WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des revenus des agropasteurs, leurs demandes de formation et d'éducation, et leurs capacités contributives: cas de l'unité pastorale de Bélél Bogal dans le département de Podor au Sénégal.

( Télécharger le fichier original )
par Abou BA
Ecole Nationale d'Economie Appliquée (ENEA) de Dakar - Ingénieur des Travaux d'Aménagement du Territoire et de Gestion Urbaine 2007
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

Résumé du mémoire :

L'agriculture constitue de nos jours la principale activité économique dans les pays pauvres et notamment dans ceux situés au sud du Sahara.

Au Sénégal, le secteur agricole joue un rôle prépondérant dans la vie socio-économique des populations. En effet, il absorbe près de 70 % de la main-d'oeuvre et l'écrasante majorité des ménages ruraux se consacre à l'agriculture d'où ils tirent l'essentiel de leurs revenus.

Malgré toutes ces potentialités, le secteur agricole reste confronté à d'énormes difficultés qui l'empêchent d'être performante et compétitive. Et pourtant le pays dispose de régions agroécologiques avec d'énormes potentialités. Une bonne exploitation de ces ressources, permettrait d'atteindre l'autosuffisance alimentaire. Parmi ces régions agroécologiques, nous pouvons citer le Ferlo au nord du pays, à cheval entre les régions de Louga, Matam et Saint Louis. Cette région à forte vocation pastorale joue un rôle important dans l'économie sénégalaise mais connaît également d'énormes difficultés.

Les contre performances du secteur agricole dans le Ferlo et particulièrement dans l'unité pastorale de Bélél Bogal, notre zone d'étude, sont liées à la faiblesse des capacités techniques des populations, aux aléas climatiques et à l'inefficacité des politiques agricoles initiées par l'Etat depuis plusieurs décennies. La plupart de ces politiques ont échoué du fait de leur inadéquation et de la méconnaissance des réalités du milieu.

Ayant compris cela, l'Etat a initié depuis quelques années, une nouvelle politique basée sur le développement du capital humain en milieu rural, il s'agit de la SNFAR.

C'est dans cet élan que nous avons entrepris cette étude commanditée par le BFPA. Elle a pour objectif d'analyser afin de comprendre les pratiques des exploitations agricoles de l'unité pastorale de Bélél Bogal. La connaissance des pratiques paysannes permettra de connaître d'une part les demandes des agriculteurs en matière d'éducation et de formation et d'autre part de dégager les revenus tirés des exploitations agricoles dans cette partie du Ferlo.

Pour arriver à notre objectif, nous avons utilisé l'approche du diagnostic agraire qui est une approche systémique pour bien comprendre les dynamiques dans l'unité pastorale et les stratégies mises en oeuvre par les agriculteurs dans le cadre de leurs activités. L'approche du diagnostic agraire nous a permis d'une part de découvrir les différentes

activités pratiquées dans l'UP, ensuite les différents systèmes de production qui sont le résultat des combinaisons des différentes activités pratiquées dans une exploitation. La connaissance de ces systèmes de production nous a enfin permis de faire l'évaluation économique des différents systèmes de production.

En outre dans le but de diversifier l'angle d'analyse de perception du milieu, ce travail a été conduit par un binôme franco-sénégalais, une étudiante en agronomie à Sup Agro et un étudiant en aménagement du territoire et environnement à l'ENEA.

Cependant, les difficultés rencontrées sur le terrain, nous ont conduits à éliminer certaines phases de notre démarche méthodologique. En effet la période du stage a coïncidé à la transhumance dans notre unité pastorale, ce qui n'a pas facilité la collecte de l'information. C'est ainsi que la dernière phase de notre travail à savoir la restitution des résultats aux populations n'a pu avoir lieu faute de temps1.

Les résultats de l'étude ont montré que l'engagement dans la pratique de formation et d'éducation dans l'unité pastorale de Bélél Bogal, est loin d'être fonction du niveau de revenu. Il obéit plutôt à des considérations d'ordre socio culturel. En effet, toutes les exploitations agricoles ont un revenu supérieur aux seuils de survie et de sociabilité, ce qui signifie qu'elles ont les capacités contributives pour financer l'éducation de leurs enfants ou s'offrir une formation d'autant que l'école élémentaire est gratuite dans l'unité pastorale. Mais la pratique de l'éducation y est encore très faible.

Pour renverser la tendance, il faut nécessairement réfléchir sur un nouveau calendrier scolaire dans le Ferlo. Un nouveau calendrier est primordial car l'actuel ne tient pas compte du calendrier pastoral alors que c'est celui-ci qui dicte le calendrier de toutes les autres activités de l'unité pastorale. Sinon penser à créer des « écoles nomades » qui suivraient les élèves dans les mouvements de transhumances de leurs campements.

1 Il était impossible de réunir les éleveurs pour des séances de restitutions qui pouvaient durer plus de deux heures à cause de leur mobilité. En effet vers la fin du stage c'était le début de l'hivernage, tous les éleveurs étaient préoccupés par la recherche du pâturage qui était rare.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour