WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'agriruralité, entre rêves et réalités

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Lyon II Lumière  - Master 2 Aménagement et Développement Rural 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C. La construction et le financement du projet

La construction et le financement d'un projet agrirural représentent un frein pour de nombreux porteurs de projets, plusieurs régions ont compris ces difficultés et proposent des solutions pour limiter cela.

1. La mesure Entreprise Localement Innovante: un appui fincancier

Initiée en 1994 par le service développement rural de la Direction Régionale de l'Agriculture et de la Forêt Rhône-Alpes, la mesure Entreprise Agrirurale Localement Innovante a pour objectif d'offrir un appui financier a la création d'activités innovantes dont le projet économique comporte un volet agricole, sous-entendu de production.

Par innovantes, on entend les projets qui ne rentrent pas dans les critères des dispositifs d'aide financière classiques proposés par les organismes professionnels. Pour simplifier, la mesure E.A.L.I. vise à aider les projets agricoles qui ne peuvent prétendre à la D.J.A. .

L'origine de la mesure se trouve dans des expériences menées en Drôme-Ardèche : d'un côté, on y constate la déprise agricole, l'abandon de nombreuses parcelles qui par leur petite taille, ne sont pas viables. Ces territoires souffrent du même déficit de viabilité dans les autres secteurs d'activités (artisanat, commerce, services...). D'un autre côté, on trouve des personnes qui sont prêtes a s'installer, qui ont des projets combinant plusieurs activités mais qui ont des soucis pour trouver de l'aide technique et financière. Les chambres consulaires peinent a les accompagner dans la mesure où ces projets sortent des catégories habituelles (artisanat, commerce, agriculture) et sortent généralement des critères d'attribution des aides sectorielles (type D.J.A. pour l'agriculture).

Les acteurs locaux avec l'appui de la DRAF Rhône Alpes se mobilisent donc pour soutenir ces porteurs de projet qui semblent répondre à un besoin local. Ce sont notamment les Sites de proximité qui vont tenter d'apporter un soutien technique en partenariat notamment avec l'ADASEA, tandis que la mesure ELI leur apporte le soutien financier.

2. Une méthode pour l'évaluation de la pérennité économique des systèmes d'activités agrirurales en Bretagne

A Rennes, le FRCIVAM, a développé en 2007, une méthode pour l'évaluation de la pérennité économique de systèmes d'activités agrirurales innovants. La méthode proposée peut être utilisée dans l'accompagnement pour la construction du projet, elle propose une analyse permettant de faire ressortir des objectifs à atteindre par la candidat à l'installation agrirurale pour permettre l'avancement de son projet (validation du prévisionnel, contact avec les élus, ...). De plus, elle permet d'avoir quelques pistes sur la manière dont certains éléments du projet doivent être établis afin de convenir, notamment, aux financeurs.

3. Soutenir des projets d'initiatives agricole et rurales en Languedoc-Roussillon

En Languedoc-Roussillon, l'association Association Interdépartementale et Régionale pour le Développement de l'Insertion par l'Economique (AIRDIE) a été créée en 1994 à l'initiative de la préfecture de région, de quatre conseils généraux (Aude, Gard, Hérault, Pyrénnées-Orientales) et de sept autres structures officielles et associations. Son rôle est d'étudier des dossiers de demande de prêts concernant des projets pour lesquels les banques ont refusé de s'engager. Depuis 1998, AIRDIE soutient des projets d'initiatives agricoles et rurales, en proposant des prêts à 5% et un plafond de 16000€. Les dossiers de demande de prêts sont étudiés par un comité réunissant des professionnels du milieu agricole (MSA, ADASEA, Chambre d'agriculture, banque, agriculteurs), et les décisions sont prises sur la base de sept critères :

- adéquation entre le créateur et son projet

- opportunité commerciale

- équilibre financier

- valeur d'insertion du projet

- qualité du suivi

- relation de confiance établie avec le créateur

- soutien apporté par l'entourage du porteur de projet

AIRDIE travaille en partenariat avec une association d'accompagnement et de conseil aux agriculteurs, "Terres Vivantes", dont le but est de favoriser une installation qui se réalise de manière progressive, sur de petites fermes, en combinant plusieurs activités ou plusieurs métiers, et en développant des activités ou des produits innovants.

4. Accompagner des porteurs de projets agriruraux innovants, instruire des dossiers de demande de prêts d'honneur dans le Nord-Pas de Calais

Dans le Nord Pas de Calais, l'"Association pour la Valorisation Economique des Nouvelles Initiatives Rurales" (AVENIR) existe depuis 1995. Elle est financée par le Conseil Régional et les Conseils Généraux du Nord et du Pas de Calais. Son rôle est d'accompagner des porteurs de projets agriruraux innovants, et éventuellement d'instruire des dossiers de demande de prêts d'honneurs, qui sont attribués sur la base d'un fonds de roulement mis à disposition par la Région.

Le prêt est de 4608€ sur trois ans et il est cumulable avec un autre prêt des Conseils Généraux de 7650€ sur trois ans. Les dossiers de demande de financements sont étudiés par un groupe de paysans administrateurs de AVENIR, sur la base d'une étude du projet réalisée par un employé.

AVENIR participe également à un collectif « de l'envie au projet », avec notamment l'AFIP, Accueil Paysan, et « A petit pas ». Le but de ce collectif est de créer un réseau pour :

- Sensibiliser : l'AFIP fait des interventions dans les écoles et est présente dans les

- manifestations festives.

- Assurer le 1er accueil des porteurs de projet : 2h00 d'entretien avec décryptage du projet.

- Organiser des ateliers thématiques : formation de l'Envie au Projet (4 jours de réflexion sur le

projet) et formations sur des thèmes techniques et pratiques.

- Accompagner les porteurs de projet (accompagnement individuel et collectif).

- Assurer le suivi individuel après l'installation (AVENIR et Accueil Paysan).

L'objectif du collectif est de réunir des compétences complémentaires pour obtenir plus de performance sur l'accompagnement des projets.

Si l'émergence des activités agrirurales n'est pas spontanée, il appartient aux acteurs du territoire de construire des offres d'activités agrirurales puis de repérer et de sélectionner des porteurs de projets dont l'envie d'entreprendre correspond à l'offre construite. C'est là tout le travail

que développe la Maison des Services en basant ses actions sur la méthodologie de la construction d'offres d'activités proposée par le CRDR55.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net