WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La valorisation des productions agricoles locales, les circuits courts de distribution et le développement de l'offre agrotouristique dans la région centre-du-québec

( Télécharger le fichier original )
par Marie-Laure SOULIER
Université Jean Moulin Lyon 3 - Master 1 Géographie et Aménagement 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2. Situation socioéconomique : une région nouvellement créée qui se cherche d'une identité propre

Étant une entité nouvelle, la région Centre-du-Québec doit depuis sa création protester sa légitimité et son utilité

1.2.1. Le Centre-du-Québec : une région nouvellement créée qui proteste sa légitimité

La région administrative du Centre-du-Québec à été créée en 1997. Avant cette date, c'est-à-dire de 1987 à 1997, la région était intégrée à la région de la Mauricie, autrefois appelée Mauricie-Bois-Francs. Dissoute le 30 juillet 1997, cette dernière était composée des actuelles régions administratives de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les traces de cette union demeurent encore très présentes dans la région, notamment au niveau de la répartition des services d'Etat. En effet, les bureaux administratifs font doublon dans la région Centre-du-Québec, entre les villes de Drummondville, de Nicolet et de Victoriaville, parce qu'il n'y a pas sur la région une ville suffisamment importante pour imposer son aura. De plus, au niveau de la culture, l'administration des budgets et des activités reste gérée par l'ancienne entité Mauricie-Bois-Francs. Effectivement, sur le territoire Centre-du-Québec, il n'y a pas de ville suffisamment importante pour supporter a elle seule le domaine de la culture qui en revanche est un secteur bien plus représenté sur la ville universitaire de TroisRivères. La région Centre-du-Québec est en quelque sorte divisée en deux : la région située autour de l'autoroute 20 (Drummondville, Victoriaville, Plessisville) et la région située près du fleuve (Nicolet et Bécancour) qui regarde et travaille davantage avec la région de la Mauricie. Le projet de dissociation de l'ancienne région Mauricie-Bois-Francs a été porté par les élus de l'actuelle région Centre-du-Québec qui considéraient que leurs projets pour la région n'étaient pas suffisamment pris en compte dans l'entité administrative Mauricie-BoisFrancs. Ainsi, à leurs yeux les projets favorisés étaient ceux proposés par les élus de la rive nord du St Laurent. Le projet a été porté par l'ancien ministre des transports du Québec et député du territoire d'Arthabaska : M. Jacques BARRY. De ce fait, la région Centre-duQuébec est une entité toute récente, elle n'a qu'une douzaine d'année. De plus, il est a noter que ce projet de division a été porté par les élus locaux et non pas par la population dans son ensemble. Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi la région Centre-du-Québec

cherche à se légitimer et à se créer une identité propre qui soit différente des représentations mentales que l'ancienne région Mauricie-Bois-Francs mettez en avant auparavant. Il s'agit donc pour la région Centre-du-Québec de créer une identité collective capable à fédérer la région car nombre d'autochtones ne savent pas qu'ils appartiennent à cette entité administrative.

La difficulté de créer une identité collective sur la région vient également du fait que le Centre-du-Québec est un territoire étendu qui cherche à être attractif.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy