation, droit de participer à la vie culturelle. Ce sont ces droits qui sont mis en valeur dans la `'mesure directe de la pauvreté infantile».

quantifient directement le droit de l'enfant8. Selon eux : «le bien-être des enfants doit évaluer leur accès à un certain nombre de droits socio-économiques» ;

PLAN DE REDACTION DU MEMOIRE

Pour répondre aux différents objectifs assignés à ce travail, la démarche analytique adoptée consiste à procéder à un examen de quelques résultats antérieurs qui expliquent la pauvreté en général et notamment sur l'angle non monétaire. L'on commencera par axer la réflexion sur les pistes auxquelles on a fait référence pour cadrer la pauvreté dans une société, même s'il n'est pas exclu que d'autres pistes pourraient être parcourues. Ensuite, on se servira des données de l'EDSC-I 2005 pour l'étude empirique et la proposition de quelques issues susceptibles d'atténuer ce fléau. L'étude est inspirée de la méthodologie déjà utilisée par différents travaux au sein du réseau PEP ces dernières années. Elle est une tentative de calcul des indices composites de long terme aussi bien pour les ménages que pour les enfants de moins de 5 ans. L'étude n'agrège pas la pauvreté des ménages, mais celle des enfants. Le travail est organisé en deux parties. La partie 1 développe deux chapitres : le premier (chapitre 1) a trait aux théories relatives à la pauvreté, à travers différentes approches de définitions alors que le deuxième (chapitre 2) présente le problème d'agrégation de la pauvreté et son application sur quelques travaux empiriques dans la littérature. La partie 2 comprend également deux chapitres : le premier (chapitre 3) traite de la méthodologie générale du cadre empirique et la présentation des principaux résultats descriptifs. Enfin, le dernier (chapitre 4) est consacré à l'élaboration d'un profil de pauvreté et à une analyse économétrique des déterminants de la pauvreté infanto-juvénile au Congo.

8 Tel le droit à l'éducation.

1ère partie

CADRE CONCEPTUEL ET FONDEMENTS THÉORIQUES

«... la pauvreté est un phénomène pluridimensionnel très complexe dont les différentes facettes et leur variabilité dans le temps et dans l'espace ont conduit à une série de définitions généralement liées à chaque dimension.»

MBONG MBONG, in : Impact de la pauvreté urbaine sur la dynamique des villes : enjeux pour les municipalités africaines, p.6, Dakar, 2001.

Il est abordé dans cette partie, différents aspects théoriques fondamentaux de la pauvreté. Le cadre conceptuel, les approches de définitions, les indices de mesure de la pauvreté, ses manifestations, les stratégies de lutte ainsi que quelques travaux empiriques, feront l'ossature des deux chapitres qui la constituent. Il s'agit principalement des leçons construites sur la base des études qui ont été menées par certains auteurs dans certaines économies en rapport avec la pauvreté. Le chapitre 1 a trait aux théories de la pauvreté alors que le second insiste sur les indices de mesure de la pauvreté et présente certains résultats empiriques, notamment ceux du Congo.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !