WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'agriruralité, entre rêves et réalités

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Lyon II Lumière  - Master 2 Aménagement et Développement Rural 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

Le parcours du porteur de projets, avant qu'il puisse devenir un créateur d'entreprise agrirural est semé d'embûches, il doit surmonter les freins qui se présentent sur son chemin et prouver qu'il est un entrepreneur rural capable de gérer une entreprise.

Si les difficultés sont déjà nombreuses pour un candidat à l'installation agricole du fait du contexte local, nous y reviendrons avec le schéma de l'encastrement territorial, ci-dessous, les difficultés pour un porteur de projet agrirural sont renforcées du fait de la notion même d'agriruralité. En effet, cette dernière est peu connue dans le détail et elle est surtout non reconnue par le milieu professionnel agricole qui l'assimile à une marginalité bien que dans le contexte agricole actuel, transpercé par des crises économiques et sanitaires successives, place les logiques de combinaisons d'activités comme porteuses d'avenir.

La combinaison d'activités semble encore écartée par les acteurs impliqués dans l'accompagnement, parce qu'elle ne répond pas à un modèle de développement unique et parce qu'elle nécessite de maîtriser plusieurs savoir-faire. Ainsi, elle transgresse les logiques professionnelles traditionnelles, en se situant au frontières de plusieurs métiers. C'est cela qui explique aussi l'écartement des acteurs non impliqués vis-à-vis du montage de projets agriruraux.

Pourtant, la modernité de la combinaison d'activités se trouve dans la manière de les combiner et d'échanger sur ces activités ; il ne s'agit pas aujourd'hui de revenir à la combinaison d'activités qui était pratiquée dans les campagnes françaises avant 1950. Il s'agit, en fait, de produire autrement des richesses en misant sur la qualité des produits, en utilisant des techniques modernes et en échangeant sur ces pratiques (dialogue, retour d'expériences, comparaison des territoires).

Au vu des entretiens menés on se rend compte qu'une exploitation agriruale constitue un système qui se bâtit dans le temps, cependant, l'activité agricole n'est pas forcément de petite taille, tout dépend du nombre de personne qui travaille sur l'exploitation. Il convient plutôt d'affirmer que les activités sont adaptées aux unités de travail humain qu'il y a sur l'exploitation.

L'agiruralité est une forme d'entreprise rurale qui permet de produire des richesses économiques, tout en favorisant l'épanouissement du créateur d'entreprise qui peut en développant plusieurs activités, orienter certaines d'entre elles vers ses passions (théâtre, résidence d'artiste, gouter-café jazz...). L'entrepeneur agrirural peut ainsi s'adonner a elles ou réinvestir une expérience passée à travers les activités qu'il développe tout en travaillant. On note ainsi que souvent il n'y a pas de coupure entre une expérience professionnelle antérieure et le projet développé, le créateur d'entreprise réinvestit ses compétences dans son projet.

D'autre part, une entreprise agrirurale permet de créer des dynamiques sociales ou culturelles au niveau local. Si ces dernières ne génèrent pas de revenus dans l'immédiat, il convient toutefois de s'en soucier car elles permettent au porteur de projets de s'investir dans la vie locale afin d'y être intégré ; elle peut à terme être source d'attractivité pour le territoire, où il sera peut être possible sur le long terme de construire une offre d'activité culturelle reposant sur les bases établies par les agriruraux. En cela, les systèmes agriruraux optimisent les potentiels locaux parce qu'ils sont fondés sur la valorisation des ressources locales et parce qu'ils permettent de créer du lien social.

A travers cette étude nous avons, mis en lumière deux systèmes :

-) Le système territorial (voir le schéma de l'encastrement territorial dans les Monts du Forez cidessous) :

Figure 36 : Schéma CreActE de l'encastrement territorial

Source : SOULIER Marie-Laure - juillet 2010

-) Le système de l'exploitation agrirurale qui s'insère dans le système territorial. L'exploitation agrirurale commence ainsi par le développement d'une production agricole et une diversification des activités (diversification agricole, artisanale et agro-touristique), puis au fil du développement de l'entreprise viennent se greffer d'autres activités commerciales et d'animations. Il s'agit d'un développement systémique dans le temps.

L'agriruralité doit faire ses preuves mais envisagée ainsi, elle peut permettre de réinsérer au coeur de la ruralité, la figure de l'agriculteur longtemps mise de coté, car enfermée dans un rôle unique de production. En effet, en créant des dynamiques culturelles et sociales et en produisant des matières premières, l'entrepreneur agrirural est au centre de la ruralité ; il convient ainsi d'élargir l'agriculture au monde rural. Les entrepreneurs agriruraux qui ont réussi à exploiter les ressources locales (et il y en a dans les Monts du Forez), sont les symboles de l'opportunité que représente l'agriruralité pour les territoires.

Nous noterons également l'absence ou la rareté de références homogènes et argumentées concernant les projets agriruraux, de plus, bien souvent les acteurs du milieu retiennent les échecs et non les réussites. Cela est préjudiciable aux porteurs de projets, à la fois pour le pilotage de leur

projet et pour l'accès a des ressources indispensables (foncier, finances,...), afin que leur rêve devienne réalité.

Ainsi, le porteur de projets qui développe un rêve au commencement de son projet va passer différents filtres qui vont générer des freins, ces freins sont les régulateurs du système. S'ils peuvent être des obstacles pour les candidats à l'installation, ils peuvent également leur permettre de se dépasser dans la construction de leur offre d'activités.

L'acteur impliqué dans l'accompagnement se doit d'être objectif et honnête pour aider le porteur de projets agrirural à clarifier ses réflexions. Il se doit également de s'adapter à chaque projet et à chaque entrepreneur rural, sans chercher à reproduire de modèle. Il a un rôle de mise en lien avec les autres acteurs du territoire et avec d'autres créateurs d'entreprises pour proposer des retours d'expériences.

Toutefois, on ne pas tout attendre du développement spontané du territoire ; il est parfois nécessaire de pousser le destin et d'initier le développement par des actions volontaristes. Le travail de construction d'offres d'activités agrirurales sur la commune de St Didier sur Rochefort vise cet objectif. Il s'agit "d'amorcer la pompe agrirurale" à travers cette étude de cas avant de pouvoir reproduire l'exemple ailleurs. Pour commencer ce travail de construction d'une offre d'activités agrirurales, nous avons choisi des exploitations agricoles non viables et non reprenables en l'état. Effectivement, si la question de la transmission et de l'agrandissement des exploitations est déjà importante à l'heure actuelle (en témoignera sous peu le futur recensement agricole), avec des problématiques financières importantes car une exploitation viable est actuellement inabordable pour un jeune, cette question sera d'autant plus cruciale dans quelques années avec le départ à la retraite de nombreux agriculteurs.

Il s'agit donc aujourd'hui de sensibiliser les futurs cédants à la question de la transmission, et de remobiliser les agriculteurs pour qu'ils favorisent les installations agricoles ; ces derniers ayant un grand rôle à jouer dans cette problématique, notamment à travers la question de l'entraide (CUMA) et de l'insertion dans les réseaux. Il conviendra toutefois pour l'avenir de la construction d'offres d'activités de rester prudent par rapport aux stratégies qu'entretiennent ces acteurs vis-à-vis de la question foncière.

Pour finir, revenons sur le concept "d'agriruralité", il s'agit bien d'un néologisme puisque ce mot n'existe pas officiellement dans la langue française. Les projets agriruraux traduisent une nouvelle vision de l'agriculture mais aussi une nouvelle vision de son rôle dans la société et le monde rural. Elle est apparue dans le cadre d'un changement de paradigme amorcé par l'introduction de concepts nouveaux (multifonctionnalité, développement durable) mais sur le terrain elle s'est réalisée grâce à des opportunité (immobilier peu onéreux dans les années 1990 et du temps durant l'hiver pour rénover les vieilles bâtisses en gîte par exemple). Les réflexions suggérées par de tels concepts se placent dans une vision à long terme des impacts que peut avoir l'activité agricole dans le monde rural et périurbain, notamment à travers la question de la commercialisation des produits et de l'accessibilité au territoire. La vulgarisation et l'application de cette notion n'en est qu'à ses débuts et doit encore faire ses preuves mais elle est peut-être la chance qui permettra le regain des espaces ruraux isolés.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net