WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La valorisation des productions agricoles locales, les circuits courts de distribution et le développement de l'offre agrotouristique dans la région centre-du-québec

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Jean Moulin Lyon 3 - Master 1 Géographie et Aménagement 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Partie 2 :

Vers des pratiques

agricoles et de

commercialisations

alternatives

I . Les systèmes de valorisation et de commercialisation des productions agricoles locales de la région Centre-du-Québec

L'agrotourisme, en effet est un des systèmes de valorisation des productions agricoles locales. Tout d'abord par sa « mission éducative » il permet de montrer au public comment sont produits et élevés les mets qu'ils vont éventuellement acheter. De plus, il permet de commercialiser les productions agricoles des entreprises locales en circuits courts de distribution.

1.1. L'agrotouristique dans la région Centre-du-Québec : méthode de valorisation du travail de la ferme et des produits locaux

Au-delà de la valorisation des produits agricoles, l'agrotourisme permet également de revaloriser le travail agricole et le métier d'agriculteur. C'est pour toutes ces raisons que le comité AgroTourisme Centre-du-Québec cherche à développer ce secteur au Centre-duQuébec.

1.1.1. L'agrotourisme au Centre-du-Québec

Dans l'optique de réaliser un portrait de l'agrotourisme au Centre-du-Québec une enquête respectant une méthodologie a été élaboré.

Méthodologie de l'enquête

Pour créer le questionnaire, une grille d'analyse recensant les objectifs de l'enquête a été élaborée. La conception de ce système d'enjeux et de critères privilégiés a permis de préciser et de structurer les objectifs et les sous-objectifs à cerner par le biais du questionnaire. Une première version du questionnaire d'enquête a été élaborée sur la base des informations recueillies auprès des intervenants du milieu faisant partie du comité. Par la suite, le questionnaire fut commenté par certains intervenants du comité, à savoir les représentants de l'Association touristique régionale (ATR), de la Corporation de développement agroalimentaire-forêt Centre-du-Québec (CDAFCQ), de Tourisme Bois-Francs et de l'office de tourisme de Bécancour. Ce questionnaire a été soumis à un test auprès d'un gestionnaire d'entreprise offrant des activités liées a l'agrotourisme ou des produits agroalimentaires destinés à une clientèle touristique. Les difficultés rencontrées portaient principalement sur les modalités de structuration de certaines questions et sur la terminologie reliée au secteur agrotouristique. Suite a l'ensemble de la démarche de recherche réalisée, une deuxième version du questionnaire a été élaborée. Ce dernier questionnaire comportait 24 questions principales et couvrait un certain nombre de variables structurées autour des dimensions d'activités, de production et de revenus liés a l'agrotourisme, de mise en marché et d'activités promotionnelles, de réseautage et de soutien a l'agrotourisme et des suggestions a apporter pour améliorer le secteur agrotouristique. Ensuite, le questionnaire fut entré sous le logiciel Access, ce qui nous a permis de saisir directement les réponses des répondants. Nous avons ensuite traité les résultats de l'enquête avec le logiciel Excel a l'aide de tableaux croisés entre Excel et Access. Notre banque de données comprenait 63 entreprises et l'enquête téléphonique s'est déroulée du 20 mai au 8 juin 2009, sur une période de trois semaines. Sur les 63 entreprises inscrites dans la banque d'informations, voici comment se répartissent les résultats obtenus lorsque les sondeurs ont tenté de les rejoindre :

31 = questionnaires complétés

8 = refus de répondre

24 = non éligibles (ne se reconnaissent pas dans la définition de l'agrotourisme énoncée cidessous, n'ont jamais oeuvré ou n'oeuvrent plus dans le domaine agrotouristique ou n'ont aucun contact avec la clientèle touristique (production et vente exclusivement)). La population totale est de 63 entreprises (nombre d'entreprises inscrites dans la banque de données). Or, nous avons effectué une opération de toilettage de la banque de données du MAPAQ en posant aux répondants cette première question après leur avoir lu la définition de l'agrotourisme : « vous considérez-vous faire de l'agrotourisme ? ». Sur les 63 entreprises de ces entreprises interrogées, 31 ont répondu positivement. Ces dernières sont donc considérées comme centrales a l'agrotourisme, les 32 autres ayant répondues négativement sont considérés comme entreprises connexes. Nous sommes partis sur le choix de nous intéressés seulement aux entreprises centrales a l'agrotourisme ; en effet, une enquête sur les entreprises dites connexes sera peut-être réalisée l'an prochain par le comité. Ainsi les 31 entreprises dites centrales constituent l'échantillonnage. En effet, il comprend des entreprises diversifiées (en production végétale et en production animale) oeuvrant toutes en agrotourisme. L'enquête que nous avons menée au mois de juin laisse ressortir sur la région Centre-du-Québec, un total de 31 entreprises agrotouristiques de type central et 24 entreprises de type connexe ou ne pratiquant plus d'activités liées a l'agrotourisme.

Selon le Groupe de concertation sur l'agrotourisme, la définition de l'agrotourisme, qui a fait l'objet d'un consensus, est : «Une activité touristique complémentaire de l'agriculture ayant lieu dans une exploitation agricole. Il met des productrices et producteurs agricoles en relation avec des touristes ou des excursionnistes, permettant ainsi à ces derniers de découvrir le milieu agricole, l'agriculture et sa production par l'accueil et l'information que leur réserve leur hôte».

Fig. 16 : L'agrotourisme au Centre-du-Québec

Source photographie MAPAQ-mai 2009

Portrait des producteurs liés agrotourisme (intégrant les travaux sur l'enquête des producteurs liés a l'agrotourisme)

L'étude les entreprises liées a l'agrotourisme au Centre-du-Québec effectuée en juin 2009, montre qu'il y a une effervescence dans le secteur de l'agrotourisme depuis 3 ans dans la région Centre-du-Québec. En effet, 12 entreprises agrotouristiques sur 31 sont en démarrage. Elles représentent une part d'autant plus importante que ces entreprises sont recensées sur une période plus courte (3 ans) que les entreprises ayant 4 a 10 ans d'âge (période de 6 ans) ou encore que les entreprises ayant plus de 11 ans d'âge (période infinie...). En effet, sur l'ensemble des entreprises interrogées, on se rend compte que près de 40% (soit 12 entreprises sur 31) d'entre elles ont moins de 3 ans et sont en démarrage.

Fig. 17 : âge des entreprises agrotouristiques

Source : étude sur les entreprises agrotouristique de la région Centre-du-Québec-Marie-
Laure SOULIER-MAPAQ-juin 2009

Au niveau de l'analyse, trois groupes ressortent et se montrent plus présents sur le devant de la scène : il s'agit tout d'abord du groupe des jeunes entreprises en démarrage qui est rempli d'idées pour le secteur agrotouristique dans son ensemble, mais qui a besoin d'être rassuré, puis du groupe des entreprises agrotouristiques expérimentées qui ont débuté seules, sans aide, ni conseils, d'oü l'importance du réseautage. Le groupe des entreprises d'âge moyen se trouve dans un entre-deux; ces entreprises ont passé du cap du démarrage, elles envisagent des projets à long terme pour améliorer leur entreprise et le secteur agrotouristique. Dans l'ensemble, les entreprises interrogées se sont très bien adaptées au niveau de la logistique et de l'accueil a recevoir du public sur la ferme, alors qu'une minorité des répondants au questionnaire ont reçu une formation en agrotourisme. En effet, sur l'ensemble des entreprises interrogées, une minorité a reçu une formation en agrotourisme, 23% seulement, soit 7 entreprises sur 31. La formation la plus suivie par les entreprises a été « l'agrotourisme du rêve à la réalité ». Les fermes qui ont reçu cette formation sont en

grande majorité des jeunes entreprises ayant moins de 3 ans. En effet, 5 entreprises sur 7 qui ont reçu la formation sont des jeunes entreprises en démarrage. Ces résultats démontrent que près de 80% des entreprises agrotouristiques ont appris à recevoir du public chez elles par leur propre expérience. Hélas, on ne connaît pas la proportion des entreprises qui se sont engagées dans l'agrotourisme mais pour qui l'aventure n'a pas fonctionné. En effet, recevoir du public a la ferme n'a rien d'inné. La prolifération des entreprises agrotouristiques dans la région correspond aux recommandations formulées par la Commission sur l'avenir de l'agriculture et de l'agroalimentaire québécois de janvier 2008. L'agrotourisme s'inscrit parfaitement dans cette tendance puisqu'il permet de montrer au consommateur de quelle façon est fabriqué le produit qu'il va éventuellement acheter. D'un point de vue économique, une surprise ressort de l'enquête. Du point de vue économique, il ressort de l'enquête deux grandes tendances :

1) Pour une entreprise agrotouristique sur deux, l'agrotourisme est une activité complémentaire qui s'ajoute a l'entreprise dans un but de diversification des revenus et des activités. L'agrotourisme apparaît alors, pour ces entreprises, comme un complément pouvant représenter jusqu'à 30% des revenus totaux de la ferme.

2) Pour un tiers des entreprises, l'agrotourisme est un revenu a part entière qui génère des fonds importants. En effet, 32% des entreprises interrogées répondent que leurs activités agrotouristiques dégagent plus de 50% de leurs revenus totaux. Parmi ce dernier résultat, il ressort que 4 entreprises sur 10 qui dégagent plus de 50% de leurs revenus totaux sont des entreprises de grande envergure qui accueillent plus de 3000 visiteurs par an. Dans l'ensemble, les entreprises interrogées se sont très bien adaptées a recevoir du public sur la ferme. Toutes les entreprises interrogées déclarent avoir de l'eau potable sur leur lieu de réception du public, il en va de même pour le stationnement. Presque toutes les entreprises disposent de toilettes sur la ferme. Les trois quarts d'entre elles ont également une aire de repos. La moitié des entreprises affirment disposer d'un accès pour personnes à mobilité réduite. Ces chiffres sont très positifs, ils laissent supposer qu'il ne serait pas trop difficile pour ces entreprises de s'adapter a une charte de qualité d'accueil avec des critères de qualité de base (eau potable, toilettes sur le lieu de réception, propreté...). Pour ce qui est du nombre de visiteurs accueillis par les entreprises agrotouristiques, on remarque véritablement trois groupes bien distincts se dégager. Les groupes sont relativement bien répartis en nombre d'entreprises. Une majorité d'entreprises (35%) reçoit moins de 1000 visiteurs par an. Ce chiffre s'explique en partie du fait que certaines entreprises sont en démarrage et ont débuté leur exercice l'an passé. Ainsi, pour certaines, une année ne s'est pas encore écoulée depuis l'offre agrotouristique. Ensuite, on remarque qu'il y a un groupe d'entreprises intermédiaires qui est bien marqué (26%), puis il y a un groupe d'entreprises plus important en capacité d'accueil (26%) qui arrive a recevoir plus de 3000 visiteurs par an.

Fig. 18 : Nombre de visiteurs par entreprises

Source : étude sur les entreprises agrotouristique de la région Centre-du-Québec-Marie-
Laure SOULIER-MAPAQ-juin 2009

Parmi les répondants, 49% ont affirmé accueillir des visiteurs et des acheteurs locaux dont la principale provenance était la région Centre-du-Québec; 40% des répondants, des clients en provenance de la province de Québec, alors que 7%, de la clientèle européenne.

Fig.19 : Principale provenance de la clientèle

Source : étude sur les entreprises agrotouristique de la région Centre-du-Québec-Marie-
Laure SOULIER-MAPAQ-juin 2009

La clientèle des entreprises agrotouristiques est donc en majorité locale. Toutefois, il est surprenant de constater que la part de la clientèle européenne est plus importante que la part de la clientèle issue du Canada (2%). On retrouve ici une composante historique et culturelle propre au Québec. On remarque aussi que les entreprises qui dégagent le plus de marge bénéficiaire grâce a l'agrotourisme sont des entreprises expérimentées (5 entreprises sur 10) de plus de 11 ans. Ces chiffres sont importants, cela prouve que les activités agrotouristiques peuvent permettre une viabilité de l'entreprise. Toutefois, en agrotourisme, la plus grande part des revenus provient de la vente de produits transformés. Or, cet aspect n'arrive qu'en seconde place des activités proposées par les entreprises agrotouristiques après les activités d'animation. En effet, selon l'étude élaborée en 2008 par le MAPAQ : Agriculture et Agroalimentaire du Centre-du-Québec, une proposition géographique avantageuse, un sol et un climat propices à la plupart des cultures, une industrie de transformation riche et diversifiée, les touristes profitent des visites à la ferme pour acheter des produits de l'entreprise dans 56% des cas et pour manger dans 45% des cas. Afin d'accroître leurs revenus, les entreprises de la région doivent transformer et vendre davantage leurs produits à la ferme. Les entreprises que nous avons interrogées sont en grande majorité en production végétale, ce sont des entreprises familiales, où le contact avec le producteur est privilégié.

Fig. 20 : Principaux domaines de production des
entreprises

Source : étude sur les entreprises agrotouristique de la région Centre-du-Québec-Marie-
Laure SOULIER-MAPAQ-juin 2009

Les entreprises sondées offrent des activités et des produits diversifiés (taux de diversité : 6,3 produits ou activités par entreprise). Il ressort de l'étude sur que les entreprises agricoles qui font de l'agrotourisme sont essentiellement des entreprises en production végétale, notamment dans le domaine des fruits et légumes et de l'acériculture. 35% des entreprises engagées dans l'agrotourisme font de la production animale, alors qu'elles sont près de 65%

à faire de la production végétale. En effet, ces deux domaines de productions se démarquent véritablement des autres; si l'on cumule les chiffres qui ressortent de la production maraîchère et des fruits, on obtient un chiffre s'élevant a 32%, ce qui veut dire que près d'un tiers des entreprises agrotouristiques produisent des fruits et légumes. Quant à l'acériculture, ce domaine regroupe 20% des entreprises agrotouristiques. De plus, les activités liées a l'agrotourisme de la région sont offertes sur des périodes très variées (de quelques semaines à une année complète). Il ne nous est pas permis de définir une « période touristique type ~ dans l'agrotourisme car les périodes d'activités varient beaucoup en fonction des types de produits et des profils des entreprises. Toutefois, on remarque que la plupart des entreprises sont ouvertes du mois de juin au mois d'octobre. On remarque, notamment, que le mois de septembre est le mois oü il y a le plus d'entreprises ouvertes, les entreprises jouant sur le fait que les arrière-saisons (les automnes) sont encore douces pour les activités touristiques. Pour les entreprises végétales, ces périodes sont particulièrement adaptées a l'agrotourisme puisqu'elles sont compatibles avec les récoltes et cueillettes. En effet, ces entreprises peuvent concilier leurs productions végétales, tout en ajoutant à leur entreprise, une valeur ajoutée en faisant visiter leur entreprise et en sensibilisant le public à l'agriculture et aux modes de production. Une autre période se démarque au niveau de l'ouverture des entreprises agricoles, elle s'étend du mois de mars au mois d'avril, cette période correspondant aux entreprises agrotouristiques acéricoles qui sont ouvertes pour le temps des sucres. Tous les répondants a l'enquête affirment faire des activités d'animation, comprenant des activités de centre d'interprétation documentaire vidéo et de musée/exposition. Aussi, 34% des entreprises que nous avons interrogées effectuent des activités d'animation de type centre d'interprétation.

Fig. 21 : activités proposées

Source : étude sur les entreprises agrotouristique de la région Centre-du-Québec-Marie-
Laure SOULIER-MAPAQ-juin 2009

Les entreprises offrant des activités de restauration et de l'autocueillette se situent dans des proportions équivalentes, soit environ 7%. Les services et les activités que l'on retrouve le moins fréquemment sont les gîtes à la ferme, les documentaires et les expositions, ainsi que les musées. Les moyens de promotion pour faire connaître les entreprises agrotouristiques sont assez diversifiées. Les répondants comptent beaucoup sur le bouche à oreille pour promouvoir leur entreprise à long terme. Ainsi, la plupart des entreprises ont conscience qu'elles doivent offrir des services de qualité pour la pérennité de leur entreprise. La clientèle agrotouristique est diversifiée et locale (région Centre-du-Québec); elle est surtout représentée par une clientèle familiale et individuelle. Au vu de ces résultats, il semble que les entreprises agrotouristiques aient déjà une bonne sensibilisation aux modes de promotion à utiliser pour faire connaître leur entreprise. On peut en déduire que les chefs d'entreprises sont conscients que les modes de promotion sont essentiels pour la viabilité de leur entreprise, car ils permettent d'attirer le public sur leur lieu de production. Il semble que, globalement, le concept de développement durable soit plutôt bien assimilé par les producteurs du Centre-du-Québec, la majorité le comprend dans le sens d'avoir une vision a long terme pour le développement de leur entreprise tout en préservant l'environnement. Enfin , pour terminer ce portrait de l'agrotourisme au Centre-du-Québec il est bon de consulter la répartition spatiale des fermes agrotouristiques sur la région qui se présente ainsi (voir le figuré 25 ci-dessous) : sur un total de 31 fermes agrotouristiques dans la région, il y en a 10 sur la MRC d'Arthabaska (dont 6 entreprises en production végétale (acériculture et maraichage) et 4 en production animale (production bovine et porcine)), 7 sur la MRC de Bécancour (dont 3 en production animale (production caprine et équestre) et 4 en production végétale (production viticole, maraichère et acériculture), 3 sur la MRC de Drummondville (dont 2 en production animale (production bovine et ovine) et une en production florale), 6 sur la MRC de l'érable (dont 4 en production animale (volailles, production bovine et ovine) et 2 en production florales et maraichère), et 5 sur la MRC de Nicolet-Yamaska en production végétale (acériculture, production viticole et maraichère). Ces fermes sont réparties de façon assez uniforme sur le territoire. On constate toutefois une plus forte concentration d'entreprises agrotouristiques sur la MRC d'Arthabaska. Toutefois, le faible nombre d'entreprises au niveau régional rend difficile la mise en place d'une route ou d'un circuit agrotouristique vu l'éloignement entre les fermes.

Bien évidemment l'enquête qui a été réalisé auprès de producteurs liés a l'agrotourisme avait pour but de mieux cerner les attentes des producteurs par rapport au comité AgroTourisme Centre-du-Québec, un comité peu connu par les producteurs agrotouristiques.

Les attentes des producteurs

Les entreprises que nous avons interrogées ont des attentes par rapport au comité AgroTourisme Centre-du-Québec. Toutefois selon l'âge des entreprises les besoins ne sont pas les mêmes. En effet, il ressort de l'étude que les entreprises en démarrage sont surtout en attente d'aide au démarrage, par des financements notamment mais aussi par des conseils, 71% des répondants trouvent cette question importante.

Elles attendent du comité qu'il favorise la mise en relation des entreprises agrotouristiques entre elles. En effet, les jeunes entreprises en démarrage sont surtout en attente de conseils de leurs aînés, ils souhaitent rencontrer des entrepreneurs, dans leur domaine, qui ont de l'expérience et des conseils a leur donner. Les jeunes entreprises attendent également du comité AgroTourisme Centre-du-Québec qu'il assure une promotion des entreprises agrotouristiques moins dispendieuse pour les entreprises en démarrage et qu'il favorise le rapprochement du producteur et du consommateur. Les entreprises d'âge moyen, quant a elles, attendent du comité qu'il fasse connaître les entreprises agrotouristiques de la région aux consommateurs en incitant les organisateurs d'évènements touristiques ou culturels a inviter les producteurs agrotouristiques.

Les entreprises plus expérimentées ont aussi des attentes (développer des circuits touristiques), mais on remarque qu'elles comptent moins sur le comité que sur elles-mêmes. En effet, ces entreprises agricoles se sont le plus souvent développées seules, d'après leurs propres expériences, ainsi on sent qu'elles ont moins d'attente vis-à-vis du comité. En l'occurrence, ce serait plutôt le comité AgroTourisme Centre-du-Québec qui aurait besoin de ces entreprises agrotouristiques, car elles ont une expérience pratique du secteur et parce qu'elles sont le plus a même pour conseiller les entreprises en démarrage.

En revanche, toutes les entreprises du secteur souhaitent que le comité développe des circuits ou des routes touristiques, 74% des répondants affirment, sous réserve des conditions de l'offre, être intéressés a adhérer a une route touristique. Les 13% qui ne souhaitent pas adhérer à un nouveau circuit touristique ne se pressentent pas assez prêts au niveau de la logistique pour accueillir beaucoup de visiteurs, ou bien ils estiment ne pas avoir assez de temps à consacrer à cet évènement hypothétique. Beaucoup considèrent que l'agrotourisme n'est pas assez présent sur les foires et autres évènements culturels ou touristiques. Certains producteurs attendent du comité AgroTourisme Centre-du-Québec qu'il permette aux entreprises agrotouristiques d'être présentes à ces évènements dans le but d'avoir une meilleure visibilité auprès du consommateur.

En ce qui concerne le maillage des activités liées a l'agrotourisme avec des entreprises du secteur touristique, culturel ou sportif de la région, cette stratégie est mise de l'avant par 16 % des répondants. Dans ce domaine la pratique n'est pas très rependue c'est pourquoi les producteurs attendent du comité qu'il mette les entreprises agrotouristiques en lien entre elles, cette question étant « importante » pour 29% des entreprises. Le comité doit ainsi inciter à la création des foires et des événements culturels en lien avec l'agrotourisme. Cette suggestion a été soulevée plusieurs fois dans les commentaires émis par les répondants. Une autre des attentes fortes des producteurs agrotouristiques concerne

la mise en place de formations adaptées aux entreprises agrotouristiques, d'autant plus que les formations permettent également un réseautage des entreprises. La formation est, en effet, le point le plus attendu par les entrepreneurs qui font de l'agrotourisme; 77% des répondants jugent cette question « importante ~. Pour les jeunes entreprises, il s'agit d'acquérir des techniques et des astuces pour accueillir le public et retenir son attention; pour les entreprises plus expérimentées, il s'agit de se remettre a jour dans les nouvelles tendances de la clientèle ou bien d'acquérir de meilleurs réflexes d'accueil. Le travail sur un outil reconnaissant la qualité des services et des produits des entreprises est également très attendu. En effet, la question autour des contrôles de la qualité semble « importante » pour 87% des chefs d'entreprises. 71% des répondants de l'enquête sont prêts a s'engager dans une démarche de qualité avec un cahier de charges. Ce résultat est très positif, car il montre que les producteurs ont pris conscience de la nécessité d'avoir une démarche de qualité pour mieux vendre le secteur agrotouristique et que les producteurs ont aussi des attentes par rapport aux outils permettant de prouver la qualité de leur entreprise.

Plusieurs acteurs contribuent au développement de l'agrotourisme et des circuits courts de distribution dans la région Centre-du-Québec. Nombres de regroupements permettent de d'établir des réflexions sur les valorisations des produits locaux notamment par l'agrotourisme.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy