WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'agriruralité, entre rêves et réalités

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Lyon II Lumière  - Master 2 Aménagement et Développement Rural 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. La rencontre des entrepreneurs agriruraux du 1er juillet 2010 : un moyen pour faciliter l'insertion territoriale et sociale

Des entretiens CreActE réalisés auprès des créateurs d'entreprises agrirurales, il est ressorti un sentiment d'isolement de ces derniers, par rapport au reste de la profession agricole ; ils avouent que l'échange d'informations entre professionnels est nécessaire pour progresser sur leur exploitation. On ressent le même besoin du coté des porteurs de projets qui sont aussi demandeurs d'échanges sur des expériences professionnelles concrètes.

Du coté de la Maison des Services des Monts du Forez, une problématique ressortait en juin 2010, qui était de maintenir dans le temps la mobilisation des porteurs de projets rencontrés lors des entretiens CreActE et intéressés par la semaine de l'accueil en octobre.

Cette partie pose également la question du rôle que doit jouer un agent de développement généraliste. Dans la mesure où il ne peut pas forcément répondre à des questions techniques, il agit souvent comme une porte d'entrée qui ré-oriente les entrepreneurs vers les structures compétentes ; ayant une connaissance fine du territoire en raison de la veille territoriale qu'il y mène, il a aussi pour rôle d'établir des liens entre les diverses connaissances qu'il a. Dans le cadre agrirural, on peut notamment se demander s'il n'a pas pour rôle de faire du lien entre les entrepreneurs et de créer des synergies au niveau du territoire, afin de favoriser la pérennité des systèmes et l'insertion territoriale des créateurs d'entreprise. Nous l'avons vu : la mise en place de dynamiques culturelle et sociale sur un territoire n'y favorise pas forcément la création de richesses sur le court terme. Toutefois, elle est nécessaire au renforcement de l'attractivité du territoire, pour faciliter l'insertion territoriale et sociale du créateur d'entreprise agrirural et pour favoriser la pérennité du système face au mépris des locaux pour la notion d'agriruralité.

Ainsi, parce que la mise en place de telles dynamiques ne peut pas être impulsée par un seul entrepreneur rural, il sera indispensable de dynamiser les réseaux humains et professionnels en créant des synergies locales.

Ce sont ces constats et ces interrogations qui nous ont conduits à organiser une rencontre agrirurale le 1er juillet 2010 en fin de journée (de 17h30 à 20h00), à la ferme de la Gilbernie (commune de Noirétable).

L'idée était d'aménager un temps d'échange convivial et productif autour d'un goûter à la ferme, dans le but de travailler deux points :

- La confortation d'un "réseau technique relationnel" entre porteurs de projets et les créateurs d'entreprises agrirurales ;

- Le repérage des besoins des porteurs de projets agriruraux, en vue d'adapter le programme de la semaine de l'accueil.

Pour ce faire, il s'agissait de mobiliser :

- Cinq porteurs de projets qui se sont montrés intéressés par la semaine de l'accueil ;

- Trois ou quatre créateurs d'entreprises nouvellement installés ;

- L'ADASEA du Puy de Dôme afin d'identifier des porteurs de projets limitrophes qui sont dans des

démarches d'installation ;

- Le PNR Livradois Forez afin de mettre en évidence des créateurs d'entreprises limitrophes ;

- Quelques étudiants de Roanne Chervé.

La rencontre agrirurale s'est déroulée comme suit :

Tableau 9 : Déroulement de la journée agriruale

Horaire

Étapes de la rencontre

Objectifs

17 h 30

Accueil et dégustation de produits locaux Phase d'échanges

Créer du lien, un réseau entre porteurs de projets
souhaitant s'installer dans la région (en agri-rural)

18 h

Visionnage de la vidéo de présentation du territoire de la Communauté de Communes des Montagnes du Haut-Forez

Présenter le territoire et donner envie, faire réagir les porteurs de projet sur ce territoire et les opportunités d'installation

18 h 10

Intervention de Joël FORTUNIER, créateur d'entreprise agrirurale depuis 1982 : présentation de son activité, de l'historique de son exploitation, discussion sur l'intégration locale

Instaurer une réflexion et un débat sur les installations en agri-rural (ou système atypique) sur le territoire. Repérer les besoins des candidats en terme de réseau

18 h 45

Visionnage de la vidéo sur la semaine de l'accueil 2009

Mobiliser les porteurs de projet pour la semaine de l'accueil en octobre. Repérer leurs attentes et leurs disponibilités

19 h

Intervention d'un autre créateur (roses et maraîchage ?) sur son parcours et la mise en place d'un réseau

Repérer les freins à l'installation en milieu rural ainsi que des besoins des porteurs de projet ? plan d'action et programme de la session d'accueil

 

Source : Lucile REBOUL - David COMMEAT - juin 2010

David COMMEAT a animé le temps d'échange, Lucile REBOUL et Marie-Laure SOULIER ont encadré la rencontre.

Au travers cet échange, il s'agissait de réinvestir les outils d'animation et de présentation du territoire (vidéos du territoire) que nous avons vu plus haut. Il s'agissait aussi de créer une miniature de la Semaine de l'accueil spécialisée sur l'agiruralité pour permettre la rencontre des entrepreneurs agriruraux et favoriser la création de dynamiques locales.

Il faut reconnaitre que ce temps de partage d'idées n'a pas permis d'atteindre tous les objectifs fixés. Lors de la mobilisation des entrepreneurs agriruraux pour cette rencontre, cinq entrepreneurs s'étaient engagés à être présents, en revanche seuls deux d'entre eux avaient répondu favorablement à notre invitation, les autres étaient pris par diverses activités agrirurales liées à la saison (organisation de diners agriruraux, livraisons...). Au final, deux créateurs d'entreprises agrirurales ont participé à la rencontre alors qu'un seul porteur de projets agrirural avait fait le déplacement. Par la suite, seul un couple s'est excusé de n'avoir pu assister à la rencontre en raison d'un empêchement personnel.

Ainsi, cette rencontre décevante, laisse apparaitre le fait que les créateurs d'entreprises sont très consciencieux et intéressés par ce type d'initiatives toutefois, leur temps est compté

notamment en période estivale. En revanche, en ce qui concerne les candidats à l'installation, étant donné que leurs projets sont encore flous et qu'ils ne connaissent pas encore le lieu de leur implantation, ils ont moins tendance à s'impliquer dans des initiatives locales.

Ce constat autorise à poser la question suivante : faut-il, au final, véritablement tout faire pour lever les freins à l'installation et faciliter l'intégration des porteurs de projets?

En effet, on peut se demander si finalement les freins que rencontrent les porteurs de projets, tant au niveau foncier, qu'au niveau juridique et au niveau de leur intégration ne sont pas un passage obligé pour les faire murir avant qu'ils ne deviennent des créateurs d'entreprises responsables.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net